Pourquoi les 200 langues de l’Ontario sont importantes pour cette élection

Ontario mein do sau zabaan boli jati hain.

Cela se traduit par « l’Ontario compte 200 langues ».

On vient de vous présenter une phrase en ourdou, l’une des nombreuses langues qui illustrent la diversité linguistique unique de la province. Cette diversité raconte comment des personnes de tous horizons apportent leurs traditions orales, leurs histoires et leurs expériences en Ontario. En fait, la province reçoit 50 % de tous les immigrants qui viennent au Canada.

Le large éventail de langues maternelles en Ontario suscite un sentiment de curiosité chez ceux qui veulent en savoir plus et procure un sentiment de confort à ceux qui ne voient pas leur langue aussi populairement affichée que l’anglais.

Cela nous amène aux prochaines élections ontariennes. Il y a 198 langues de plus en Ontario que ce que nous voyons habituellement lorsque nous parlons du vote. Les enclaves culturelles de banlieue ont généralement les taux de participation les plus faibles, bien qu’elles aient beaucoup à perdre si les dirigeants politiques ne reconnaissent pas leurs intérêts.

Pourquoi ne votent-ils pas ?

Un récent rapport de Statistique Canada a exploré les raisons pour lesquelles certaines personnes n’ont pas participé aux élections fédérales de 2021. L’une des principales raisons était que les gens n’étaient tout simplement pas intéressés. En d’autres termes, très peu ont retenu leur attention.

L’Ontario est l’une des provinces les plus diversifiées du pays, et ces collectivités ont le pouvoir de s’assurer que les résultats des élections reflètent leurs priorités. Cela fait de l’engagement auprès de la population diversifiée de l’Ontario un élément crucial de la promotion de la participation civique.

C’est là qu’intervient le pouvoir de la langue : la diversité linguistique peut être la solution à l’apathie des électeurs.

La langue offre un moyen de vraiment former des liens profonds avec les publics visés. En parlant aux communautés dans les langues qui remplissent leurs maisons, leurs cercles d’amis ou même leurs espaces de restauration, nous pouvons mieux motiver les Ontariens à s’intéresser et à s’enthousiasmer pour les élections.

Pour parler de cette question, la Fondation David Suzuki a publié des guides de l’électeur multilingues qui informent les gens sur la façon de s’inscrire et où voter.

L’avantage de la diversité linguistique (et de nos guides) est qu’elle s’étend au-delà de la langue. Puisque la langue est une porte d’entrée vers un monde d’expressions, de valeurs et de sentiments inexprimés, son pouvoir découle d’une grande partie de l’inexprimé.

Nous avons commencé avec six langues, offrant aux communautés un moyen de se sentir enthousiasmés par la beauté que leurs langues apportent à la mosaïque ontarienne. En les distribuant dans des restaurants comme Naan & Chai à Ajax et Aunty’s Kitchen à Mississauga, nous motivons les gens à interagir avec les élections dans les langues et les lieux avec lesquels ils se connectent.

Tout comme la diversité et la protection de l’environnement sont des éléments essentiels à la prospérité de l’Ontario, sa diversité linguistique doit également être reconnue et reflétée pour inciter les gens à s’inscrire et à voter.

C’est pourquoi nous espérons que d’autres travailleront également dans plusieurs langues cette saison électorale. Nous avons toute une province qui est prête à écouter, dans environ 200 langues.

Zabaan dil se suni jaati hai, bolnay dit nahi. « Le langage s’entend par le cœur, pas uniquement par la parole.