Skip to content

Un logo du Groupe Renault se trouve à l'extérieur de son siège social le 17 février 2019 à Boulogne-Billancourt, près de Paris, France.

Yuriko Nakao | Getty Images

Le constructeur automobile français Renault a déclaré vendredi qu'il entamait des pourparlers avec les syndicats pour réorganiser et cesser d'assembler des véhicules dans plusieurs usines en France, alors qu'il supprime quelque 15 000 emplois dans le monde et tente de se recentrer pour survivre à une chute des ventes.

Face à une baisse de la demande aggravée par la crise des coronavirus, Renault ambitionne de réaliser 2 milliards d'euros d'économies (2,22 milliards de dollars) au cours des trois prochaines années, alors qu'elle réduit sa production et se concentre sur des modèles plus rentables.

Il a déclaré que les mesures de restructuration – y compris les suppressions d'emplois, les transferts et les plans de retraite qui toucheraient un peu moins de 10% de ses effectifs mondiaux – coûteraient 1,2 milliard d'euros.