Dernières Nouvelles | News 24

Plan de cessez-le-feu à Gaza : Blinken affirme que certains des changements proposés par le Hamas sont réalisables et d’autres non

BEYROUTH (AP) — Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré mercredi que les médiateurs continueraient d’essayer de conclure un accord de cessez-le-feu insaisissable après Le Hamas a proposé de nombreux changements à un plan soutenu par les États-Unis, dont certains, selon lui, étaient « réalisables » et d’autres non.

Ces échanges ont mis à nu la frustration suscitée par la difficulté de parvenir à un accord susceptible de mettre un terme à huit mois de guerre qui a décimé Gaza, tué des dizaines de milliers de Palestiniens et laissé de nombreux otages israéliens languir en captivité militante. Les précédents moments d’optimisme ont été anéantis à plusieurs reprises par les divergences entre les deux parties.

Le proposition de cessez-le-feu bénéficie d’un soutien mondial mais n’a pas été pleinement adopté par Israël ou le Hamas. Blinken n’a pas précisé quels changements le Hamas recherchait, mais il a déclaré que les médiateurs – le Qatar, l’Égypte et les États-Unis – continueraient d’essayer de « conclure cet accord ». Il a imputé la responsabilité au Hamas, l’accusant de modifier ses exigences.

Le correspondant de l’AP à Washington, Sagar Meghani, rapporte que le secrétaire d’État Antony Blinken a déclaré que le Hamas souhaite que des modifications soient apportées à une proposition de cessez-le-feu à Gaza soutenue par les États-Unis.

« Le Hamas a proposé de nombreux changements à la proposition qui était sur la table. … Certains changements sont réalisables. Certains ne le sont pas », a déclaré Blinken aux journalistes au Qatar. « Je crois qu’ils (les différends) peuvent être surmontés, mais cela ne signifie pas qu’ils le seront, car en fin de compte, c’est le Hamas qui doit décider. »

Les commentaires de Blinken sont intervenus alors que le Hezbollah libanais a tiré un barrage massif de roquettes dans le nord d’Israël pour venger le meurtre d’un haut commandant, aggravant encore les tensions régionales.

Le Hezbollah, un allié du Hamas soutenu par l’Iran, a échangé des tirs avec Israël presque tous les jours depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas qui dure depuis huit mois et affirme qu’elle ne s’arrêtera que s’il y a une trêve à Gaza. Cela fait craindre une conflagration régionale encore plus dévastatrice.

Les sirènes des raids aériens ont retenti dans le nord d’Israël et l’armée a déclaré qu’environ 160 projectiles avaient été tirés depuis le sud du Liban, ce qui en fait l’une des attaques les plus importantes depuis le début des combats. Aucune victime n’a été signalée dans l’immédiat, certaines ayant été interceptées tandis que d’autres ont déclenché des feux de brousse.

Le Hamas demande des changements

Le Hamas a transmis sa réponse officielle à la proposition aux médiateurs mardi. Le porte-parole du Hamas, Jihad Taha, a déclaré au journal libanais ElNashra que les « amendements » demandés par le groupe visent à garantir un cessez-le-feu permanent et le retrait complet des troupes israéliennes de Gaza.

La proposition annoncée par le président américain Joe Biden inclut ces dispositions, mais le Hamas a exprimé sa méfiance quant à la mise en œuvre par Israël de ces conditions. Alors que les États-Unis affirment qu’Israël a accepté la proposition, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a étant donné des déclarations contradictoiresaffirmant qu’Israël est toujours déterminé à atteindre son objectif de détruire le Hamas.

Blinken, lors de sa huitième visite dans la région depuis le début de la guerre, a déclaré que l’accord proposé était « pratiquement identique » à celui proposé par le Hamas le 6 mai. a voté massivement en faveur du plan lundi.

« À un moment donné au cours d’une négociation, et cela dure depuis longtemps, vous arrivez à un point où si une partie continue de modifier ses exigences, y compris en formulant des exigences et en insistant sur des changements pour des choses qu’elle a déjà acceptées, vous avez pour se demander s’ils procèdent de bonne foi ou non », a-t-il déclaré.

S’exprimant aux côtés de Blinken, le vice-Premier ministre qatari et ministre des Affaires étrangères, Cheikh Mohammed bin Abdulrahman bin Jassim Al Thani, a déclaré : « Nous avons constaté que le comportement des deux parties à différentes occasions était contre-productif pour les efforts. »

Le plan en trois phases de la proposition commencerait par un cessez-le-feu de six semaines et la libération de certains otages en échange de prisonniers palestiniens. Les forces israéliennes se retireraient des zones peuplées et les civils palestiniens seraient autorisés à rentrer chez eux. La distribution de l’aide augmenterait également.

Dans le même temps, les négociations reprendraient sur la deuxième phase, qui doit amener « une fin définitive aux hostilités » et un « retrait complet » des troupes israéliennes de Gaza en échange de la libération de tous les otages restants.

La troisième phase verrait le lancement d’un plan de reconstruction de Gaza et le retour des dépouilles des otages décédés.

Les négociations pour la deuxième phase semblent constituer un problème majeur pour les deux parties.

L’ambassadeur d’Israël auprès de l’ONU, Gilad Erdan, a déclaré qu’Israël exigerait que le Hamas soit retiré du pouvoir dans le cadre de tout accord sur cette phase. « L’une de nos conditions n’est pas seulement la libération des otages, c’est aussi l’avenir de Gaza », a déclaré lundi Erdan à « La Source » de CNN. « Nous ne pouvons pas accepter que le Hamas continue à diriger Gaza, car Gaza continuera alors à constituer une menace pour Israël. »

Il a également déclaré qu’Israël s’opposait à une disposition prolongeant le cessez-le-feu initial tant que les pourparlers se poursuivaient, affirmant qu’elle permettrait au Hamas de « poursuivre des négociations sans fin et dénuées de sens ».

Le Hamas, à son tour, semble vouloir dès le départ des garanties plus solides que les pourparlers aboutiront à un cessez-le-feu permanent et à un retrait.

Les alliés de la coalition d’extrême droite de Netanyahu ont rejeté la proposition et menacer de faire tomber son gouvernement s’il met fin à la guerre en laissant le Hamas intact. Mais Netanyahu subit également une pression croissante pour accepter un accord visant à ramener les otages. Des milliers d’Israéliens, y compris les familles des otages, ont manifesté en faveur du plan soutenu par les États-Unis.

Les bombardements et les offensives terrestres d’Israël à Gaza ont tué plus de 37 000 Palestiniens, selon les autorités sanitaires palestiniennes, qui ne donnent pas le bilan des civils et des combattants. La guerre a également chassé de leurs foyers environ 80 % des 2,3 millions d’habitants, et les restrictions israéliennes et les combats en cours ont entravé les efforts visant à acheminer l’aide humanitaire. alimentant la faim généralisée.

Israël a lancé sa campagne après que le Hamas et d’autres militants ont fait irruption en Israël le 7 octobre, tuant quelque 1 200 personnes, pour la plupart des civils, et prenant environ 250 otages. Plus de 100 otages ont été libérés l’année dernière au cours d’un cessez-le-feu d’une semaine en échange de Palestiniens emprisonnés par Israël. Le Hamas détiendrait environ 80 otages et les dépouilles d’une quarantaine d’autres.

Vengeance du commandant tué

Le Hezbollah a déclaré avoir tiré des missiles et des roquettes sur deux bases militaires en représailles au meurtre de Taleb Sami Abdullah, 55 ans. Connu au sein du Hezbollah sous le nom de Hajj Abu Taleb, il est le commandant le plus haut gradé tué depuis le début des combats il y a huit mois. La frappe israélienne a détruit une maison où Abdullah et trois autres responsables se réunissaient, à environ 10 kilomètres (6 miles) de la frontière, mardi soir.

Un responsable du Hezbollah a déclaré à l’Associated Press qu’Abdallah était responsable d’une grande partie du front Liban-Israël, y compris la zone faisant face à la ville israélienne de Kiryat Shmona, que le Hezbollah a attaqué à plusieurs reprises ces derniers jours, provoquant des incendies dans la région.

Le responsable, qui n’était pas autorisé à parler aux médias et s’est exprimé sous couvert d’anonymat, a déclaré qu’Abdullah avait rejoint le Hezbollah il y a plusieurs décennies et avait pris part aux attaques contre les forces israéliennes au cours de leurs 18 années d’occupation du sud du Liban qui ont pris fin en mai 2000.

Les frappes aériennes israéliennes sur le Liban ont tué plus de 400 personnes, pour la plupart des membres du Hezbollah, mais parmi les morts figurent également plus de 70 civils et non-combattants. Du côté israélien, 15 soldats et 10 civils ont été tués depuis le début de la guerre à Gaza.

D’autres groupes alliés à l’Iran, notamment de puissantes milices en Irak et en Syrie, ainsi que les rebelles Houthis au Yémen, ont également attaqué des cibles israéliennes, américaines et autres depuis le début de la guerre, suscitant souvent des représailles occidentales. En avril, Israël et l’Iran échangé du feu directement pour la première fois.

___

Jeffery a rapporté de Jérusalem. Le correspondant de l’AP Kareem Chehayeb à Beyrouth a contribué.

___

Suivez la couverture par AP de la guerre à Gaza sur https://apnews.com/hub/israel-hamas-war




Source link