Premières Nations : Aucun moyen d’appliquer les codes de prévention des incendies, selon un document

OTTAWA –

Il n’y a aucun moyen d’appliquer les codes du bâtiment ou d’incendie aux Premières Nations et la recherche d’une solution législative nécessiterait beaucoup de temps et d’argent, avertissent les responsables fédéraux dans un document d’information interne.

Mais Blaine Wiggins, le directeur principal du Service autochtone des pompiers, a déclaré que les lacunes en matière d’application avaient des conséquences “catastrophiques”.

Les incendies de maison posent depuis longtemps un risque majeur pour la sécurité des personnes vivant dans les réserves, plusieurs enfants étant morts dans des incendies qui ont éclaté dans des communautés plus tôt cette année dans le sud de l’Alberta et le nord de l’Ontario.

Les dirigeants et les experts autochtones associent le nombre élevé d’incendies de maisons meurtriers dans les réserves au manque de logements convenables et au surpeuplement, ainsi qu’au financement et à l’éducation insuffisants en matière de protection contre les incendies.

L’Association canadienne des chefs de pompiers et l’Association des pompiers autochtones du Canada ont demandé à Ottawa d’adopter une loi pour appliquer les codes du bâtiment et de prévention des incendies aux communautés des Premières Nations et rendre obligatoires les inspections.

Mais un document d’information préparé pour le sous-ministre de Services aux Autochtones Canada indique qu’il n’y a actuellement aucun moyen d’appliquer les codes du bâtiment ou de prévention des incendies provinciaux ou nationaux pour les bâtiments dans les réserves.

Le document, qui a été obtenu par La Presse canadienne, indique que le ministère peut s’assurer que l’infrastructure qu’il finance respecte ces codes, mais que la seule autre option d’application pour les Premières Nations individuelles consiste à adopter des «règlements ad hoc».

« Bien qu’il y ait une reconnaissance de longue date de la nécessité d’assurer la conformité en ce qui concerne les codes du bâtiment et de prévention des incendies pour les autres infrastructures et logements, il n’y a pas de large soutien pour une approche visant à appliquer le code du bâtiment et de prévention des incendies dans les réserves », ont déclaré des responsables.

Les services d’incendie provinciaux peuvent condamner un bâtiment hors réserve s’ils estiment qu’il met la vie des personnes à l’intérieur en danger, mais cela est plus complexe pour les structures situées dans la réserve, selon le document.

“Comme la plupart des décès par incendie surviennent dans des bâtiments résidentiels, l’adoption d’une approche similaire pour les communautés dans les réserves signifierait que les membres des Premières Nations pourraient être empêchés d’accéder à leur propre propriété sur les terres des Premières Nations”, ont déclaré des responsables dans la note d’information.

“Une telle approche nécessite un examen attentif et nécessiterait une consultation importante.”

Selon M. Wiggins, qu’il s’agisse d’une nouvelle loi ou d’un règlement qu’une Première Nation a promulgué, le gouvernement doit fournir le financement et les ressources nécessaires pour s’assurer que ces normes peuvent être respectées.

“Il y a des inquiétudes au sein des dirigeants des Premières Nations, tout comme pour d’autres lois, une fois que la législation est mise en place, le gouvernement fédéral ne l’a pas financée correctement, donc c’est un échec”, a-t-il déclaré.

Le document d’information semble montrer que les bureaucrates fédéraux ressentent la même chose. La protection contre les incendies, ont déclaré les responsables, n’est pas considérée comme un service essentiel par la loi, et les efforts en cours pour désigner les services de police des Premières Nations comme essentiels ont un coût élevé.

“Une approche législative de la protection contre les incendies suivrait probablement une voie similaire nécessitant des engagements précoces et importants en matière de financement et de programme”, indique le document.

Un porte-parole de la ministre des Services aux Autochtones, Patty Hajdu, a déclaré dans un communiqué que le gouvernement ne prévoyait pas de légiférer sur la protection contre les incendies après avoir consulté les partenaires et les communautés des Premières Nations.

“Il a été déterminé que la législation ne serait pas la meilleure approche pour le moment. Au contraire, l’accent devrait rester sur l’identification et la compréhension des lacunes qui existent actuellement et sur les efforts pour les combler”, indique le communiqué.

« Si la législation devait être identifiée comme une priorité par les dirigeants autochtones à l’avenir, le gouvernement fédéral sera réceptif à ces conseils et est ouvert à travailler en collaboration.

Le ministère des Services aux Autochtones Canada travaille actuellement avec l’Assemblée des Premières Nations pour déployer une nouvelle stratégie de protection contre les incendies afin d’améliorer l’utilisation des codes de prévention des incendies.

En 2021, le coroner en chef de l’Ontario a déclaré dans un rapport sur les décès par le feu chez les Premières Nations qu’il y avait une “négligence juridictionnelle”.

Cet examen, qui a suivi plusieurs incendies mortels dans les réserves de l’Ontario, a déclaré que, comme les terres des Premières Nations sont régies par la Loi sur les Indiens fédérale, les codes du bâtiment provinciaux ne s’appliquent généralement pas et les Premières Nations finissent souvent par passer entre les mailles du filet.

« Les différends entre les gouvernements fédéral et provinciaux au sujet de leurs compétences respectives ont contribué à un sous-financement chronique et à des services fragmentés et inadéquats fournis aux communautés autochtones », a conclu l’examen.

Il a également déclaré que la plupart des incendies mortels sur les Premières Nations se sont produits dans une maison sans avertisseur de fumée ou en avait un qui ne fonctionnait pas.

C’est un domaine où Wiggins croit qu’Ottawa doit agir.

“Chaque juridiction est légalement tenue d’avoir un avertisseur de fumée à la maison … sauf les Premières Nations”, a-t-il déclaré. « Aucune loi n’oblige les Premières Nations à disposer de ce simple outil.

“Nous avons demandé au gouvernement fédéral d’adopter simplement la loi qui stipule que vous devez faire fonctionner des détecteurs de fumée dans une maison … rien de plus compliqué que cela, puis donnez-nous le mandat d’aider chaque communauté à respecter cela.”


Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 5 octobre 2022.