Poutine révèle qu’il s’est fait tirer dessus par Spoutnik V alors que la Russie se bat contre Covid

Regarder une émission en direct de la conférence téléphonique annuelle du président russe Vladimir Poutine, dans la salle de rédaction de l’agence de presse TASS.

Gavriil Grigorov | TASS | Getty Images

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré mercredi avoir reçu le vaccin contre le coronavirus Spoutnik V, alors que le Kremlin peine à convaincre un public sceptique des avantages de la vaccination.

« Je pensais que je devais être protégé le plus longtemps possible. J’ai donc choisi de me faire vacciner avec Spoutnik V. L’armée se fait vacciner avec Spoutnik V, et après tout, je suis le commandant en chef », a déclaré Poutine lors de sa session téléphonique annuelle où le public soumet des questions au président.

« Après le premier coup, je n’ai rien ressenti du tout. Environ quatre heures plus tard, il y avait de la tendresse là où j’ai eu le coup. J’ai fait le deuxième [shot] à midi. A minuit, j’ai mesuré ma température. Il était 37,2 [Celsius]. Je me suis endormi, je me suis réveillé et ma température était de 36,6. C’était tout », a déclaré Poutine dans des commentaires traduits par Reuters.

Poutine avait précédemment refusé de dire quel vaccin Covid il avait reçu en mars et le Kremlin a déclaré qu’il garderait l’information « secrète ». Poutine n’a pas été filmé ni photographié en train de recevoir la photo, ce qui a suscité des spéculations parmi le public russe et la presse internationale selon lesquelles il n’avait pas du tout reçu de vaccin russe.

Les doutes sur le statut vaccinal de Poutine n’ont pas aidé à apaiser la réticence apparente des Russes à se faire vacciner contre Covid, malgré les incitations pour les personnes âgées à se faire vacciner.

La Russie a autorisé l’utilisation de quatre vaccins cultivés localement et a été le premier pays au monde à approuver un vaccin contre le coronavirus, Spoutnik V (son vaccin le plus connu) en août dernier.

Le fait que le vaccin ait été approuvé avant la fin des essais cliniques a fait sourciller la communauté scientifique mondiale et cela aurait contribué au scepticisme du public quant aux références de sécurité et à l’efficacité du vaccin.

Pourtant, l’analyse intermédiaire des essais cliniques de phase 3 du tir, impliquant 20 000 participants et publié dans la revue médicale à comité de lecture The Lancet en début février, a constaté qu’il était efficace à 91,6 % contre l’infection symptomatique de Covid-19. La Russie a cherché à vendre son vaccin à plusieurs pays du monde, en particulier à ses alliés.

Néanmoins, les taux de vaccination à domicile restent faibles au grand dam de Poutine, qui a vanté les avantages des vaccins Covid de la Russie et a encouragé le public à se faire vacciner. Son taux de vaccination est à la traîne de nombreux pays, dont celui de l’Inde, du Mexique et du Brésil.

Les chiffres de notre monde en données suggèrent que 12% de la population russe a reçu deux doses d’un vaccin, tandis que 3% a reçu une première dose.

Les commentaires de Poutine interviennent alors que la Russie lutte pour contenir Covid et que la variante delta augmente à Moscou et à Saint-Pétersbourg. Vendredi dernier, le groupe de travail russe sur les coronavirus a signalé 20 393 nouveaux cas de Covid, le plus confirmé en une seule journée depuis le 24 janvier, selon Reuters. Les chiffres comprenaient 7 916 nouvelles infections à Moscou. La Russie a enregistré près de 5,5 millions de cas depuis le début de la pandémie.

S’adressant à divers membres du public de toute la Russie au cours de la session de questions-réponses, Poutine a abordé divers sujets, notamment la hausse des prix des denrées alimentaires, les infrastructures énergétiques, les relations avec l’Ukraine et les problèmes de logement. Plus d’un million de questions ont été soumises à Poutine, a rapporté l’agence de presse TASS.

Sur la question de la vaccination obligatoire du public compte tenu du faible taux de vaccination, Poutine a réitéré mercredi qu’il n’était toujours pas d’accord avec cela, bien que des mesures aient été prises pour pousser les Russes à accepter le coup avec la perspective de restrictions et de possibles pertes d’emplois. pour ceux qui ne l’acceptent pas.

À Moscou, par exemple, des responsables ont déclaré que 60% des travailleurs du secteur des services doivent recevoir une première dose d’un vaccin Covid avant le 15 juillet.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Comments