WASHINGTON –

Les manifestants face à une décision de la Cour suprême des États-Unis qui pourrait annuler le droit constitutionnel à l’avortement ont prévu des rassemblements d’un océan à l’autre samedi pour exprimer leur indignation et se mobiliser pour la lutte à venir.

Plus de 380 événements ont été organisés du Maine à Hawaï, les plus grands rassemblements étant attendus à Los Angeles, Chicago, New York et d’autres grandes villes, ont indiqué les organisateurs.

Dans la capitale nationale, les militants prévoyaient de se rassembler au Washington Monument avant de se diriger vers la Cour suprême, désormais entourée d’une barrière de sécurité.

Des dizaines de milliers de personnes étaient attendues aux événements “Bans off our Bodies”, fournissant un exutoire à la colère et à la frustration des militants du droit à l’avortement après qu’un projet de décision de la Cour suprême divulgué a suggéré que Roe v. Wade serait annulé.

“Si c’est un combat qu’ils veulent, c’est un combat qu’ils auront”, a déclaré Rachel Carmona, directrice exécutive de la Marche des femmes.

Les sondages montrent que la plupart des Américains veulent préserver l’accès à l’avortement – au moins dans les premiers stades de la grossesse – mais la Cour suprême semble être sur le point de laisser les États avoir le dernier mot.

Si cela se produit, environ la moitié des États, principalement dans le Sud et le Midwest, devraient interdire rapidement l’avortement.

La décision à venir devrait dynamiser les électeurs, façonnant potentiellement les prochaines élections de mi-mandat.

Les rassemblements de samedi se déroulaient trois jours après que le Sénat n’ait pas réussi à rassembler suffisamment de voix pour codifier Roe v. Wade. Les commanditaires comprenaient la Marche des femmes, Move On, Planned Parenthood, UltraViolet, MoveOn, SEIU et d’autres organisations.

Carmona a déclaré que la lutte se poursuivra dans les bureaux de vote, les manifestations et d’autres lieux “jusqu’à ce que nous ayons un rétablissement complet de nos droits”.

“Il n’est pas exagéré de dire que pour les femmes de ce pays, ce sera un été de rage”, a-t-elle déclaré.