Pourquoi la Turquie soutient-elle enfin la candidature de la Suède à l’OTAN ?

Le dernier pays nordique à rejoindre l’alliance attend toujours que la Turquie et la Hongrie se frayer un chemin.

PUBLICITÉ

La Suède s’est rapprochée mardi de l’adhésion à l’OTAN après que la commission des affaires étrangères du parlement turc a donné son feu vert à un protocole d’adhésion du pays nordique à l’alliance militaire.

Le président turc Recep Tayyip Erdoğan a abandonné son objection à l’adhésion de la Suède lors d’un sommet de l’OTAN en juillet, mais il lui a fallu plusieurs mois pour envoyer le projet de loi au Parlement pour ratification et des semaines pour que la commission parlementaire donne son approbation.

Le protocole, longtemps retardé, doit maintenant être approuvé par l’assemblée générale au complet et il reste à voir dans quelle rapidité la question sera abordée par le parquet.

Suède et la Finlande a abandonné sa neutralité de plusieurs décennies et a cherché à devenir membre de l’OTAN dans un contexte de préoccupations sécuritaires accrues suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie en février 2022.

La Finlande est devenue le 31e membre de l’OTAN plus tôt cette année, après que le parlement turc a ratifié sa candidature.

Pourquoi ce retard ?

L’opposition de la Turquie à l’adhésion de la Suède à l’OTAN découle de sa conviction que le pays nordique s’est montré trop indulgent envers les partisans des militants kurdes et d’autres groupes en Suède qu’Ankara considère comme des menaces pour sa sécurité.

Il s’agit notamment de personnes associées au Parti des travailleurs du Kurdistan ou PKK, qui mène une insurrection depuis 39 ans en Turquie, ainsi que de personnes soupçonnées d’être liées à une tentative de coup d’État en 2016 contre Erdoğan. D’autres critiquent le dirigeant turc.

Certains observateurs ont averti que céder aux exigences d’Ankara pourrait porter atteinte à la souveraineté de la Suède, ainsi qu’aux droits de ceux qu’Erdoğan souhaite extrader vers la Turquie.

La Turquie, la Suède et la Finlande ont conclu un accord l’année dernière pour répondre aux problèmes de sécurité d’Ankara et Stockholm a ensuite pris des mesures pour renforcer ses lois antiterroristes, rendant le soutien aux organisations extrémistes passible de huit ans de prison.

Mais une série de manifestations anti-turques et anti-islam à Stockholm, dont certaines impliquaient l’incendie du Coran, ont provoqué la colère du gouvernement d’Erdoğan et de l’opinion publique turque.

Alors que les manifestations ont été condamnées par le gouvernement suédois, la Turquie a critiqué la Suède – qui a des lois strictes protégeant la liberté d’expression – pour avoir autorisé les manifestations de sentiments anti-musulmans.

Qu’est-ce qui a changé ?

Alors que la Suède renforçait ses lois antiterroristes pour répondre aux préoccupations de sécurité d’Ankara, l’OTAN a accepté de créer un coordinateur spécial pour la lutte contre le terrorisme et a nommé à ce poste le secrétaire général adjoint Tom Goffus.

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré lors du sommet de l’alliance en juillet que la Suède avait accepté « de soutenir activement les efforts visant à revigorer le processus d’adhésion de la Turquie à l’UE ».

Stockholm a annoncé qu’elle chercherait à améliorer les dispositions douanières et prendrait des mesures pour mettre en place des voyages européens sans visa pour les citoyens turcs.

Les négociations d’adhésion de la Turquie à l’UE sont tombées au point mort en 2018 en raison du recul démocratique du pays et de son piètre bilan en matière de droits de l’homme.

Plus tôt ce mois-ci, Erdoğan a ouvertement lié l’adhésion de la Suède à l’OTAN aux efforts d’Ankara pour acheter des avions de combat F-16 de fabrication américaine. Il a également appelé le Canada et les autres alliés de l’OTAN à lever l’embargo sur les armes contre la Turquie.

Certains États occidentaux ont interdit les exportations d’armes vers la Turquie en 2019, à la suite de son incursion militaire dans le nord de la Syrie contre les milices kurdes.

Lors du débat de mardi en commission parlementaire, le législateur de l’opposition, Oguz Kaan Salici, s’est demandé si le gouvernement avait reçu des assurances de la part des États-Unis concernant la vente des F-16.

PUBLICITÉ

L’administration du président américain Joe Biden soutient la demande turque de F-16, mais de nombreux membres du Congrès américain s’opposent fermement à la vente d’armes à la Turquie, qui souhaite acheter 40 nouveaux avions de combat F-16 et des kits de modernisation pour sa flotte existante.

Que se passe-t-il ensuite ?

Le approbation par la commission parlementaire ouvre la voie au débat et à la ratification du protocole d’adhésion de la Suède par l’assemblée générale. Il faudrait alors qu’Erdoğan l’approuve pour qu’il entre en vigueur.

Il n’était pas clair quand l’assemblée plénière débattrait du projet de loi.

Le parti AK au pouvoir d’Erdoğan et ses alliés disposent de la majorité au Parlement, qui compte 600 sièges.

Cependant, le président turc a déclaré que la décision appartenait aux législateurs. Les alliés nationalistes de son parti au pouvoir restent inquiets de l’adhésion de la Suède et accusent les membres de l’OTAN d’indifférence à l’égard de la menace du PKK contre la Turquie.

PUBLICITÉ

Cette semaine, des militants kurdes ont tenté d’infiltrer une base turque dans le nord de l’Irak, tuant 12 soldats en deux jours d’affrontements.

Les partis islamistes, frustrés par ce qu’ils perçoivent comme le silence des nations occidentales face aux actions militaires israéliennes à Gaza, pourraient voter contre le projet de loi.

Le facteur hongrois

La Hongrie, le seul autre adversaire de l’OTAN à l’égard de la Suède, n’a pas annoncé quand le pays pourrait ratifier l’accord.

Le parti au pouvoir en Hongrie, le Fidesz – dirigé par le Premier ministre populiste Viktor Orbán, largement considéré comme l’un des seuls alliés du président russe Vladimir Poutine au sein de l’UE – a bloqué la candidature de la Suède à l’OTAN depuis juillet 2022, alléguant que les politiciens suédois ont proféré des « mensonges flagrants » sur le sujet. état de la démocratie hongroise.

Pourtant, ni Orbán ni ses hauts responsables n’ont indiqué quel type de réparation ils attendaient de Stockholm pour apaiser leurs réserves quant à l’adhésion de la Suède à l’alliance militaire.

PUBLICITÉ

Certains critiques ont allégué que la Hongrie utilise son potentiel droit de veto sur l’adhésion de la Suède comme un outil pour obtenir des concessions de la part de l’Union européenne, qui a gelé des milliards de fonds en faveur de Budapest en raison de préoccupations concernant les droits des minorités et l’État de droit.

Les responsables hongrois ont déclaré à plusieurs reprises que leur pays ne serait pas le dernier membre de l’OTAN à soutenir la candidature de la Suède. Mais la démarche d’Ankara vers la ratification suggère que le temps pour de nouveaux retards pourrait être compté.

Certains politiciens de l’opposition hongroise – qui ont plaidé en faveur d’une approbation immédiate de la candidature suédoise – estiment que le parti d’Orbán suit le calendrier d’Ankara et votera pour l’approuver une fois qu’il semblera clair que la Turquie fera de même de manière imminente.