Questions climatiques : Quelles sont les sources d’émissions ?

Commentaire

BENGALURU, Inde – Les gaz à effet de serre, comme le dioxyde de carbone, le méthane, l’oxyde nitreux et les gaz fluorés, réchauffent tous la planète. Quelles sont donc les principales activités humaines qui les provoquent ?

La plus grande part de ces gaz qui réchauffent la planète est vomi pour l’énergie, car le charbon, le pétrole et le gaz fournissent encore une grande partie des besoins mondiaux. L’énergie pour des industries comme l’acier et le fer, l’électricité pour allumer les lumières dans les maisons et les bâtiments, et le gaz pour alimenter les voitures, les navires et les avions, pompent tous du dioxyde de carbone dans l’air s’ils ne proviennent pas de sources renouvelables.

Les pratiques agricoles, comme la déforestation et l’élevage, représentent près d’un cinquième des émissions mondiales. Les déchets tels que les décharges, les fuites de l’extraction de pétrole et de gaz et les processus tels que la fabrication du ciment qui produit du dioxyde de carbone comme sous-produit émettent également des gaz à effet de serre.

NOTE DE LA RÉDACTION : Cette histoire fait partie d’une série en cours qui répond à certaines des questions les plus fondamentales sur le changement climatique, la science qui le sous-tend, les effets du réchauffement de la planète et la manière dont le monde y fait face.

Le dioxyde de carbone représente plus des trois quarts de tous les gaz à effet de serre d’origine humaine. Le méthane, provenant principalement de l’agriculture, de l’extraction du charbon et des tourbières et zones humides perturbatrices qui retiennent naturellement le gaz, représente environ 16 % des gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Le protoxyde d’azote provenant des pratiques agricoles et les gaz fluorés provenant des réfrigérants constituent le reste.

Certains de ces gaz restent plus longtemps que d’autres. On estime que le dioxyde de carbone peut rester dans l’air pendant 200 ans ou plus, de sorte que le charbon brûlé au début de l’ère industrielle réchaufferait encore la planète aujourd’hui. En revanche, le méthane, qui est environ 81 fois plus puissant à court terme que le dioxyde de carbone, persiste dans l’atmosphère pendant environ une douzaine d’années.

“Le réchauffement climatique est causé par l’accumulation de gaz à effet de serre au fil du temps dans l’atmosphère, ce qui crée une concentration plus élevée”, a déclaré le professeur Shobhakar Dhakal, l’un des principaux auteurs d’un rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat.

“Les émissions historiques, qui font référence aux émissions accumulées au fil du temps, sont importantes à prendre en compte”, a-t-il ajouté.

Mais les humains expulsent encore de grandes quantités de carbone dans l’air aujourd’hui. Les émissions entre 2010 et 2019 étaient plus élevées que toutes les décennies précédentes de l’histoire de l’humanité.

Les émissions nettes de 1850 à 2019 étaient d’environ 2 400 gigatonnes de dioxyde de carbone. Parmi ceux-ci, 58% se sont produits entre 1850 et 1989 – une période de 139 ans – les 42% restants étant créés entre 1990 et 2019 – seulement 29 ans, selon les dernières estimations du GIEC. Environ 17 % des émissions depuis 1850 se sont produites entre 2010 et 2019.

Les étalements urbains en croissance rapide dans le monde sont responsables de plus de gaz à effet de serre déversés dans l’air chaque année, selon le rapport.

“Nous sommes encore à l’ère des combustibles fossiles en tant que société mondiale”, a déclaré le professeur Jan Christoph Minx, auteur principal du rapport du GIEC et climatologue basé en Allemagne. “Nous oublions souvent que nous n’avons pas encore réussi à inverser la méga tendance de plus de 250 ans de croissance des émissions mondiales.”

Minx a déclaré que toute réduction en rendant les systèmes plus efficaces ou en changeant les sources d’énergie pour des sources plus durables a été inférieure aux augmentations résultant de la hausse des niveaux d’activité mondiaux dans l’industrie, l’approvisionnement énergétique, les transports, l’agriculture et les bâtiments.

“La première étape consiste à atteindre le pic d’émissions et à entrer dans une ère de réduction des émissions où chaque année nous émettons de moins en moins de gaz à effet de serre dans le monde”, a-t-il ajouté.

Suivez la couverture climatique et environnementale d’AP sur https://apnews.com/hub/climate-and-environment

Suivez Sibi Arasu sur Twitter à @sibi123

La couverture climatique et environnementale de l’Associated Press reçoit le soutien de plusieurs fondations privées. En savoir plus sur l’initiative climatique d’AP ici. L’AP est seul responsable de tout le contenu.