Dernières Nouvelles | News 24

Plus de 1 000 pèlerins du hajj meurent dans des températures approchant les 52 °C à La Mecque | Hajj

Hajj

Les autorités saoudiennes ont déclaré avoir renvoyé les pèlerins non enregistrés, mais beaucoup semblent avoir participé sans accès à des espaces plus frais.

L’Agence France-Presse à Riyad

jeu. 20 juin 2024 13h44 HAE

Le bilan des morts du hajj de cette année a dépassé le millier, dont plus de la moitié ne sont pas des fidèles non enregistrés qui ont effectué le pèlerinage dans une chaleur extrême Arabie Saoudite.

Les nouveaux décès signalés jeudi comprenaient 58 personnes Egypteselon un diplomate arabe qui a fourni un décompte montrant que sur 658 Égyptiens décédés, 630 étaient des pèlerins non enregistrés.

Une dizaine de pays ont signalé 1 081 décès lors du pèlerinage, l’un des cinq piliers du Islam que tous les musulmans ayant les moyens doivent accomplir au moins une fois.

Le hajj, dont le calendrier est déterminé par le calendrier islamique lunaire, a de nouveau chuté cette année au cours de l’été saoudien, qui ressemble à un four.

Le centre météorologique national a signalé une température maximale de 51,8 °C cette semaine à la Grande Mosquée de La Mecque.

Une étude saoudienne publiée le mois dernier indique que les températures dans la région augmentent de 0,4°C chaque décennie.

Chaque année, des dizaines de milliers de pèlerins tentent de rejoindre le hajj par des voies irrégulières, car ils ne peuvent pas se permettre les permis officiels, souvent coûteux.

Les autorités saoudiennes ont annoncé avoir expulsé des centaines de milliers de pèlerins non enregistrés de La Mecque ce mois-ci, mais il semble que nombre d’entre eux participent encore aux principaux rites qui ont débuté vendredi dernier. Ce groupe était plus vulnérable, car sans autorisation officielle, ils ne pouvaient pas accéder aux espaces climatisés prévus pour se rafraîchir aux 1,8 million de pèlerins autorisés.

« Les gens étaient fatigués après avoir été pourchassés par les forces de sécurité avant le jour d’Arafat. Ils étaient épuisés », a déclaré jeudi un diplomate arabe à propos de la journée de prières en plein air de samedi qui marquait le point culminant du hajj.

Le diplomate a déclaré que la principale cause de décès parmi les pèlerins égyptiens était la chaleur, qui a déclenché des complications liées à l’hypertension artérielle et à d’autres problèmes.

Des responsables égyptiens se sont rendus dans des hôpitaux pour obtenir des informations et aider les pèlerins égyptiens à recevoir des soins médicaux, a indiqué jeudi le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

« Cependant, un grand nombre de citoyens égyptiens ne sont pas enregistrés dans les bases de données du hajj, ce qui nécessite deux fois plus d’efforts et plus de temps pour rechercher les personnes disparues et retrouver leurs proches », indique le communiqué.

Le président égyptien Abdel Fatah al-Sisi a ordonné qu’une « cellule de crise » dirigée par le Premier ministre suive la mort des pèlerins du pays.

Sissi a souligné « la nécessité d’une coordination immédiate avec les autorités saoudiennes pour faciliter la réception des corps des défunts et rationaliser le processus », indique un communiqué de son bureau.

le Pakistan et Indonésie a également confirmé davantage de décès jeudi.

Sur environ 150 000 pèlerins, le Pakistan a enregistré jusqu’à présent 58 décès, a indiqué un diplomate. « Je pense qu’étant donné le nombre de personnes et la météo, c’est tout simplement naturel », a déclaré le diplomate.

L’Indonésie, qui comptait environ 240 000 pèlerins, a porté son bilan à 183 morts, a indiqué son ministère des Affaires religieuses, contre 313 décès enregistrés l’année dernière.

Des décès ont également été confirmés en Malaisie, en Inde, en Jordanie, en Iran, au Sénégal, en Tunisie, au Soudan et dans la région autonome du Kurdistan irakien. Dans de nombreux cas, les autorités n’en ont pas précisé la cause.

Amis et proches recherchent les pèlerins disparus, parcourent les hôpitaux et implorent des nouvelles en ligne, craignant le pire.

Deux diplomates ont déclaré jeudi que les autorités saoudiennes avaient commencé le processus d’inhumation des pèlerins morts, nettoyant les corps, les plaçant dans un linge funéraire blanc et les emportant pour être enterrés.

« L’enterrement est effectué par les autorités saoudiennes. Ils ont leur propre système, donc nous nous contentons de le suivre », a déclaré un diplomate, qui a déclaré que son pays s’efforçait d’informer ses proches du mieux qu’il pouvait.

L’autre diplomate a déclaré qu’il serait impossible d’avertir à l’avance de nombreuses familles, notamment en Egypte, qui compte un grand nombre de morts.

Arabie Saoudite n’a pas fourni d’informations sur les décès, bien qu’il ait signalé plus de 2 700 cas d’« épuisement dû à la chaleur » rien que dimanche.

L’année dernière, divers pays ont signalé plus de 300 décès pendant le hajj, pour la plupart des Indonésiens.

Le calendrier du hajj recule d’environ 11 jours chaque année dans le calendrier grégorien, ce qui signifie que l’année prochaine, il aura lieu plus tôt en juin, potentiellement dans des conditions plus fraîches.

Une étude de 2019 de la revue Geophysical Research Letters a déclaré qu’en raison de la crise climatique, le stress thermique des pèlerins du Hajj dépasserait le « seuil de danger extrême » de 2047 à 2052 et de 2079 à 2086, « avec une fréquence et une intensité croissantes à mesure que le siècle avance ».


Source link