Poilievre, favori de la direction conservatrice, apporte la «lutte pour la liberté» en Colombie-Britannique

Le prochain chef présumé du Parti conservateur du Canada a rallié ses partisans avec un discours aujourd’hui à Nanaimo.

Pierre Poilievre, le favori de la campagne à la direction du parti, a organisé une rencontre le dimanche 28 août au Vancouver Island Conference Centre.

Le député a promis aux gens “un gouvernement plus petit et des citoyens plus grands” et a conclu son discours en parlant d’un désir de se battre pour la liberté plutôt que de se battre pour le contrôle. Il a dit que s’il devenait chef conservateur puis premier ministre, il s’opposerait aux “gardiens” qui essaient de contrôler ce que les gens voient et ce que les gens disent.

« Ces guerriers éveillés veulent contrôler ce que disent les autres. Ils parlent toujours de nouvelles façons de nous diviser », a déclaré Poilievre.

Il a déclaré qu’un gouvernement conservateur abrogerait les modifications à la loi sur la radiodiffusion qu’il a qualifiées de «loi sur la censure» et exigerait que chaque université recevant des subventions de recherche fédérales s’engage à faire respecter les droits relatifs à la liberté d’expression des étudiants et des professeurs.

Il a promis de supprimer le financement de Radio-Canada et a été ovationné lorsqu’il a annoncé qu’il interdirait à tous les ministres conservateurs de participer au Forum économique mondial.

“Si l’un de mes ministres veut se rendre à cette grande conférence fantaisiste de milliardaires avec le Forum économique mondial de Davos, il vaut mieux en faire un aller simple car il ne reviendra pas dans mon cabinet”, a-t-il déclaré.

Poilievre a présenté des plans pour que le Canada cultive plus de nourriture, produise plus d’énergie et construise plus de maisons. En matière de logement, il a déclaré qu’un gouvernement conservateur sous sa direction lierait les fonds fédéraux destinés aux infrastructures des villes au nombre d’unités de logement autorisées par ces villes. Il a également déclaré que chaque station de transport en commun financée par le gouvernement fédéral serait accompagnée d’une approbation préalable pour le logement et que les bâtiments fédéraux «sous-utilisés» seraient vendus pour être convertis en logements abordables.

Poilievre a déclaré que les « déficits inflationnistes » du gouvernement libéral signifient qu’il y a plus d’argent pour moins de biens, ce qui entraîne une augmentation des coûts. Il a discuté de certains de ses plans pour limiter les dépenses gouvernementales, y compris une «loi sur la répartition» obligeant le gouvernement fédéral à trouver un dollar d’économies pour chaque nouveau dollar de dépenses.

“Les politiciens ont besoin de limites légales sur leurs dépenses et ils les obtiendront quand je serai Premier ministre”, a-t-il déclaré. “Vous avez pincé vos sous assez longtemps.”

Poilievre a une autre rencontre prévue le dimanche soir 28 août au Mary Winspear Centre de Sidney, et un autre événement le lundi 29 août au Centre culturel italien de Vancouver.

Les conservateurs annonceront leur prochain chef le 10 septembre. Les autres candidats sont Jean Charest, Leslyn Lewis, Scott Aitchison et Roman Baber.


editor@nanaimobulletin.com
Aimez-nous sur Facebook et suivez-nous sur Twitter

Politique fédérale