Skip to content

UNE Le porte-parole du parti au pouvoir ZANU-PF, Simon Khaya Moyo, a qualifié le choix d'un enterrement privé "des plus malheureux".

Dans une déclaration, M. Moyo a ajouté que "nous respectons effectivement les souhaits des familles des héros décédés. Nous sommes donc attristés lorsque des manœuvres qui frôlent des stratagèmes politiques commencent à se dérouler sur une question concernant un illustre icône de la libération".

Le président Emmerson Mnangagwa, un député de confiance qui a aidé à évincer Mugabe du pouvoir, n'a pas assisté à l'inhumation. Les médias d'Etat ont annoncé que le gouvernement serait représenté par le ministre de l'Intérieur.

Seuls les invités approuvés et les camionnettes de pompes funèbres étaient autorisés, une décision qui ne cadrait pas avec la tradition locale voulant que les funérailles soient gratuites pour tous. Un voisin âgé a piqué une crise après avoir été bloqué à la porte.

"Ce rassemblement est un paradoxe", a déclaré le prêtre à l'assemblée. "Nous pleurons en même temps que nous célébrons parce que cet homme a vécu sa vie d'une manière que beaucoup d'entre nous voudraient imiter."

Plus tard, debout près du cercueil, il a prié: "Mon Dieu, prends pitié de lui. Ne le juge pas sévèrement."

Source

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *