Phil Spector a passé les derniers jours à souffrir avec Covid-19

Covid-19 a pris la vie de Phil Spector, l’un des producteurs de disques les plus influents et les plus réussis du rock ‘n’ roll, qui a passé le dernier chapitre de sa vie en prison pour meurtre.

M. Spector, 81 ans, est décédé samedi des complications de Covid-19, selon sa fille, Nicole Audrey Spector.

Mme Spector a déclaré qu’elle avait rendu visite à son père la veille de sa mort à l’hôpital général de San Joaquin, près de Modesto, en Californie. Il n’était pas conscient et «semblait souffrir», a-t-elle dit.

Elle a dit qu’elle était également avec lui quand il est mort: «Il n’était pas seul. Il est mort avec amour et dignité.

Les prisons du pays ont vu certains des plus grands groupes d’infections à coronavirus, et certaines de ces épidémies se sont propagées dans les communautés environnantes. En tout, 25 Prisons californiennes ont vu le nombre de cas dépassant 1 000 chacun au cours de la pandémie.

La plus grande épidémie s’est produite à Avenal surpeuplé, dans le centre de la Californie, qui a enregistré plus de 3500 infections. La question de savoir s’il faut vacciner les détenus, et quand, est devenue controversée en raison de l’approvisionnement limité en vaccins.

Producteur pionnier, M. Spector était une usine à succès individuelle, plaçant 24 records dans le Top 40 entre 1960 et 1965 seulement. Beaucoup étaient des classiques, par des groupes comme les Crystals, les Ronettes et les Righteous Brothers.

Mais il est entré dans un déclin de plusieurs décennies après que l’ambitieux disque du «mur du son» qu’il a réalisé avec Tina Turner en 1966, «River Deep, Mountain High», a floppé sur les charts américains. Son comportement est devenu erratique, impliquant souvent sa vaste collection d’armes de poing et une forte consommation d’alcool.

Depuis 2009, M. Spector purgeait une peine de prison pour le meurtre de Lana Clarkson, une hôtesse de boîte de nuit qu’il avait ramenée chez lui après une nuit de beuverie en 2003. La police de Los Angeles l’a trouvée affalée sur une chaise dans le hall de son manoir à Alhambra, mort d’une seule balle dans la tête. Il a été condamné à 19 ans à perpétuité.

Il a d’abord servi au California Substance Abuse Treatment Facility et à la prison d’État de Corcoran, près de Fresno, puis a déménagé au California Health Care Facility, un établissement pénitentiaire médical et mental à Stockton.

Sa fille a dit qu’il était tombé très malade avant d’être admis à l’hôpital général de San Joaquin le 31 décembre. Elle a dit qu’il avait été intubé début janvier.

Fin décembre, Mme Spector a parlé à son père par téléphone. Il «éprouvait une respiration sifflante sévère, ne pouvait pas passer une phrase sans tousser, ne pouvait ni avaler ni manger», a-t-elle déclaré. «Il implorait une aide médicale.»

C’était leur dernière conversation.

Dimanche, elle a publié une déclaration demandant la confidentialité de la famille et remerciant l’équipe médicale qui a traité son père pour la dernière fois.

Elle a imputé sa mort à «la cruauté et la négligence» au centre de soins de santé de Californie. Elle a qualifié M. Spector de «meilleur ami et créateur d’une musique si parfaite» et a soutenu qu’il était innocent du meurtre pour lequel il avait été condamné.