« Provocation »: la France dénonce la décision turco-chypriote de rouvrir la ville abandonnée de Varosha

Un porte-parole de Jean-Yves le Drian, le ministre français des Affaires étrangères, a exprimé mercredi la condamnation par la France du projet de la Turquie de rouvrir partiellement Varosha : « La France regrette vivement cette démarche unilatérale, sur laquelle il n’y a eu aucune consultation, qui constitue une provocation et nuit au rétablissement de la confiance nécessaire pour reprendre des pourparlers urgents pour parvenir à une solution juste et durable de la question chypriote. »

La déclaration fait suite à l’annonce de la Turquie mardi que Varosha, qui est déserte depuis près de 50 ans, serait partiellement rouverte aux civils, permettant aux anciens résidents de récupérer leurs biens et de s’installer à nouveau dans le quartier sud de la station balnéaire autrefois très animée de la Turquie. Famagouste. Famagouste a été abandonnée lorsqu’elle a été déclarée zone tampon entre les communautés turque et grecque de Chypre, après que l’armée turque soit intervenue en tant que puissance garante à la suite d’une tentative de coup d’État d’inspiration grecque en 1974.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé la décision lors d’une visite à Chypre du Nord mardi, affirmant qu’avec la réouverture de Varosha, « une nouvelle ère va commencer… qui profitera à tout le monde. »

La Grèce et Chypre n’ont pas partagé la joie d’Erdogan et ont exprimé leur inquiétude mardi. Le président chypriote Nicos Anastasiades a critiqué la Turquie « effort pour modifier le statu quo », tandis que le ministère grec des Affaires étrangères a imploré la Turquie d’arrêter « un comportement illégal et se conformer au droit international ».

Le Royaume-Uni, qui régnait sur Chypre en tant qu’ancienne colonie, a publié une déclaration exprimant qu’il était « profondément concerné » sur les événements de mardi. Anthony Blinken, le secrétaire d’État américain, a critiqué cette décision car « incompatible avec les résolutions de l’ONU, inacceptable et incompatible avec les engagements passés de reprendre les pourparlers de règlement ».

Résolution 550 des Nations Unies « considére comme inadmissibles les tentatives de colonisation de toute partie de Varosha par des personnes autres que ses habitants et demande le transfert de cette zone à l’administration des Nations Unies ».

La Turquie avait déjà tenté de rouvrir la plage de Varosha en octobre 2020, 46 ans après son abandon, ce qui a incité Chypre à appeler l’ONU à l’aide.

Après l’invasion de Chypre par la Turquie, ses troupes ont débarqué sur la côte du pays méditerranéen et ont revendiqué des territoires dans la région du nord, entraînant le déplacement d’environ 160 000 Chypriotes grecs. En 1983, la République turque de Chypre du Nord a déclaré son indépendance. Seule la Turquie reconnaît son indépendance internationalement.

Vous aimez cette histoire ? Partagez le avec un ami!

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Comments