Pourquoi les parents ontariens devront payer pour utiliser une clinique pédiatrique virtuelle à partir du mois prochain

Les parents et les experts en soins de santé s’expriment après avoir appris qu’un service pédiatrique en ligne qui a aidé à garder les enfants malades hors des hôpitaux ontariens débordés ne sera plus gratuit à partir de la semaine prochaine en raison des réductions de frais provinciales.

KixCare, une clinique qui offre des soins pédiatriques à la demande, 24 heures sur 24, fait le pas alors que la province s’apprête à réduire les frais qu’elle paie aux médecins pour les visites virtuelles de 37 $ à 15 $ par patient le 1er décembre.

La clinique, qui a vu des patients sans référence, proposera à la place un abonnement mensuel payant qui coûtera aux parents 29 $ par mois.

“Ce n’est tout simplement pas le bon moment, voire jamais, pour introduire ces réductions”, a déclaré le Dr Harley Eisman, co-fondateur et médecin-chef de KixCare, qui a vu 20 000 patients pratiquement l’année dernière, selon son co- fondateur et PDG Daniel Warner.

Les coupures surviennent alors que les centres médicaux pour enfants à travers le pays, comme le Hospital for Sick Children de Toronto, sont aux prises avec une augmentation des admissions à l’hôpital en raison du COVID-19, de la grippe et du virus respiratoire syncytial (VRS). Certains patients attendent jusqu’à 12 heures pour être vus, selon les données obtenues de SickKids. Et certains parents disent qu’ils n’ont nulle part où emmener leur enfant car leur médecin de famille ou leur pédiatre ne verra pas un patient en personne s’il présente des symptômes de COVID-19.

Les réductions de frais virtuelles sont “déplorables”, déclare un parent

Leah Littlepage a déclaré que le service avait aidé sa fille de 16 mois à rester en dehors du service des urgences au moins quatre fois l’année dernière.

“Il est déplorable que le financement de ce programme soit coupé au moment même où les hôpitaux pédiatriques sont débordés”, a déclaré Littlepage, qui vit à Ottawa.

Elle a dit quand elle a entendu que KixCare deviendrait un service de paiement par accès en raison des nouveaux frais de pédiatre réduits “mon cœur s’est effondré”.

“Les groupes de mamans sont inondés de parents qui demandent des conseils médicaux les uns aux autres parce qu’ils n’ont nulle part où aller.”

Leah Littlepage, d’Ottawa, affirme que le portail en ligne de Kixcare a évité à sa fille de 16 mois plusieurs déplacements aux urgences parce qu’elle ne pouvait pas l’emmener chez un médecin de famille. (Soumis par Leah Littlepage)

Matthew Kantor, père de trois enfants âgés de deux, quatre et six ans, affirme que la clinique a été “essentielle” pour sa famille.

“Le service nous a donné des médecins qui travaillent à SickKids et cela nous a été extrêmement bénéfique… [They] ont fait un très bon travail de diagnostic simplement par vidéoconférence », a déclaré Kantor, qui vit à Toronto.

Le plus jeune fils de Kantor a reçu un diagnostic de Syndrome de Myhréune maladie dégénérative qui affecte le tissu conjonctif du corps.

“Mon fils entre et sort du SickKids plus d’une fois par mois en raison de son état… nous avons vu de très longs temps d’attente, nous avons vu des files d’attente débordées et c’est vraiment parce que les parents n’ont pas d’options.”

Pourquoi les parents ontariens devront payer pour utiliser une clinique pédiatrique virtuelle à partir du mois prochain
Matthew Kantor et sa femme Alana Kayfetz avec leurs trois enfants, âgés de deux, quatre et six ans. (Soumis par Matthew Kantor)

Eisman a déclaré que huit ou neuf patients sur 10 que KixCare voit virtuellement ont pu obtenir la bonne méthode de soins et ont eu un résultat positif.

“Nous ne sommes pas un service qui a été conçu pour surcharger les services d’urgence ou les cliniques et pour vider les patients des services d’urgence”, a déclaré Eisman.

“Très inéquitable”

La Dre Aviva Lowe, une pédiatre de Toronto qui a consulté sur KixCare, exhorte le gouvernement provincial à maintenir l’accès aux soins virtuels pour tous les enfants de la province.

“Les pédiatres ne seront plus en mesure d’offrir des visites virtuelles aux patients avec lesquels il n’y a pas de relation ou de référence préexistante, car les réductions sont si importantes qu’il n’est pas tenable de continuer ce type de soins”, a déclaré Lowe.

“Il est très inéquitable pour les personnes qui ont déjà un médecin ou qui ont été référées à un médecin de pouvoir continuer à accéder aux soins virtuels de la manière qu’elles méritent”, a-t-elle déclaré.

“Alors que ceux qui sont déjà désavantagés en n’ayant pas leur propre médecin ou en n’ayant pas accès en temps opportun à leur propre médecin … vont souffrir le plus de la coupure.”

Soins virtuels « destinés à compléter » les soins en personne : province

Le ministère de la Santé a déclaré qu’il avait conclu un accord avec l’Ontario Medical Association “sur la mise en œuvre du cadre de soins virtuels dans le cadre de la nouvelle entente sur les services médicaux.

« Tout au long de ce processus, le ministère a adopté une approche axée sur le patient pour s’assurer que les Ontariens continueront d’avoir accès aux soins dont ils ont besoin, quand ils en ont besoin », a déclaré le ministère dans un communiqué.

“Les soins virtuels sont destinés à compléter les soins en personne, et non à les remplacer”, lit-on.

“Cette approche a entraîné des changements significatifs pour les soins virtuels qui garantissent une relation patient-médecin positive.”

Les ambulanciers emmènent quelqu'un à l'intérieur d'une porte d'hôpital.
Le Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario, que l’on voit ici sur une photo prise le mois dernier, n’est que l’un des nombreux centres médicaux pédiatriques qui ressentent la pression en Ontario en raison de la COVID-19, de la grippe et du VRS. (Francis Ferland/CBC)

Daniel Flanders, propriétaire et directeur exécutif de la clinique Kindercare à Toronto, a déclaré qu’il comprenait que le gouvernement de l’Ontario tentait d’endiguer la vague de cliniques uniquement virtuelles et d’encourager les médecins à fournir des soins continus complets aux patients.

Mais la province court le risque de “jeter le bébé avec l’eau du bain”, a déclaré Flanders.

“Les changements qui s’annoncent, qui [are] va vraiment limiter considérablement l’accès aux soins primaires, en particulier pour les patients dans les régions où ils n’ont pas de fournisseur de soins primaires… il y aura des patients qui en souffriront.