Actualité du moment | News 24

Relations Canada-Chine : Quand nommera-t-on un ambassadeur?

Le Canada est sans ambassadeur en Chine depuis la fin de 2021, lorsque Dominic Barton a quitté les bureaux de Pékin.

Selon le gouvernement, même si un représentant sera nommé « en temps voulu », le Canada continue de dialoguer avec la Chine aux « plus hauts niveaux » entre-temps.

“La ministre Joly s’est récemment entretenue avec son homologue, Wang Li, où ils ont discuté des défis des dernières années, notamment des cas de détention arbitraire, et de l’importance d’un dialogue franc”, lit-on dans une déclaration à CTVNews.ca d’un porte-parole du ministre des Affaires étrangères. .

“Avec de solides liens culturels et interpersonnels, ils ont discuté des possibilités de collaboration entre les deux pays dans des domaines d’intérêt mutuel.”

Mais l’ancien ambassadeur en Chine Guy Saint-Jacques a déclaré que l’absence notable montre que le Premier ministre “ne comprend pas” la valeur d’une forte présence diplomatique sur le terrain.

« Avoir un ambassadeur, ça donne de l’intelligence… car voilà une personne qui peut avoir accès à des informations de haut niveau [information] que d’autres personnes à l’ambassade ne peuvent pas », a-t-il dit. “Vous vous privez de toutes ces informations utiles.”

Barton a annoncé publiquement sa démission le 6 décembre 2021, quelques mois seulement après avoir aidé à obtenir la libération de l’ancien diplomate et entrepreneur Michael Kovrig et Michael Spavor.

Les deux hommes ont été arbitrairement détenus et détenus dans une prison chinoise pendant plus de 1 000 jours. Leurs arrestations sont largement considérées comme des représailles à l’arrestation à Vancouver du dirigeant de Huawei, Meng Wanzhou, suite à une demande d’extradition des États-Unis.

Ces événements ont lancé ce qui allait devenir près de trois ans de relations glaciales entre le Canada et la Chine.

Alors que le cas de Meng a été abandonné et que les Michael sont revenus au Canada, les tensions ont monté ces derniers mois lorsque le gouvernement a annoncé qu’il interdirait aux sociétés chinoises Huawei Technologies et ZET, une autre société chinoise, de participer aux réseaux sans fil 5G du Canada.

Ottawa a cité les préoccupations de sécurité nationale comme principale raison de l’interdiction.

À la suite de l’annonce, le représentant de la Chine au Canada a rapidement condamné cette décision, déclarant qu’Ottawa « agissait de connivence avec les États-Unis pour réprimer les entreprises chinoises ».

« Les soi-disant préoccupations du Canada en matière de sécurité ne sont rien d’autre qu’une couverture pour la manipulation politique… Les actions erronées de la partie canadienne nuiront certainement aux intérêts du Canada et à son image internationale », lit-on dans une série de tweets.

Saint-Jacques a déclaré qu’il était de plus en plus nécessaire de nommer un ambassadeur alors que le Canada élabore une stratégie indo-pacifique.

La lettre de mandat de la ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, demande que la stratégie vise à approfondir les partenariats diplomatiques, économiques et de défense, ainsi que l’aide internationale dans la région.

Elle a annoncé la création d’un comité consultatif indo-pacifique le 9 juin, pour fournir des recommandations sur la stratégie globale. Barton est répertorié comme membre.

L’ancien ambassadeur dit que, bien qu’il respecte les perspectives des personnes nommées, il considère toujours le comité comme une tactique de blocage.

«C’est une autre tactique pour retarder la prise de décision et essayer de donner une sorte de couverture. Il est grand temps que le gouvernement prenne une décision », a-t-il dit.

Le député conservateur et critique des affaires étrangères Michael Chong a fait écho à un sentiment similaire dans une déclaration à CTVNews.ca.

“Nous attendons toujours la nouvelle politique du gouvernement sur la Chine, qui a été promise depuis 2019, mais jamais livrée – et maintenant encore retardée avec l’annonce récente du gouvernement de consulter davantage en créant un comité spécial”, a-t-il déclaré.

La stratégie indo-pacifique est un changement notable par rapport à la concentration de longue date du gouvernement sur la région Asie-Pacifique en particulier, et reflète un besoin de considérer des problèmes au-delà de ceux associés à la Chine.

Chong a ajouté que l’absence d’un ambassadeur canadien en Chine est “un autre exemple de la mauvaise gestion des relations Canada-Chine par ce gouvernement”.

« Au cours des six dernières années et demie, ce gouvernement a été au pouvoir, il n’a pas eu de représentation à Pékin depuis plus d’un an. Le gouvernement a eu trois ambassadeurs et un a démissionné dans un scandale – ce ne sont pas de bons signes pour l’une des relations étrangères les plus tendues et les plus importantes du Canada », a-t-il déclaré.

Saint-Jacques a ajouté que cela signale aux autres pays que le Canada ne donne pas la priorité à la politique étrangère et pourrait mener à des alliances manquées.

Il a souligné l’initiative Partners in the Blue Pacific récemment annoncée pour aider les pays insulaires du Pacifique à faire face au changement climatique, à la sécurité et à l’influence chinoise dans la région.

Les États-Unis, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Japon et le Royaume-Uni ont signé l’accord.

« Il y avait probablement des gens à Washington qui discutaient de cela et qui disaient quelle est la valeur ajoutée d’avoir le Canada? Ils sont à la dérive en mer », a-t-il dit.