Dernières Nouvelles | News 24

Quelque 45 000 Rohingyas fuient suite à des allégations de décapitation et d’incendie au Myanmar | Actualités Rohingyas

Le chef des droits de l’ONU, Volker Turk, exhorte le Bangladesh et les autres pays à « fournir une protection efficace » aux derniers réfugiés.

L’escalade de la violence dans l’État de Rakhine, déchiré par le conflit au Myanmar, a contraint 45 000 autres Rohingyas de la minorité Rohingya à fuir, ont averti les Nations Unies, sur fond d’allégations de décapitations, de meurtres et d’incendies de biens.

Des affrontements ont secoué l’État de Rakhine depuis que les rebelles de l’Armée d’Arakan (AA) ont attaqué les forces du gouvernement militaire au pouvoir en novembre, mettant fin à un cessez-le-feu qui était largement en vigueur depuis le coup d’État militaire de 2021. Les combats ont pris au milieu le groupe minoritaire musulman, longtemps considérés comme des étrangers par la majorité des résidents bouddhistes, qu’ils soient du côté du gouvernement ou du côté rebelle.

L’AA affirme lutter pour plus d’autonomie pour la population ethnique de l’Arakan dans cet État, qui abrite également environ 600 000 membres de la minorité musulmane persécutée des Rohingyas, qui ont choisi de rester dans le pays.

Plus d’un million de Rohingyas ont trouvé refuge au Bangladesh voisin après avoir fui l’État de Rakhine, dont des centaines de milliers en 2017 lors d’une précédente répression militaire qui fait maintenant l’objet d’une affaire judiciaire pour génocide des Nations Unies.

La porte-parole du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, Elizabeth Throssell, a déclaré vendredi aux journalistes à Genève que des dizaines de milliers de civils avaient été déplacés ces derniers jours à cause des combats dans les townships de Buthidaung et de Maungdaw.

« On estime que 45 000 Rohingyas auraient fui vers une zone située sur la rivière Naf, près de la frontière avec le Bangladesh, en quête de protection », a-t-elle déclaré, tout en appelant à la protection des civils conformément au droit international.

Le chef des droits de l’ONU, Volker Turk, a exhorté le Bangladesh et d’autres pays « à fournir une protection efficace à ceux qui en font la demande, conformément au droit international, et à garantir la solidarité internationale avec le Bangladesh dans l’accueil des réfugiés rohingyas au Myanmar », a-t-elle déclaré.

Mais Tanvir Chowdhury d’Al Jazeera, dans un reportage de Cox’s Bazar au Bangladesh, a déclaré qu’avec plus d’un million de Rohingyas déjà présents dans le pays, le gouvernement était réticent à en accueillir davantage, laissant les derniers réfugiés coincés du côté birman de la frontière.


« Décapitations »

James Rodehaver, chef de l’équipe du Bureau des droits de l’homme au Myanmar, a décrit la situation horrible que beaucoup fuyaient.

Il a déclaré que son équipe avait reçu des témoignages et vu des images satellite, des vidéos et des photos en ligne indiquant que la ville de Buthidaung avait été « en grande partie incendiée ».

« Nous avons reçu des informations indiquant que les incendies ont effectivement commencé le 17 mai… deux jours après le retrait des militaires de la ville… et que l’armée d’Arakan a affirmé avoir pris le contrôle total du village. »

Un survivant a décrit avoir vu des dizaines de cadavres alors qu’il fuyait Buthidaung, tandis qu’un autre a déclaré qu’il faisait partie des dizaines de milliers de personnes qui ont fui la ville pour se retrouver bloquées par l’armée d’Arakan sur la route à l’ouest en direction de la ville de Maungdaw.

D’autres survivants ont également déclaré que des membres des AA les avaient maltraités et leur avaient extorqué de l’argent alors qu’ils tentaient de se frayer un chemin vers les villages rohingyas au sud de la ville.

Dans les semaines qui ont précédé l’incendie de Buthidaung, Rodehaver a déclaré que le bureau des droits de l’homme avait documenté de nouvelles attaques contre des civils rohingyas par l’AA et l’armée dans le nord de l’État de Rakhine, notamment par le biais de frappes aériennes.

L’équipe a documenté « au moins quatre cas de décapitations », a-t-il déclaré, ajoutant qu’elle avait déterminé avec un haut niveau de confiance que ces décapitations avaient été effectuées par les AA.

Il y a également eu des allégations antérieures selon lesquelles Les Rohingyas utilisés comme boucliers humains.

Chowdhury d’Al Jazeera a déclaré que les Rohingyas étaient « pris au milieu ».

« Ils sont dans une situation précaire », a-t-il déclaré, ajoutant que les récents réfugiés rohingyas qui ont fui le Myanmar lui avaient dit que les AA et l’armée essayaient de les recruter pour combattre.

« Ils sont menacés : s’ils ne rejoignent pas le mouvement, leurs villages seront incendiés », a-t-il déclaré.


Source link