Regarder des films d’horreur peut-il nous aider à surmonter nos angoisses ?

Les films et séries d’horreur font partie des contenus les plus populaires sur les plateformes de streaming. Ils constituent une forme d’« horreur récréative » ou de « peur récréative », semblable aux expériences recherchées par les amateurs de sensations fortes, et ils peuvent nous aider à trouver le courage d’affronter le quotidien.

Bien qu’il y ait une tendance à bannir nos peurs – ou du moins à les chasser – dans notre vie quotidienne, quand il s’agit d’avoir un petit picotement devant notre téléviseur, cela ne nous dérange pas. L’attrait populaire de telles sensations se reflète dans les notes des plateformes de streaming. Par exemple, sur Netflix, la série d’horreur “Stranger Things” a dépassé le milliard d’heures de visionnage.

Une façon d’améliorer notre quotidien

Sans aller jusqu’à parler de thérapie, l’expérience de se faire peur en regardant le dernier épisode d'”American Horror Story” ou en lisant Stephen King sur son canapé peut vous aider à surmonter vos angoisses. C’est le concept de « peur récréative » décrit dans le livre « Le jour où j’ai apprivoisé ma peur », de la psychologue française Amélia Lobbé, aux éditions Le Courrier du livre.

Pour l’experte, connue sur Instagram sous le nom d’@Amélia_psychologue, la peur récréative est une peur intentionnellement recherchée. C’est un mélange de peur et de plaisir. Elle prend soin de différencier deux types de peurs récréatives : celles vécues à travers des expériences vécues et celles vécues à travers la consommation de matériel fictif comme des films, des émissions de télévision ou des romans. Dans le premier cas, il existe un risque d’accident, aussi minime soit-il. Saut en parachute, surf, saut à l’élastique… il existe une multitude de sports extrêmes qui peuvent mettre une personne en danger. Devant un livre, il n’y a pratiquement aucun risque. Il est beaucoup plus facile de regarder “Stranger Things” que de s’inscrire à une session de sports d’aventure. Selon le psychologue, les personnes anxieuses “ont généralement beaucoup d’imagination et ont tendance à imaginer le pire”. Ces activités permettent de matérialiser leurs angoisses, tout en apportant des idées de solutions pour sortir de ces situations.

« Le but n’est pas seulement de se faire peur gratuitement, précise Amélia Lobbé, vivre des expériences extraordinaires dans le cadre d’une peur récréative permet d’acquérir des compétences transférables à d’autres situations. Cela peut aider à lancer un projet, demander une augmentation, parler devant un public, etc. Ce sont toutes des activités quotidiennes, mais elles demandent du courage.

Une sensation addictive ?

L’expérience de la peur déclenche la sécrétion d’hormones. L’adrénaline augmente le rythme cardiaque, provoquant des réactions physiques telles que la transpiration et la dilatation des pupilles. L’hormone du stress, le cortisol, provoque quant à elle une tension musculaire. “Même sur le canapé, le corps se prépare à passer à l’action dans la vraie vie”, explique Amélia Lobbé. Les effets sont les mêmes que ce soit pour une télévision ou un film ou la lecture d’un livre.

Lorsqu’une personne sait qu’elle est en sécurité, le cerveau sécrète des endorphines, de la sérotonine et de la dopamine. “[The combination of circumstances] se traduit par un état d’excitation et de plaisir, le tout sans danger. Je pense que c’est ce qui rend les gens dépendants », explique la psychologue.

Il est important, cependant, de faire attention à ce que l’expérience ne tourne pas au vinaigre. « Si votre cœur bat trop vite, si vous vous sentez trop stressé, le résultat sera contre-productif. Se faire peur n’est pas une thérapie en soi », prévient Amélia Lobbé, qui souligne les bienfaits d’utiliser cette approche avec un professionnel de la santé. “Face à une phobie, il y a différentes étapes avant d’y faire face, il faut s’exposer à ses peurs, d’abord mentalement puis physiquement. Au bout d’un moment, on s’habitue. C’est comme ça qu’on surmonte ses peurs », conclut-elle.

Lisez tous les Dernières nouvelles et dernières nouvelles ici