Que pourrait-il arriver à l’Argentine après le méga-décret de Milei ?

Quelques jours seulement après son entrée en fonction, et à la veille des fêtes de fin d’année, Milei a présenté son DNU, ou décret « nécessaire et urgent » visant à assouplir certaines des règles régissant l’économie du pays alors que l’inflation annuelle atteint 160 %.

PUBLICITÉ

Le président libertaire d’extrême droite argentin Javier Milei a publié en milieu de semaine un méga-décret modifiant ou supprimant complètement 366 règles économiques, une première dans un pays.

Aucun de ses dirigeants précédents, qu’il s’agisse de présidents démocratiquement élus ou de dictateurs, n’a tenté un démantèlement aussi massif du système.

C’est aussi précisément ce que Milei a promis pendant la campagne électorale, brandissant une tronçonneuse pour symboliser sa tentative de réduire les dépenses publiques, sa réponse à l’inflation à trois chiffres de l’Argentine après des décennies de mauvaise gestion financière.

Même si, selon la loi argentine, le Congrès a toujours le pouvoir de faire échouer le programme de Milei, nombreux sont ceux qui craignent que ses décisions de déréglementation n’aggravent la situation dans ce pays sud-américain de 45,8 millions d’habitants.

Qu’est-ce que le décret Millei va changer ?

Dix jours après son entrée en fonction, et à la veille des fêtes de fin d’année, Milei a présenté son DNU, ou décret « nécessaire et urgent » visant à assouplir certaines des règles régissant l’économie du pays alors que l’inflation annuelle atteint 160 %.

Un changement majeur sera la suppression de toutes les règles entre locataires et propriétaires, comme les lois plafonnant les augmentations de loyer.

Ces dernières années, les propriétaires ont de plus en plus fixé le prix de leurs propriétés en dollars américains pour éviter de se retrouver avec des revenus locatifs depuis longtemps dépassés par une inflation galopante. Cela a été un cauchemar pour les locataires dans un pays où l’accès aux dollars a été strictement contrôlé. La déréglementation rendra désormais légale la facturation du loyer en dollars.

Milei a également assoupli la législation du travail, la période d’essai pour les nouveaux employés passant de trois à huit mois. Les lois sur l’indemnisation des licenciements sans motif ont été modifiées en faveur des entreprises et il envisage de renégocier les accords de travail en vigueur depuis 1975.

Il a également supprimé les limites imposées aux exportations et déclaré que le marché Internet serait libéralisé.

Milei a également abandonné les règles empêchant la privatisation des entreprises d’État et a déjà jeté son dévolu sur la compagnie aérienne nationale Aerolineas Argentinas et la compagnie pétrolière YPF, tout en abandonnant Starlink d’Elon Musk, la société étant censée reprendre le système satellitaire du pays, ARSAT.

Il a également proposé de limiter le droit de grève, inscrit dans la Constitution.

En outre, il a décidé de supprimer toutes les subventions accordées à la société de transports publics, ce qui pourrait entraîner une multiplication immédiate par dix du prix des billets dans l’un des pays les plus urbanisés au monde.

Les manifestants souffrent du « syndrome de Stockholm »

Milei, un étranger dont l’accession à la plus haute fonction a stupéfié une grande partie du pays, accuse l’interventionnisme et le protectionnisme des gouvernements précédents d’avoir étouffé l’économie.

Avant l’annonce du décret, le nouveau gouvernement avait déjà dévalué le peso argentin de plus de 50 % et annoncé d’énormes réductions des généreuses subventions publiques au carburant et aux transports à partir de janvier.

« L’objectif est d’engager la voie de la reconstruction du pays, de rendre la liberté et l’autonomie aux individus et de commencer à démanteler l’énorme quantité de réglementations qui ont arrêté, entravé et freiné la croissance économique », a déclaré Milei.

À propos de ceux qui protestaient contre ses mesures, il a déclaré : « Il se peut que des gens souffrent du syndrome de Stockholm. Ils sont épris d’un modèle qui les appauvrit ».

L’opposition – récemment chassée du gouvernement – ​​a critiqué Milei pour ce décret et y voit un moyen de contourner son manque de majorité au Congrès.

Le parti Libertad Avanza de Milei, qui n’existe que depuis deux ans, ne dispose que de 40 des 257 sièges de la chambre basse et de sept des 72 sièges du Sénat.

PUBLICITÉ

« Ce n’est pas la bonne solution. Envoyez les réformes sous forme de projets de loi. N’ayez pas peur du débat démocratique », a déclaré German Martinez, chef parlementaire de la coalition péroniste Union pour la patrie.

Le constitutionnaliste Emiliano Vitaliani a déclaré à l’AFP que les plus hautes lois du pays stipulent qu' »en principe, les lois ne peuvent pas être modifiées par décret et que le président ne peut pas remplacer le Congrès ».

La politologue Lara Goyburu a déclaré que la décision « dépasse toutes les limites, décrétant de nombreuses questions qui nécessitent des accords politiques du Congrès et des provinces ».

Le décret peut être annulé s’il est rejeté par les deux chambres du Congrès, a déclaré Vitalini. Dans le cas contraire, il entre en vigueur le 29 décembre.

« Le président a fait un très gros pari, et son succès dépendra de sa capacité à obtenir un soutien législatif qui, jusqu’à présent, n’est pas connu », a déclaré le constitutionnaliste Alejandro Carrio dans une tribune du journal argentin La Nacion.

PUBLICITÉ