Skip to content
Pour Sam Bird, pilote de Formule E, son moment de "zone" est venu dans ce qu'il appelle la "course de ma vie" à Buenos Aires en 2016.

Le Britannique a mené dès le départ et dit qu'il ne faisait qu'un avec sa voiture, bien qu'il ait décrit l'expérience comme "intense" alors qu'il repoussait une phalange de challengers pour décrocher sa première victoire cette saison.

"En passant par la chicane finale de chaque tour, il me suffisait de montrer le coin avant de la voiture et la voiture tournait pour moi", a-t-il déclaré à l'émission télévisée Supercharged de CNN.

"Je ne pense pas que j'aie jamais vraiment eu besoin de faire trop de pilotage, j'ai juste joué avec l'arrière comme une voiture de rallye pendant 30 tours impairs. C'était vraiment, vraiment intense."

LIRE: 'Mouvement, vibration, dynamisme': la caméra casque qui révolutionne la Formule E

De sa victoire sur sa piste natale à Londres en 2015 à son crash à Mexico plus tôt cette année, le Bird de 30 ans a expérimenté presque tout ce qui était possible sur la piste.

Mais cette course dans la capitale argentine, la quatrième épreuve de la deuxième saison de Formule E, a donné à Bird un coup de pouce bien nécessaire après un début de campagne lent.

Il a traversé les qualifications pour s'asseoir en pole avant de lancer son éclatement boursouflé.

"Je pense que j'avais mangé mon Weetabix ce matin-là et j'ai pu décrocher la pole position, puis c'était vraiment la course de ma vie", a ajouté Bird.

Bird n'a certainement pas eu une conduite facile, devant repousser les avancées de Lucas di Grassi et de l'éventuel vainqueur du championnat Sebastian Buemi pendant la course.

"Je pense que j'ai toujours eu une voiture à moins d'une demi-seconde de l'arrière de ma voiture", se souvient-il. "J'ai fait respirer Di Grassi dans mon cou pendant la majeure partie de la course, puis Buemi est venu directement de l'arrière jusqu'à l'avant pour me mettre sous pression."

Sam Bird: pilote de Formule E sur la course de sa vie

Bird est resté cool malgré la chaleur derrière et a profité de FanBoost – une opportunité pour les fans de voter pour leur pilote préféré et de leur accorder un coup de pouce supplémentaire pendant la course – pour terminer 0,716 seconde devant Buemi et réclamer sa troisième Formule en carrière E gagner.

"Ce fut probablement le plus dur que j'ai jamais eu à travailler dans une voiture monoplace, et je ne pouvais pas attendre de voir le drapeau à damier", a ajouté Bird, qui est l'un des quatre pilotes à courir pour la même équipe pour les six. Les saisons de Formule E aux côtés de di Grassi, Oliver Turvey et Buemi.

"Honnêtement, ce podium était incroyable. Obtenir la première victoire pour DS a été un très, très grand moment pour nous en tant qu'équipe et quelque chose que je chérirai pendant longtemps."

Sam Bird: pilote de Formule E sur la course de sa vie

S'il s'agissait de la deuxième saison de Virgin Racing dans ce sport, il s'agissait de sa première saison associée au constructeur DS Performance.

Et Bird pense que sa course folle à Buenos Aires a contribué à mettre l'entreprise sur la carte dans sa première saison.

"DS venait de rejoindre Virgin Racing alors ils venaient de devenir une équipe fabriquée et nous avions cette nouvelle chaîne de traction mais elle était vraiment, vraiment lourde, vraiment en surpoids, super délicate à conduire mais nous avons réussi à gagner la course", a-t-il déclaré.

Visitez CNN.com/sport pour plus de nouvelles, de fonctionnalités et de vidéos

Au total, Bird a terminé 18 fois sur le podium lors de ses 62 courses pour Virgin, remportant neuf d'entre elles.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *