Dernières Nouvelles | News 24

Prix ​​des aliments : les familles canadiennes paieront 1 065 $ de plus en 2023

HALIFAX –

Les Canadiens n’échapperont pas de si tôt à l’inflation alimentaire.

Les prix des aliments au Canada continueront d’augmenter au cours de la nouvelle année, et les coûts d’épicerie devraient augmenter jusqu’à 7 % en 2023, selon de nouvelles recherches.

Pour une famille de quatre personnes, la facture d’épicerie annuelle totale devrait être de 16 288 $, soit 1 065 $ de plus qu’elle ne l’était cette année, selon la 13e édition du Rapport sur les prix des aliments au Canada publiée lundi.

Une femme célibataire dans la quarantaine – l’âge moyen au Canada – paiera environ 3 740 $ pour l’épicerie l’année prochaine, tandis qu’un homme célibataire du même âge paiera 4 168 $, selon le rapport et Statistique Canada.

L’inflation alimentaire devrait rester obstinément élevée au premier semestre de 2023 avant de commencer à s’atténuer, a déclaré Sylvain Charlebois, auteur principal du rapport et professeur de distribution et de politiques alimentaires à l’Université Dalhousie.

“Quand vous regardez le cycle actuel d’inflation alimentaire dans lequel nous nous trouvons en ce moment, nous sommes probablement dans la septième manche”, a-t-il déclaré dans une interview. “La première partie de 2023 restera difficile … mais nous commençons à en voir la fin.”

De multiples facteurs pourraient influencer les prix des denrées alimentaires l’année prochaine, notamment le changement climatique, les conflits géopolitiques, la hausse des coûts de l’énergie et les effets persistants du COVID-19, selon le rapport.

Les fluctuations monétaires pourraient également jouer un rôle dans les prix alimentaires. Un dollar canadien plus faible pourrait rendre l’importation de biens comme la laitue plus chère, par exemple.

Plus tôt cette année, le huard valait plus de 80 cents américains, mais il a ensuite chuté à un creux de 72,17 cents américains en octobre dans un contexte de raffermissement du dollar américain. Il a oscillé près de la barre des 74 cents au cours des dernières semaines, terminant vendredi à 74,25 cents américains.

“La section des produits va être le joker”, a déclaré Charlebois. “La monnaie est l’un des éléments clés qui pourraient perturber les choses au début de l’hiver et c’est pourquoi les produits sont la catégorie la plus élevée.”

Les légumes pourraient connaître les plus fortes hausses de prix, avec des estimations d’augmentation des coûts de rattachement pouvant atteindre 8%, selon le rapport.

En plus des risques de change, une grande partie des produits vendus au Canada provient des États-Unis, qui ont lutté avec des conditions extrêmement sèches.

« L’ouest des États-Unis, en particulier la Californie, a connu de fortes conditions météorologiques El Niño, des sécheresses et des contaminations bactériennes, et cela a eu un impact sur nos fournisseurs et nos prix de fruits et légumes », a déclaré Simon Somogyi, responsable du campus à l’Université de Guelph et professeur au Gordon S Lang School of Business and Economics.

“La sécheresse rend la production de laitue plus chère”, a-t-il déclaré. “Cela réduit la taille des cultures, mais cela provoque également une contamination bactérienne, ce qui réduit l’offre sur le marché.”

Selon les chercheurs, les prix d’autres catégories d’aliments clés comme la viande, les produits laitiers et la boulangerie devraient grimper jusqu’à 7 %.

La Commission canadienne du lait a approuvé une augmentation du prix du lait à la ferme d’environ 2,2 %, soit un peu moins de deux cents le litre, pour le 1er février 2023.

“L’augmentation de février est raisonnable, mais elle intervient après les augmentations sans précédent de 2022, qui continuent de se frayer un chemin dans la chaîne d’approvisionnement”, a déclaré Charlebois à propos des deux hausses de prix de près de 11% combinées en 2022.

Pendant ce temps, les fruits de mer devraient augmenter jusqu’à 6%, tandis que les fruits pourraient augmenter jusqu’à 5%, selon le rapport.

Les coûts des restaurants devraient augmenter de 4 à 6 %, moins que les prix des supermarchés, selon le rapport.

La hausse des prix rendra la sécurité alimentaire et l’abordabilité encore plus hors de portée des Canadiens un an après que l’utilisation des banques alimentaires ait atteint un niveau record, selon le rapport.

La dépendance croissante à l’égard des banques alimentaires devrait se poursuivre, 20 % des Canadiens déclarant qu’ils se tourneront probablement vers des organismes communautaires en 2023 pour aider à nourrir leur famille, selon un sondage inclus dans le rapport.

L’utilisation de circulaires hebdomadaires, de coupons, d’achats en gros et d’applications de sauvetage alimentaire a également augmenté cette année et devrait continuer de croître en 2023, selon le rapport.

“Nous sommes maintenant à l’ère de l’acheteur intelligent”, a déclaré Somogyi, également titulaire de la chaire Arrell dans le domaine de l’alimentation.

“Pour certaines générations, c’est la première fois qu’elles doivent faire une liste, pas acheter d’impulsion, lire les circulaires hebdomadaires, utiliser des coupons, acheter en volume et geler ce qu’elles n’utilisent pas.”

Le rapport de l’année dernière prévoyait que les prix des denrées alimentaires augmenteraient de 5 à 7 % en 2022, la plus forte augmentation jamais prévue par le rapport annuel sur les prix des denrées alimentaires.

En fait, le coût des aliments a largement dépassé cette prévision. Les prix des produits d’épicerie ont augmenté de 11 % en octobre par rapport à l’année précédente, tandis que le coût global des aliments a augmenté de 10,1 %, selon Statistique Canada.

“Nous avons été traités d’alarmistes”, a déclaré Charlebois à propos de la prévision selon laquelle les prix des denrées alimentaires pourraient augmenter de 7% en 2022. Les critiques ont qualifié le rapport d'”exagération”, a-t-il déclaré.

“Vous êtes toujours à une crise de tout jeter par la fenêtre”, a déclaré Charlebois. “Nous n’avions pas prévu la guerre en Ukraine, et cela a vraiment affecté les marchés.”


Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 5 décembre 2022.

Articles similaires