Dernières Nouvelles | News 24

Plus de 2 000 personnes ensevelies sous les décombres après un glissement de terrain – La Papouasie-Nouvelle-Guinée à l’ONU — RT World News

La nation insulaire du Pacifique Sud a officiellement demandé une aide internationale pour faire face à la catastrophe de vendredi.

Plus de 2 000 personnes pourraient être ensevelies sous les décombres laissés par le glissement de terrain meurtrier de vendredi en Papouasie-Nouvelle-Guinée, a rapporté l’AP, citant une lettre que les autorités de ce pays insulaire du Pacifique Sud ont envoyée aux Nations Unies.

Vendredi matin, un flanc du mont Mungalo, situé à environ 600 kilomètres au nord de la capitale, Port Moresby, s’est effondré, recouvrant entièrement le village de Yambali d’un mélange de roches, de boue et d’arbres déracinés. La catastrophe naturelle a également coupé la principale route provinciale de la région, ce qui a compliqué les efforts de secours.

Un autre obstacle auquel sont confrontés les convois humanitaires sont les hostilités tribales dans la région, qui nécessitent du personnel militaire pour protéger les expéditions d’aide.

La directrice par intérim du Centre national des catastrophes de Papouasie-Nouvelle-Guinée, Luseta Laso Mana, a écrit dimanche aux Nations Unies que le glissement de terrain avait « plus de 2 000 personnes ont été enterrées vivantes » et causé « destructions majeures ».





Mana, qui s’est rendu personnellement dans la zone touchée à la suite de la catastrophe nationale, a averti que cela aurait de graves répercussions économiques pour la nation insulaire et a officiellement demandé une aide internationale, selon AP.

Plus tôt le même jour, Serhan Aktoprak, chef de la mission de l’Organisation internationale pour les migrations en Papouasie-Nouvelle-Guinée, a déclaré à AP que les autorités locales « estiment que plus de 670 personnes [are] sous le sol en ce moment. Il a expliqué que ce chiffre était basé sur les chiffres moyens de la population par foyer dans la région, ajoutant toutefois que le nombre estimé de morts était « pas solide. »

Quant à la dernière évaluation des autorités de Papouasie-Nouvelle-Guinée, Aktoprak a déclaré : « Nous ne pouvons pas contester ce que suggère le gouvernement, mais nous ne pouvons pas le commenter. »

Parallèlement, les autorités locales ont reconnu qu’elles avaient initialement sous-estimé le nombre d’habitants du village de Yambali.

Depuis que la tragédie a frappé vendredi, le nombre de morts prévu est passé d’un peu plus de 100 victimes à plus de 2 000.
Selon les médias, les sauveteurs n’ont jusqu’à présent réussi à récupérer que six corps, le nombre de blessés étant incertain.
Le glissement de terrain a laissé au moins 1 250 sans-abri, a rapporté l’AP, citant les autorités locales.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

Lien source