Revue « Qui sommes-nous : une chronique du racisme en Amérique » : études sociales

Il est peu probable qu’un documentaire de conférence depuis « Une vérité qui dérange » ait eu le potentiel galvanisant de « Qui sommes-nous : une chronique du racisme en Amérique » – et si cela ressemble à de légers éloges, ce n’est pas ainsi.

Le film présente une conférence que l’avocat Jeffery Robinson (ancien directeur juridique adjoint de l’ACLU) a donné à l’hôtel de ville de New York le 17 juin 2018. Son sujet n’est rien de moins que l’histoire du racisme anti-noir aux États-Unis.

Pour les arguments de Robinson, les preuves historiques sont bien en vue, mais une grande partie, comme il le promet, peut être nouvelle pour de nombreux téléspectateurs. Il montre comment le texte de l’article V de la Constitution a protégé l’esclavage des amendements jusqu’en 1808, lit les déclarations de sécession des États confédérés et a un chœur qui interprète le troisième couplet défavorisé de « The Star-Spangled Banner ».

Le film, réalisé par Emily Kunstler et Sarah Kunstler (filles de l’avocat des Chicago Seven William Kunstler), entrecoupe des scènes de Robinson parcourant le pays. Il visite Charleston, où l’on peut encore voir les empreintes digitales du travail des esclaves ; Staten Island, où il rencontre la mère d’Eric Garner ; et son Memphis natal, où ses parents ont dû trouver une solution de contournement pour acheter une maison en tant que famille noire.

Robinson apporte des nuances à des sujets – parti pris inconscient, réparations, comment gérer le fait que George Washington possédait des esclaves – qui sont devenus des points chauds dans la société, sans jamais perdre le cœur de son message progressiste. C’est un film de confrontation, mais jamais aliénant, et une grande partie de ce qu’il contient est convaincant.

Qui nous sommes : une chronique du racisme en Amérique
Classé PG-13. Discussion et imagerie de la violence raciste et langage désobligeant. Durée : 1 heure 57 minutes. Dans les théâtres.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.