Skip to content

NEW YORK (Reuters) – Dans une lettre adressée aux investisseurs avant la chute du cours de son action la semaine dernière, le service de livraison de nourriture en ligne GrubHub Inc a évoqué ses liens fructueux avec les restaurants de petite et moyenne taille, affirmant qu'ils généraient 80% des commandes sur sa plateforme.

Problème de cuisine? GrubHub, Uber Les restaurants se font payer des frais supplémentaires

DOSSIER DE PHOTOS: Un courrier de livraison de nourriture d'Uber Eats tire un vélo dans le centre de Kiev, Ukraine, le 9 septembre 2019. REUTERS / Valentyn Ogirenko

"Il s'agit d'une relation extrêmement lucrative pour les deux parties", indique la lettre.

Mais certains restaurants pensent le contraire et ont commencé à lutter contre ce qu’ils considèrent comme une distribution injuste des bénéfices de la relation.

Un nombre croissant de petites et moyennes chaînes alimentaires veulent réduire les commissions de commande et de livraison jusqu'à 30% facturées par les quatre grandes plateformes tierces – GrubHub, Uber Eats d'Uber Technologies Inc, DoorDash Inc et Postmates Inc, selon des sources du secteur .

"Ils détestent la relation et se font piller les braises", a déclaré Ben Gaddis, président de T3, consultant en marketing numérique et technologie dans des restaurants tels que Pizza Hut et Schlotzsky’s. "Plus ils sont petits, plus cela impacte leurs marges."

Les plates-formes de livraison facturent les restaurants pour la liste de leurs menus sur leurs sites, que les clients peuvent utiliser pour passer des commandes, de la même manière que les consommateurs réservent des chambres d'hôtel via des marchés en ligne tiers, tels que Priceline, Kayak ou Expedia. Les restaurants paient des frais plus élevés s’ils souhaitent figurer plus clairement dans la liste ou s’ils utilisent les services pour livrer les commandes passées par leur intermédiaire.

"Ils sont devenus ce mal nécessaire", a déclaré le directeur général du groupe Bareburger, Euripides Pelekanos, à propos des plateformes de distribution. La chaîne de hamburgers bio, qui compte 46 magasins principalement dans le nord-est, espère se débarrasser de toutes les plateformes tierces d’ici 2020.

En 2017, Bareburger a enregistré des revenus de 20 millions de dollars provenant de commandes passées via des plates-formes tierces, a déclaré Pelekanos, mais elle a également dépensé environ 2,5 à 3 millions de dollars en frais correspondants.

Pour le secteur de la restauration, ce taux d'environ 15% «représente toute notre marge», a déclaré Pelekanos.

Grâce à la concurrence intense qui règne entre les services tiers, les restaurants de 25 à 50 établissements seulement ont récemment découvert qu’ils avaient plus de poids pour négocier de meilleures conditions, selon Gaddis, consultant en technologie.

La semaine dernière, les actions de GrubHub ont cédé du terrain, clôturant la semaine en baisse de plus de 40% après que la société ait annoncé des ventes faibles et une prévision à la baisse, citant l'hyper concurrence des concurrents.

Lundi, lorsque Uber a annoncé un bénéfice, les investisseurs s’attendaient à ce que la concurrence sur les prix dans son activité principale de relance soit réduite, même si elle se réchauffe pour le secteur de la livraison de produits alimentaires.

Uber se répand peut-être trop avec Uber Eats, en particulier sur un marché où aucune entreprise américaine n’a affiché une rentabilité soutenue, selon certains analystes.

"Certains investisseurs pourraient préférer la croissance plus élevée de Lyft et son absence d'exposition à Eats, qui reste très compétitif", a déclaré Justin Post, analyste de Bank of America, dans une note adressée aux clients. Lyft Inc est le principal rival d’Uber dans le domaine de la course à pied. Uber a reconnu qu’il pourrait ne jamais être rentable.

Uber a déclaré ne pas pouvoir commenter ses activités de distribution de produits alimentaires pendant la période calme précédant les bénéfices.

GrubHub a demandé à Reuters que ses taux de commission soient négociables, en fonction du niveau de services requis.

GrubHub, basé à Chicago, a également déclaré que les restaurants «obtenaient plus de commandes avec des prix de billets globaux plus élevés via notre plate-forme sur une base annuelle» depuis 2014.

«Non seulement les restaurants reçoivent plus de commandes, mais chaque commande grossit également. Cela se traduit par une augmentation des revenus différentiels qui, selon nous, annule la commission négociée », a déclaré la société.

Néanmoins, certains restaurants construisent leurs propres applications et se tournent vers des opérations de livraison alternatives. Disposer de leurs propres applications leur permet également de conserver des données précieuses sur les clients qui passent des commandes.

En février, Bareburger a déployé sa propre application et son site Web via une startup appelée Lunchbox, qu'elle a contribué à lancer. Le service coûte environ 750 $ par mois et par emplacement.

La chaîne de hamburgers utilise également une société appelée Relay, qui facture 5 $ pour gérer chaque livraison. Les coûts sont bien inférieurs aux 8 000 USD par mois dépensés par chaque point de vente Bareburger sur des plates-formes tierces et des applications associées, a déclaré Pelekanos à Reuters.

Les employés de Bareburger agrafent également des cartes publicitaires aux commandes passées via GrubHub, afin de rediriger les clients vers le site de Bareburger.

Bareburger accepte toujours environ 80% de ses transactions de livraison via GrubHub, mais la chaîne envisage de vider des plates-formes tierces lorsque ses propres canaux Bareburger commenceront à traiter au moins 50% de toutes les commandes numériques.

L'année dernière, l'un de ses restaurants avait été retiré de toutes les plateformes pour un essai d'un mois. Le volume des ventes a diminué, mais les bénéfices sont restés les mêmes, a déclaré Pelekanos.

Reportage par Hilary Russ; reportage supplémentaire de Tina Bellon à New York; Édité par Tom Brown

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *