Priti Patel nie avoir « jeté de l’argent après le mal » en donnant à la France 54 millions de livres sterling pour arrêter les passages de migrants

Le ministre de l’Intérieur, Priti Patel, a rejeté les allégations selon lesquelles donner 54 millions de livres sterling à la France pour réduire le nombre de bateaux de migrants atteignant le Royaume-Uni « jetterait de l’argent après le mal ».

Mme Patel a annoncé la signature du nouvel accord avec le ministre français de l’Intérieur Gerald Darmanin, qui verra le nombre de policiers patrouillant sur les plages françaises et une technologie de surveillance supplémentaire.

Défendant le plan aux députés mercredi, le ministre de l’Intérieur a déclaré que les autorités françaises avaient augmenté le nombre de petits bateaux interceptés dans la Manche cette année.

En demandant à Mme Patel si le financement supplémentaire pour la France était de « jeter de l’argent après le mal », le député conservateur Tim Loughton a déclaré: « Donner aux Français plus d’argent pour continuer à faire ce qu’ils font mal ne résoudra pas le problème. »

Mme Patel a suggéré que l’argent augmenterait l’efficacité de l’effort français. « La France intercepte plus de bateaux qu’elle ne l’a fait cette fois – mais c’est parce que les chiffres sont si élevés », a-t-elle déclaré à la commission des affaires intérieures.

En vertu de l’accord nouvellement conclu, des officiers français patrouilleront des zones plus larges du littoral entre Boulogne et Dunkerque et les patrouilles seront étendues plus au nord-ouest autour de Dieppe.

M. Patel a déclaré qu’au lieu de la majorité des migrants cherchant à atteindre la Grande-Bretagne en provenance de Calais, il y avait désormais une « dispersion généralisée » des lancements le long de « tout le littoral français ».

Le nombre de traversées réussies de migrants de la France vers le Royaume-Uni a augmenté ces dernières années. Le chiffre pour 2021 a dépassé au moins 8 452 – dépassant le total pour l’ensemble de 2020.

Paul Lincoln, directeur général de Border Force, a déclaré au comité que le nombre d’interceptions françaises de petits bateaux avait « triplé » en un an, passant de plus de 2 100 en juin de l’année dernière à plus de 6 000 pour la même période cette année.

Les députés conservateurs ont appelé le gouvernement à pousser le gouvernement français à empêcher autant de bateaux de partir, ainsi qu’à intercepter les navires plus tôt dans leur voyage et à les ramener en France.

M. Loughton a demandé au ministre de l’Intérieur si les autorités françaises savaient qu’elles sont autorisées en vertu du droit maritime international à intercepter des bateaux et à les renvoyer en France.

« Ils le reconnaissent absolument, ils diraient qu’ils font leur part », a déclaré Mme Patel – mais elle a admis qu’ils n’interprètent pas toujours les règles maritimes pour « repousser les bateaux ».

Certains patrouilleurs français surveillent les bateaux de migrants pour s’assurer qu’ils sont en sécurité jusqu’à ce qu’ils traversent les eaux britanniques. Mme Patel a déclaré: « Ils ont une interprétation différente de sauver des vies en mer. »

M. Loughton a accusé le ministre de l’Intérieur d’avoir été « trompé avec des excuses » par les Français et de permettre aux autorités françaises de se moquer des arrangements.

« Hier, nous avons eu un navire de la marine militaire française escortant l’un des bateaux dans les eaux territoriales britanniques – puis nous avons essayé de remettre les occupants à un bateau rempli de journalistes », a-t-il déclaré.

Priti Patel comparaît mercredi devant la commission des affaires intérieures

(Télévision parlementaire)

Mme Patel a également défendu son projet de rechercher des accords bilatéraux qui permettraient aux demandeurs d’asile arrivant au Royaume-Uni par des itinéraires non autorisés de retourner rapidement dans leur pays d’origine.

« Nous discutons activement avec les États membres de l’UE d’accords bilatéraux – j’ai passé beaucoup de temps à [talking to] Pays-Bas, Belgique, Allemagne. Hier soir, je parlais également à mon homologue français », a-t-elle déclaré.

Cependant, les pays de l’UE ont exprimé une grande réticence à l’idée de tout accord bilatéral avec la Grande-Bretagne pour faciliter l’expulsion des réfugiés.

En avril, L’indépendant a signalé que la France, la Belgique et l’Allemagne n’avaient pas l’intention de conclure des accords avec la Grande-Bretagne sur les retours.

Le secrétaire belge à l’asile et aux migrations, Sammy Mahdi, a alors déclaré : « Le Royaume-Uni a choisi de quitter l’UE et ne peut donc pas continuer à compter sur notre solidarité européenne. On ne peut pas s’attendre à ce que nous soyons simplement d’accord sur le retour de ces migrants.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Comments