Skip to content

CHICAGO (Reuters) – Avec la pandémie entravant l'industrie de la viande, l'agriculteur de l'Iowa, Al Van Beek, n'avait nulle part où expédier ses porcs adultes pour faire de la place aux 7500 porcelets qu'il attendait de son élevage. La crise a forcé une décision qui le préoccupe toujours: il a ordonné à ses employés de donner des injections aux truies gestantes, une par une, ce qui les obligerait à avorter leurs bébés cochons.

Porcelets avortés, poulets gazés alors qu'une pandémie claque le secteur de la viande

Les animaux de l'éleveur de porcs Mike Patterson, qui ont été soumis à un régime afin qu'ils prennent plus de temps à grossir en raison des perturbations de la chaîne d'approvisionnement causées par des épidémies de maladie à coronavirus (COVID-19), sur sa propriété de Kenyon, Minnesota, États-Unis, le 23 avril 2020 REUTERS / Nicholas Pfosi

Van Beek et d'autres agriculteurs disent qu'ils n'ont pas d'autre choix que d'abattre le bétail car ils manquent d'espace pour abriter leurs animaux ou de l'argent pour les nourrir, ou les deux. Les plus grandes entreprises de viande du monde – dont Smithfield Foods Inc, Cargill Inc, JBS USA et Tyson Foods Inc – ont interrompu leurs activités dans une vingtaine d'abattoirs et d'usines de transformation en Amérique du Nord depuis avril, les travailleurs tombant malades, attisant les craintes mondiales d'une pénurie de viande.

Les porcelets de Van Beek sont victimes d'une crise tentaculaire de l'industrie alimentaire qui a commencé avec la fermeture massive de restaurants – bouleversant la chaîne d'approvisionnement de ce secteur, surchargeant le stockage et obligeant les agriculteurs et les transformateurs à tout détruire, du lait aux salades vertes en passant par les animaux. Les transformateurs conçus pour servir l’industrie de la restauration ne peuvent pas immédiatement passer à l’approvisionnement des épiceries.

Des millions de porcs, de poulets et de bovins seront euthanasiés en raison de fermetures d'abattoirs, ce qui limite les approvisionnements chez les épiciers, a déclaré John Tyson, président du principal fournisseur américain de viande Tyson Foods.

Le porc a été particulièrement touché, la production journalière ayant été réduite d'environ un tiers. Contrairement aux bovins, qui peuvent être hébergés à l'extérieur dans les pâturages, les porcs américains sont engraissés pour être abattus dans des bâtiments à température contrôlée. S'ils sont hébergés trop longtemps, ils peuvent devenir trop gros et se blesser. Les étables doivent être vidées en envoyant des porcs adultes à l'abattage avant l'arrivée de nouveaux porcelets de truies qui ont été imprégnées juste avant la pandémie.

"Nous n'avons nulle part où aller avec les porcs", a déclaré Van Beek, qui a déploré le gaspillage de tant de viande. "Qu'allons nous faire?"

Au Minnesota, les agriculteurs Kerry et Barb Mergen ont senti leur cœur battre quand une équipe de Daybreak Foods Inc est arrivée avec des chariots et des réservoirs de dioxyde de carbone pour euthanasier leurs 61 000 poules pondeuses plus tôt ce mois-ci.

Daybreak Foods, basée à Lake Mills, dans le Wisconsin, fournit des œufs liquides aux restaurants et aux entreprises de restauration. L'entreprise, propriétaire des oiseaux, paie des agriculteurs sous contrat comme les Mergens pour les nourrir et les soigner. Les chauffeurs chargent normalement les œufs dans des camions et les transportent vers une usine de Big Lake, au Minnesota, qui les utilise pour fabriquer des œufs liquides pour les restaurants et des plats prêts à servir pour les entreprises de restauration. Mais l’exploitant de l’usine, Cargill Inc, a déclaré qu’il avait tourné au ralenti parce que la pandémie avait réduit la demande.

Daybreak Foods, qui compte environ 14,5 millions de poules avec des fermes gérées par des entrepreneurs ou appartenant à une entreprise dans le Midwest, essaie de changer de vitesse et d'expédier des œufs aux épiceries, a déclaré le chef de la direction William Rehm. Mais les cartons d'oeufs sont en pénurie dans tout le pays et l'entreprise doit maintenant classer chaque oeuf en fonction de sa taille, a-t-il déclaré.

Rehm a refusé de dire quelle part du troupeau de l'entreprise a été euthanasiée.

"Nous essayons d'équilibrer notre offre avec les besoins de nos clients, tout en assurant la sécurité de tout le monde – y compris tout notre personnel et toutes nos poules", a déclaré Rehm.

DUMPING HOGS DANS UNE DÉCHARGE

Dans l'Iowa, le fermier Dean Meyer a déclaré qu'il faisait partie d'un groupe d'environ neuf producteurs qui euthanasient le plus petit 5% de leurs porcs nouvellement nés, soit environ 125 porcelets par semaine. Ils continueront à euthanasier les animaux jusqu'à ce que les perturbations se calment et pourraient augmenter le nombre de porcs tués chaque semaine, a-t-il déclaré. Les petits corps sont compostés et deviendront des engrais. Le groupe de Meyer tue également des mères porcines, ou des truies, pour réduire leur nombre, a-t-il déclaré.

«Les emballeurs sont sauvegardés chaque jour de plus en plus», a déclaré Meyer.

Alors que les États-Unis sont confrontés à une éventuelle pénurie alimentaire et que les supermarchés et les banques alimentaires ont du mal à répondre à la demande, les massacres forcés sont de plus en plus répandus à travers le pays, selon les économistes agricoles, les groupes de commerce agricole et les législateurs fédéraux qui entendent des représentants des agriculteurs.

Le gouverneur de l'Iowa, Kim Reynolds, ainsi que les deux sénateurs américains d'un État qui fournit un tiers du porc du pays, ont envoyé une lettre à l'administration Trump plaidant pour une aide financière et une assistance pour l'abattage des animaux et l'élimination appropriée de leurs carcasses.

"Il y a 700 000 porcs à travers le pays qui ne peuvent pas être traités chaque semaine et doivent être euthanasiés sans cruauté", a déclaré la lettre du 27 avril.

Le département américain de l'Agriculture (USDA) a déclaré vendredi soir qu'il établissait un centre national de coordination des incidents pour aider les agriculteurs à trouver des marchés pour leur bétail, ou à euthanasier et à éliminer les animaux si nécessaire.

Certains producteurs qui élèvent du bétail et vendent des bébés porcs aux agriculteurs les donnent maintenant gratuitement, ont déclaré les agriculteurs, ce qui se traduit par une perte d'environ 38 $ pour chaque porcelet, selon la société de produits de base Kerns & Associates.

Les agriculteurs du Canada voisin tuent également des animaux qu’ils ne peuvent pas vendre ou se permettre de nourrir. Selon Rick Bergmann, éleveur de porcs du Manitoba et président du Conseil canadien du porc, la valeur des iso-grains canadiens – les porcs – est tombée à zéro en raison de perturbations dans les usines de transformation aux États-Unis. Au Québec seulement, un arriéré de 92 000 porcs attend d'être abattu, a déclaré le producteur porcin québécois René Roy, un cadre du Conseil du porc.

Une ferme porcine de l'Île-du-Prince-Édouard au Canada a euthanasié des porcs de 270 livres qui étaient prêts à être abattus parce qu'il n'y avait pas de place pour les transformer, a déclaré Bergmann. Les animaux ont été jetés dans une décharge.

DES MENACES DE MORT

La dernière catastrophe économique qui a frappé le secteur agricole survient après des années de conditions météorologiques extrêmes, la chute des prix des produits de base et la guerre commerciale de l'administration Trump avec la Chine et d'autres marchés d'exportation clés. Mais c'est plus qu'une perte de revenus. La pandémie qui déferle sur les villes agricoles a plongé les communautés rurales dans le désespoir, un puissant mélange de honte et de chagrin.

Les agriculteurs sont fiers du fait que leurs cultures et leurs animaux sont destinés à nourrir les gens, en particulier dans une crise qui a ralenti des millions de travailleurs et contraint beaucoup à recourir aux banques alimentaires. Maintenant, ils détruisent les récoltes et tuent les animaux sans but.

Les agriculteurs tressaillent lorsqu'ils parlent de tuer tôt les animaux ou de labourer les cultures dans le sol, de peur de la colère du public. Deux producteurs laitiers du Wisconsin, contraints de vider le lait par leurs acheteurs, ont déclaré à Reuters qu'ils avaient récemment reçu des menaces de mort anonymes.

"Ils disent:" Comment osez-vous jeter la nourriture quand tant de gens ont faim? "", A déclaré un agriculteur, sous couvert d'anonymat. «Ils ne savent pas comment fonctionne l’agriculture. Cela me rend malade aussi. "

Même si les prix du bétail et des récoltes chutent, les prix de la viande et des œufs dans les épiceries sont en hausse. Le prix de détail moyen des œufs a augmenté de près de 40% pour la semaine terminée le 18 avril, par rapport à l'année précédente, selon les données de Nielsen. Les prix moyens au détail du poulet frais ont augmenté de 5,4%, tandis que le bœuf a augmenté de 5,8% et le porc de 6,6%.

À la ferme de Van Beek à Rock Valley, Iowa, un porc s'est cassé une jambe parce qu'il était devenu trop lourd en attendant d'être abattu. Il a livré des porcs dans des installations qui fonctionnent toujours, mais ils sont trop pleins pour prendre tous ses animaux.

Van Beek a payé 2000 dollars à des porcs de camion pendant environ sept heures pour une usine de Smithfield dans l'Illinois, soit plus du quadruplé du coût habituel pour les transporter vers un abattoir de Sioux Falls, dans le Dakota du Sud, que l'entreprise a fermé indéfiniment. Il a dit que Smithfield est censé payer les frais de transport supplémentaires en vertu de son contrat. Mais l'entreprise refuse de le faire, invoquant la «force majeure» – qu'un événement extraordinaire et imprévisible l'empêche de respecter son accord.

Smithfield, le plus grand transformateur de porc au monde, a refusé de dire s'il avait refusé d'effectuer des paiements contractuels. Il a déclaré que la société travaille avec des fournisseurs "pour naviguer en ces temps difficiles et sans précédent."

Selon le groupe industriel National Pork Producers Council, les éleveurs de porcs du pays perdront environ 5 milliards de dollars, ou 37 dollars par habitant, pour le reste de l'année.

Porcelets avortés, poulets gazés alors qu'une pandémie claque le secteur de la viande
Diaporama (8 Images)

Selon l'American Farm Bureau Federation, le plus grand groupe commercial d'agriculteurs du pays, un programme d'aide aux coronavirus du gouvernement américain annoncé récemment pour 19 milliards de dollars aux agriculteurs ne paiera pas le bétail abattu. L'USDA a déclaré dans un communiqué que le programme de paiement était toujours en cours d'élaboration et que l'agence avait reçu plus de demandes d'assistance qu'elle n'avait d'argent pour gérer.

Le fermier du Minnesota, Mike Patterson, a commencé à nourrir ses cochons avec plus de coques de soja – qui remplissent l'estomac des animaux mais offrent une valeur nutritionnelle négligeable – pour les empêcher de devenir trop grands pour leurs étables. Il envisage de les euthanasier parce qu'il ne peut pas trouver suffisamment d'acheteurs après que Smithfield a fermé indéfiniment son énorme usine de Sioux Falls.

"Ils doivent être logés avec humanité", a déclaré Patterson. «S'il n'y a pas assez de place, nous devons avoir moins de porcs. D'une manière ou d'une autre, nous devons avoir moins de porcs. "

Reportage par Tom Polansek et P.J. Huffstutter à Chicago. Reportage supplémentaire par Rod Nickel à Winnipeg, Manitoba. Écriture de P.J. Huffstutter; Montage par Caroline Stauffer et Brian Thevenot