REGARDER | « Nous devons faire plus » – Les États-Unis soutiennent le traité visant à lutter contre le plastique

  • Les États-Unis soutiendront un traité visant à limiter la pollution plastique.
  • Le secrétaire d’État Antony Blinken a pris l’engagement à Nairobi.
  • Il a proposé que chaque pays élabore ses propres règles.

Les États-Unis ont apporté jeudi leur soutien aux négociations sur un traité visant à lutter contre la pollution plastique, mettant fin à un retard majeur dans les efforts internationaux pour nettoyer les océans de la planète et sauver la vie marine.

LIRE | Western Cape MEC rejoint la campagne Run for the Ocean pour lutter contre la pollution plastique

Lors d’une visite au Programme des Nations Unies pour l’environnement à Nairobi, le secrétaire d’État Antony Blinken a déclaré que les États-Unis soutiendraient les pourparlers dans la capitale kenyane en février sur un traité visant à lutter contre le plastique.

« Notre objectif est de créer un outil que nous pouvons utiliser pour protéger nos océans et toute la vie qu’ils soutiennent contre les méfaits mondiaux croissants de la pollution plastique », a déclaré Blinken.

Il a dit:

Comme nous le savons, notre santé – notre survie – est liée à la santé de nos océans. Nous devons faire plus pour les protéger.

Environ huit millions de tonnes de plastique finissent dans les océans chaque année, tuant ou blessant un million d’oiseaux et plus de 100 000 mammifères marins, selon les chiffres de l’ONU.

La déclaration de Blinken est le dernier effort américain visant à renforcer la protection de l’environnement sous le président Joe Biden, qui a fait de la lutte contre le changement climatique une priorité nationale clé.

Probablement conscient des réalités politiques dans un Washington divisé, où les traités doivent être ratifiés par le Sénat, Blinken a appelé à un traité en plastique dans lequel les pays élaboreraient leurs propres plans d’action.

Les États-Unis, cependant, ont vu des appels bipartites pour nettoyer les océans avec l’ancien président Donald Trump signant un acte visant à réduire la pollution plastique dans les océans.

Déchets échoués sur la plage.

Mais les écologistes disent que l’administration précédente a entravé les efforts internationaux en s’opposant à un traité et en blâmant carrément le problème sur la Chine – une source majeure de transformation du plastique mais de matériaux provenant souvent d’Occident.

En 2019, les États-Unis n’ont pas rejoint les quelque 180 gouvernements qui ont convenu à Genève de créer un cadre juridiquement contraignant pour réglementer les déchets plastiques.

Les États-Unis n’ont pas voté car ils ne sont pas partie à la Convention de Bâle, un traité des Nations Unies conclu en 1989 qui réglemente le mouvement des déchets dangereux.

Nous voulons entendre votre point de vue sur l’actualité. Abonnez-vous à News24 pour participer à la conversation dans la section commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *