Skip to content

CSelon une nouvelle enquête de Human Rights Watch, près de 400 000 enfants réfugiés rohingyas vivant dans des camps bangladais sont privés du droit à l'éducation.

Dans un rapport de 81 pages publié mardi, le groupe a accusé le gouvernement du Bangladesh de bloquer l'accès des enfants à l'éducation formelle dans des écoles privées ou publiques en dehors des camps, et même d'empêcher les groupes d'aide d'offrir une alternative significative à l'enseignement secondaire sur place.

Les réfugiés et les enfants de longue date qui faisaient partie des 740 000 personnes qui ont fui la campagne de nettoyage ethnique meurtrière menée par l'armée du Myanmar dans l'État de Rakhine en 2017 ont été pris au piège du Myanmar et du Bangladesh en vue de rapatrier les Rohingya le plus rapidement possible.

L'agence des Nations Unies pour les réfugiés, le HCR et d'autres groupes de défense des droits ont déclaré à plusieurs reprises que les conditions au Myanmar n'étaient pas propices à des retours sûrs, volontaires et dans la dignité. Les Rohingya eux-mêmes avaient trop peur pour se joindre à deux opérations de rapatriement récentes.

"Le Bangladesh a clairement fait savoir qu'il ne voulait pas que les Rohingyas restent indéfiniment, mais priver les enfants de l'éducation ne fait qu'aggraver les torts causés aux enfants et ne va pas résoudre le problème des réfugiés plus rapidement", a déclaré Bill Van Esveld, associé aux enfants. directeur des droits à Human Rights Watch.

Heliabrine Monaco

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *