Retour de LeBron James, terribles troisièmes quarts et rebondissements: les Lakers réagissent après la défaite contre les Celtics

Une confrontation Lakers-Celtics volera toujours la vedette aux autres matchs du calendrier NBA, et vendredi soir n’était pas différent. Le concours a commencé de manière compétitive avec la quasi-totalité de ses sept changements de tête et neuf matchs nuls au premier semestre. Cependant, la seconde moitié était une autre histoire.

Après avoir traîné jusqu’à 14 en première mi-temps, les Celtics, manquant deux partants à Jaylen Brown et Robert Williams III, ont ouvert le match en battant les Lakers 70-47 en seconde mi-temps sur leur chemin vers un 130-108. gagner.

Pass Ligue NBA : Inscrivez-vous pour débloquer des jeux hors marché en direct (essai gratuit de 7 jours)

Alors que Boston s’est amélioré à 8-8 avec sa sixième victoire lors de ses neuf derniers matchs, Los Angeles a chuté à 8-9 avec sa troisième défaite consécutive et sa quatrième lors de ses cinq derniers matchs.

Ainsi, beaucoup de choses ont été dites lorsque les joueurs des Lakers ont parlé aux journalistes après le match.

Le retour de LeBron James

Même le retour de James, qui avait raté huit matchs à cause d’une tension abdominale, n’a pas pu inspirer les Lakers à la victoire.

Malgré la défaite, James avait fière allure. En 32 minutes d’action, il a terminé avec 23 points (10 sur 16 tirs sur le terrain), six rebonds, deux passes décisives et deux interceptions.

« Évidemment, étant absent deux semaines et demie, je me sentais à nouveau un peu comme une recrue, étant juste loin du jeu », a déclaré James. « [I was] excité. Physiquement, je me sentais bien, assez bien pour savoir que je pouvais faire confiance à mon corps et jouer ce soir. J’ai plus hâte de voir comment je me sens demain quand je me réveillerai. C’est le signe avant-coureur si je vais dans la bonne direction avec ma blessure. »

« Il avait l’air bien. Il m’a semblé vraiment bien. Comme son ancien moi, » Anthony Davis a dit de Jacques.

Un autre troisième trimestre abyssal pour les Lakers

Ce match a tourné au troisième quart lorsque les Celtics ont commencé sur une séquence de 7-0 et ont finalement dominé les Lakers 33-21 au cours de la période. Se faire dominer en sortant des vestiaires semble être une tendance pour ces Lakers vétérans.

Et cela ne se produit pas seulement contre des équipes « de qualité ». Lors de leur défaite de 24 points contre les Timberwolves le 12 novembre, les Lakers ont été dominés 40-12 au troisième quart.

Davis a déclaré que trouver un moyen de marquer au troisième quart a été la tâche de l’équipe « kryptonite ».

PLUS: James réagit aux critiques d’Enes Kanter des Celtics

Des malheurs qui rebondissent

Au cours de cette première étape de la saison, les Lakers ont eu du mal dans un aspect énorme du jeu : rebondir.

Ils ne se classent qu’au milieu du peloton pour les rebonds avec une moyenne de 45,5 rebonds par match (16e de la ligue), et contre les Celtics, ils ont perdu la bataille sur le verre par 18.

« Sortir du rebond 51-33 ce soir n’est tout simplement pas quelque chose qui fait partie de notre composition en tant qu’équipe », Carmelo Anthony a dit.

Pour la saison, les adversaires de Los Angeles attrapent 48,0 rebonds par match, ce qui est la quatrième pire marque de la ligue. Les Lakers accordent également 11,5 rebonds offensifs par match. Seuls les 76ers (11,7), les Kings (11,8) et les Timberwolves (13,8) ont permis plus.

Pas de panique, mais sentiment d’urgence nécessaire

C’est le message que James a envoyé à son équipe après la défaite.

« Ce n’est jamais ‘Il nous reste 65 matchs.’ Nous devons vraiment mieux jouer, peu importe qui est dans la formation », a déclaré James. « Il n’y a aucun niveau de panique. Mais il devrait y avoir un certain sentiment d’urgence à chaque fois que nous prenons la parole. »

Jacques a raison. Les Lakers n’en sont qu’à 17 matchs dans la saison, et plus important encore, l’équipe a dû faire face à des blessures de joueurs clés en rotation et a vu ses «trois grands» jouer ensemble en seulement sept matchs.

« Je pense que la réalité est que tout le monde à l’extérieur a des attentes très élevées envers notre équipe, comme ils le devraient », Russell Westbrook a dit. « Mais la réalité de notre équipe est que nous n’avons pas vraiment joué ensemble. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *