Revue «  Le bannissement  »: choisir ma religion

La bêtise l’emporte sur les frayeurs dans «The Banishing» de Christopher Smith, un conte déconcertant de maison hantée bourré de nazis, de moines fous, de femmes déchues et d’un occultiste dansant le tango. Pourquoi personne n’a pensé à inclure un ou deux zombies?

La maison en question est un presbytère tentaculaire dans l’Angleterre rurale, l’année est 1938 et un jeune révérend, Linus (John Heffernan), est arrivé pour remplacer le clerc qui avait disparu avec sa famille quelques années plus tôt. Accompagnant Linus est sa nouvelle épouse, Marianne (Jessica Brown Findlay), et sa fille hors mariage, Adelaide (Anya McKenna-Bruce). Linus aurait peut-être généreusement sauvé Marianne du mépris de la société, mais il n’a pas l’intention de devenir la proie de ses ruses lubriques, cherchant frénétiquement sa Bible à la recherche de passages qui fortifient sa résolution.

Sans surprise, Marianne n’est pas déçue de cela, mais est distraite par les amis invisibles d’Adélaïde et par de minuscules tableaux effrayants avec une poupée de porcelaine sans yeux. Lorsque les bruits étranges et les apparitions inquiétantes commencent, Linus se tourne vers son supérieur (John Lynch), tandis que Marianne préfère les conseils d’un occultiste aux yeux sauvages (Sean Harris). Les deux hommes sont plus préoccupants que tout ce qui se passe dans le sous-sol de la maison.

Avec une intrigue imprégnée de misogynie fondée sur la foi et des performances allant de légèrement décapées (Harris) à remarquablement touchantes (Brown Findlay), «The Banishing» ne trouve jamais son rythme. Inspiré par un presbytère soi-disant hanté dans le sud-est de l’Angleterre, l’histoire a du mal à relier les terreurs domestiques du couple à celles du monde extérieur. La guerre est à l’horizon, mais la montée du fascisme ne semble pas liée à la danse du désir et du déni, du plaisir et de la punition du film. Une sorte de tango, si vous aimez.

Le bannissement
Non classé. Durée: 1 heure 37 minutes. Regardez sur Shudder.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.