Skip to content

Revue «Little America» et «Diary of a Future President»

Après un début inégal avec la série originale, "Little America" ​​pourrait représenter l'entrée la plus unique qu'Apple ait livrée, avec des épisodes d'une demi-heure qui se concentrent sur différentes histoires d'immigrants adaptées de véritables récits dans le magazine Epic.
Si la plupart des séries premium de nos jours jouent comme des romans pour la télévision, "Little America" ​​- développé par l'équipe "The Big Sick" de Kumail Nanjiani et Emily V. Gordon, avec Lee Eisenberg ("The Office") et "Master of None's" "Alan Yang – est essentiellement un haïku. C'est presque comme "The Twilight Zone" en termes de couverture concise de beaucoup de terrain, et facilement le meilleur des anthologies récentes, y compris "The Romanoffs" et "Modern Love" d'Amazon, ce dernier issu du New York Times.

Les huit épisodes vont d'un homme gay (Haaz Sleiman) forcé de fuir la Syrie au milieu de la désapprobation de sa famille à une mère célibataire singapourienne (Angela Lin) qui jette toute sa vie dans ses enfants. Dans un épisode presque silencieux, une femme (Mélanie Laurent) rencontre un gars au milieu d'un silence volontaire lors d'une retraite de méditation; dans un autre, un champion de Spelling Bee de 12 ans est obligé de grandir seul après que ses parents ont été déportés en Inde.

Les sujets varient, mais presque sans exception, les histoires sont originales mais résonnantes, émotionnelles et relatables, avec un gain doux (ou parfois légèrement amer).

À un moment où l'immigration est devenue un problème politique si polarisant, "Little America" ​​se sent comme un tonique, destiné à inspirer et à célébrer sans vergogne les personnes qui ont choisi de faire de l'Amérique leur maison.

Apple cherche clairement à explorer les problèmes sociaux avec une partie de sa programmation, une aiguille souvent difficile à enfiler. Compte tenu de la touche délicate de l'émission, il n'est pas étonnant que le service ait déjà renouvelé cette émission pour une deuxième saison, reconnaissant la grande promesse de "Little America".

"Journal d'un futur président", quant à lui, est un plat beaucoup plus basique, mais toujours très bon grâce à ses ingrédients attrayants.

La prémisse habille essentiellement une série d'action en direct de style Disney traditionnel avec un crochet intelligent – à savoir, se déroulant en flashback de la première vie du président cubano-américain nouvellement élu, joué (ce qui équivaut à un camée) par "Jane la Vierge "Gina Rodriguez.

Le casting nécessite une certaine suspension de l'incrédulité, car Rodriguez semble toujours assez jeune (à 35 ans, elle est techniquement éligible) pour que Pete Buttigieg ressemble à un membre de l'AARP.

Dépassez cela, et le spectacle a une piste merveilleusement attrayante dans Tess Romero en tant que jeune Elena, qui commence à tenir le journal à l'âge de 12 ans – c'est-à-dire lorsque nous la rencontrons – en tant que maman veuve ("Orange est le nouveau noir" Selenis Leyva) est forcée de se vanter d'avoir un nouveau petit ami (Michael Weaver).

Cela étant Disney, le récit – créé par Ilana Pena – se déroule du point de vue d'Elena, explorant les préoccupations qui incluent les amitiés brisées et parlent de pairs obtenant leurs règles, un avertissement pour les parents qui pourraient ne pas être impatients d'avoir cette conversation.

L'idée de base – rencontrer un futur président lors d'un tronçon de formation, un peu comme le drame du réseau WB 2004 "Jack & Bobby" – donne un poids supplémentaire aux expériences d'Elena, qui sont présentées avec un charme aéré.

Disney semble toujours comprendre à quoi appartiennent les émissions dans l'espace de streaming par opposition à ses réseaux linéaires, tout comme Apple a un peu fléau en cherchant à trouver son identité. De différentes manières, ces deux émissions devraient fonctionner pour le public auquel elles sont destinées, ce qui, dans le jeu en streaming, sonne comme un ticket gagnant.

"Little America" ​​et "Diary of a Future President" seront présentés en première le 17 janvier sur Apple TV + et Disney +, respectivement.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *