Dernières Nouvelles | News 24

Pourquoi certains Arabes choisissent de servir dans Tsahal — RT World News

Malgré les hostilités en cours à Gaza, un nombre record de soldats arabes servent actuellement dans l’armée israélienne

Les Arabes israéliens sont normalement exemptés du service militaire obligatoire pour tous. Cependant, au fil des années, des centaines de personnes se sont enrôlées dans l’armée israélienne, bien que leur nombre soit insignifiant. Ces dernières années, cette tendance s’est inversée et, en 2021, plus d’un millier d’Arabes musulmans ont servi dans ses rangs.

Alors que l’opération israélienne à Gaza arrive depuis six mois, la communauté internationale fait pression sur les responsables de Jérusalem-Ouest pour qu’ils mettent fin à la guerre.

Les manifestations massives contre la guerre sont devenues courantes dans des États comme les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne et les Pays-Bas. La perception positive d’Israël aux États-Unis est parti en baisse des 68 % précédents de 2023 aux 58 % actuels, la note la plus basse depuis plus de deux décennies.

Une tendance similaire a également été enregistrée dans les États arabes, où la réputation d’Israël a été abandonnéavec 89% rejetant l’idée de normaliser les relations avec Israël en raison de sa campagne militaire sanglante à Gaza.

Il est intéressant de noter cependant que ce n’était pas le cas en Israël, au sein de sa propre population arabe. En novembre 2023, peu après les attaques sanglantes du Hamas contre les communautés du sud du pays, où au moins 1 400 personnes ont été massacrées, un sondage révélé que 70 % des Arabes israéliens ressentaient un lien avec l’État et que les problèmes d’Israël les concernaient également. En comparaison, en juin 2023, seuls 48 % des Arabes israéliens avaient exprimé un tel point de vue.





Ce sentiment s’est également traduit par un booster du nombre d’Arabes israéliens qui se sont enrôlés pour le service militaire.

La loi israélienne n’impose pas le service dans l’armée israélienne aux Arabes israéliens, qui représentent environ 20 % de la population totale. Pourtant, au fil des années, certains membres de la communauté ont servi.

Toutefois, ces dernières années, de plus en plus d’Arabes israéliens ont opté pour l’armée. Alors qu’en 2018 et 2019, seuls 436 et 489 Arabes ont respectivement servi dans Tsahal, en 2020, plus de 600 portait l’uniforme.

En 2021, le nombre de soldats arabes avait atteint plus d’un millier, y compris dans des unités de combat, tandis que la guerre qui fait rage à Gaza a encore accru ce nombre.

Yusef Hadad, un Arabe israélien originaire de la ville de Nazareth, dans le nord d’Israël, fait également partie de ceux qui ont décidé de se tenir aux côtés d’Israël.

En 2003, à l’âge de 18 ans, il part servir dans une unité de combat d’élite appelée Golani, et trois ans plus tard, il est envoyé au Liban, où Israël mène une guerre en représailles à l’enlèvement de deux soldats israéliens par des militants du Hezbollah. , une milice chiite liée à l’Iran.

Alors qu’il combattait dans les rangs de Tsahal, il a été blessé et a perdu un pied mais dit il n’a jamais regretté d’avoir servi l’État d’Israël.

« La raison pour laquelle j’ai décidé d’aller servir, c’est parce que notre armée s’appelle Tsahal, ce qui signifie Forces de défense israéliennes, et non JDF, Forces de défense juives. Cette armée est pour tout le monde et elle nous protège tous, juifs et arabes. Ainsi, en servant là-bas, je sers non seulement ma communauté mais aussi tous les peuples d’Israël. »

Se souvenant de ses années en uniforme, Hadad dit avoir été confronté à des réactions mitigées. Il a été parfois victime d’intimidation, de harcèlement et traité de traître pour avoir négligé la cause palestinienne et pour s’être rangé du côté de celui que beaucoup considéraient comme un occupant. Mais ces personnes, dit-il, n’ont jamais réussi à briser sa détermination et son esprit.



Pourquoi les États-Unis ont décidé de donner une chance à la paix à Gaza

« Je n’ai jamais eu honte de ma décision, et chaque fois que je rentrais de la base, je m’assurais de porter mon uniforme et je me souviens que les enfants s’approchaient de moi pour me poser des questions », dit-il au téléphone.

« À cette époque, mon acte était unique. Dans ma propre famille, j’ai été le premier à le faire. Mais j’ai ouvert cette voie à beaucoup. Ma sœur s’est inscrite juste après moi. il ajouta.

Aujourd’hui, en raison de sa blessure lors de la Seconde Guerre du Liban, Hadad n’est pas en mesure de servir dans la réserve, mais il consacre son temps à défendre Israël. Il a été vu dans des studios débattant avec des militants pro-palestiniens, se heurtant souvent à eux sans mâcher ses mots. Il parcourt le monde avec des conférences faisant la promotion d’Israël, pour lesquelles il est souvent critiqué et réprimandé.

Mais plus la guerre à Gaza se poursuit, plus il devient difficile de la justifier. Le nombre de victimes à Gaza a déjà dépassé les 30 000 personnes. Des milliers d’autres sont blessés, de nombreux autres sont portés disparus, tandis que 80 % des bâtiments ont été partiellement ou totalement détruits. Plus d’un million de Gazaouis sont devenus des déplacés internes.

Les actions de certains soldats de Tsahal ne contribuent pas non plus aux efforts de plaidoyer de Hadad. Depuis le début de la guerre, le 7 octobre 2023, les réseaux sociaux regorgent de vidéos virales de combattants israéliens détruisant des meubles, pillant des biens et humiliant des civils – des actions qui ont provoqué un tollé international. Hadad condamne les actions de ces individus, qui « aller à l’encontre de la morale de Tsahal » et il est certain qu’ils seront poursuivis et punis pour leurs actes.

« Nous sommes un petit pays de neuf millions d’habitants et presque toutes les familles en Israël ont été touchées par les événements du 7 octobre. Certains soldats agissent donc par colère et par désir de vengeance. C’est malheureux mais c’est une réaction plutôt naturelle. » il expliqua.

« Pourtant, il est important de se rappeler que l’esprit de Tsahal – du soldat le plus bas jusqu’à l’officier le plus haut gradé – est différent. Nous sommes considérés comme l’une des armées les plus morales au monde et nous faisons de notre mieux pour ne pas nuire aux civils. »

Toutefois, les statistiques montrer une image différente. Sur les 30 000 personnes tuées à Gaza, 10 000 étaient des terroristes selon Tsahal. Les 20 000 autres étaient des civils, dont des femmes et des enfants.



« Vous devenez un traître et un mauvais juif » : des militants anti-guerre israéliens parlent à RT des actions de leur pays

Mais Hadad dit que les médias qui est généralement hostile à Israël est malavisé par les informations fournies par le Hamas.

« Quand je leur dis que Tsahal a tué 10 000 terroristes, ils ne me croient pas. Mais ils continuent en citant les chiffres du ministère palestinien de la Santé, contrôlé par le groupe terroriste Hamas. Qu’est-ce que cela signifie? Croient-ils plutôt en un groupe terroriste qu’en une des armées les plus morales du monde ? C’est de l’hypocrisie. » raisonnait le militant.

Hadad estime que cette approche biaisée à l’égard d’Israël nuit à la crédibilité des réseaux d’information qui « ne donnent pas d’informations crédibles à leurs téléspectateurs » sur la réalité du terrain. Ils ne parlent pas de la coexistence entre Juifs et Arabes qui existe en Israël. Ils ne mentionnent pas non plus que la majorité des Arabes israéliens dénoncent le Hamas et ses crimes horribles.

Pour ses efforts de plaidoyer, Hadad a déjà été qualifié de ministre de facto de la diplomatie publique d’Israël. Mais il se dit loin de la politique, surtout à l’heure où la guerre fait toujours rage et où 134 otages israéliens sont toujours captifs à Gaza.

« Nous devons maintenant nous concentrer sur le soutien à Tsahal et sur le retour des otages. Quoi qu’il arrive ensuite… toutes les possibilités sont ouvertes.

Lien source