Payer avec une carte de crédit ?  Attendez-vous à voir des frais lorsque vous magasinez selon de nouvelles règles qui commencent maintenant

Avec une inflation record, les acheteurs canadiens sont bien conscients que le coût d’à peu près tout augmente.

Mais ils peuvent bientôt s’attendre à voir une nouvelle demande pour leurs dollars lors de leurs achats, car à partir de jeudi, les détaillants et autres entreprises seront autorisés à leur facturer des frais chaque fois qu’ils utiliseront leur carte de crédit une fois qu’un avis aura été fourni aux sociétés émettrices de cartes.

Bien que les consommateurs apprécient la commodité et les avantages de payer avec des cartes de crédit, ils suscitent la colère des détaillants depuis des années car, dans le cadre des accords de carte d’origine, les magasins devaient donner un pourcentage de chaque vente aux fournisseurs de cartes pour que la transaction se produise. Les frais peuvent varier de quelques fractions de pour cent à plus de deux pour cent pour certaines cartes premium.

Dans le cadre de leur accord de carte, il était interdit aux commerçants de répercuter ce coût sur les consommateurs. Mais tout a changé plus tôt cette année, lorsque Visa, MasterCard et d’autres fournisseurs de cartes ont réglé une poursuite de longue date sur la question au Canada – acceptant de remise aux marchands de 188 millions de dollars pour ce que l’on appelle les frais d’interchange que les commerçants ont dû payer au cours de la dernière décennie.

“Les cartes de crédit sont l’un des moyens de paiement les plus chers pour les commerçants”, a déclaré Luciana Brasil, associée du cabinet d’avocats de Vancouver Branch MacMaster LLP, qui a travaillé sur le recours collectif qui a conduit au règlement.

Les clients adorent payer avec des cartes car “ils obtiennent leurs points, leurs rabais, leurs avantages”, a-t-elle déclaré, “mais ils se demandent rarement qui paie pour cela.

“En réalité, plus ces cartes de crédit offrent d’avantages au consommateur, plus elles coûtent cher au commerçant pour les accepter.”

Les commerçants doivent donner un préavis de 30 jours

Une partie de l’accord que le Brésil a conclu avec les sociétés de cartes de crédit permet aux commerçants de répercuter ce coût directement sur les consommateurs sous la forme d’un supplément, ce qui signifie que les consommateurs devraient s’habituer à le voir bientôt.

Les nouvelles règles ne seront pas gratuites, car à partir de jeudi, les commerçants doivent donner aux fournisseurs de cartes un préavis de 30 jours de leur intention de commencer à facturer des frais. Ils doivent également indiquer clairement aux clients au moment du paiement qu’il y a un supplément, et qu’il ne peut pas être supérieur à ce qu’ils paient eux-mêmes. Enfin, la surtaxe sera plafonnée à 2,4 %.

Le fournisseur de télécommunications Telus a déjà averti ses clients qu’ils devront payer un supplément d’environ 2 $ par client en moyenne à partir de ce mois-ci, s’ils paient leur facture avec une carte de crédit. Et de plus en plus d’entreprises sont susceptibles de faire de même bientôt.

REGARDER | Pourquoi Telus va commencer à facturer des frais de carte de crédit aux clients :

Telus propose un supplément aux clients payant par carte de crédit

Telus fait face à un refus concernant une proposition d’ajouter un supplément de 1,5 % pour les clients qui paient leurs factures avec une carte de crédit. S’ils sont approuvés par l’organisme de réglementation des télécommunications du Canada, les nouveaux frais entreraient en vigueur en octobre.

Dans un sondage mené au début de septembre auprès de près de 4 000 membres de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), le groupe a constaté qu’environ une petite entreprise sur cinq envisageait d’imposer des frais, et plus du quart disent qu’ils le feront si leurs concurrents le font. .

Plus d’un tiers disent qu’ils prévoient d’utiliser d’autres moyens pour essayer de convaincre les clients de payer en utilisant une autre méthode, et plus d’un quart disent qu’ils prévoient simplement d’augmenter leurs prix pour couvrir le coût des paiements par carte de crédit.


La plupart des petites entreprises disent qu’elles ne veulent pas facturer les frais, mais avec un fournisseur de carte prenant 2 $ sur une vente de 100 $, elles n’ont guère d’autre choix que de prélever le supplément, même si cela leur coûte des clients.

“La plupart des petits commerçants sont toujours sur la clôture ou ne prévoient pas de surtaxer car ils ne veulent pas risquer de perdre des clients”, a déclaré Corinne Pohlmann, vice-présidente principale des affaires nationales et des partenariats de la FCEI. “Mais la surcharge leur donne la possibilité de compenser certains de leurs coûts et d’être transparents avec leurs clients sur les frais qu’ils paient.”

Les entrepreneurs Chris et Nunu Rampen font partie de ceux qui prévoient de facturer aux clients des frais pour l’utilisation d’une carte de crédit, bien qu’à contrecœur.

Payer avec une carte de crédit ? Attendez-vous à voir des frais lorsque vous magasinez selon de nouvelles règles qui commencent maintenant
Chris et Nunu Rampen tiennent un café et un restaurant au centre-ville de Toronto. Ils disent qu’ils prévoient bientôt de commencer à facturer aux clients des frais pour payer avec une carte de crédit. (Carly Thomas/CBC)

“Je vois ce changement d’un œil favorable car je pense qu’il modifiera probablement le comportement des consommateurs”, a déclaré Chris, propriétaire de Buna, un café du centre-ville de Toronto, et de Nunu, un restaurant, avec sa femme. “Ils penseront à des méthodes moins chères comme l’argent liquide – beaucoup de restaurants acceptent simplement l’argent liquide – ou le débit, ce qui est beaucoup, beaucoup moins cher.”

Il a déclaré que les commissions d’interchange étaient depuis longtemps une épine dans son pied, mais avec l’industrie de la restauration qui sort des pertes financières subies pendant la pandémie de COVID-19, son entreprise est moins en mesure que jamais de les supporter.

“Nous sommes vraiment à un point où les marges sont très minces, et 2% pourraient avoir de l’importance”, a-t-il déclaré. “Je ne vois pas d’autre solution, franchement.”

Choix du consommateur

Les consommateurs sont susceptibles de se hérisser des frais, mais d’après ce que certains d’entre eux ont dit à CBC News cette semaine, il semble que l’espoir de Rampen de les amener à choisir différentes options de paiement est susceptible de fonctionner.

La Calgarienne Irene Kreitz a déclaré qu’une surtaxe de 2 % était probablement suffisante pour qu’elle sorte une autre carte de son portefeuille.

“Pour deux pour cent supplémentaires … non, je n’utiliserais pas ma carte de crédit, j’utiliserais mon débit”, a-t-elle déclaré.

Samantha Cook, également de Calgary, a le même état d’esprit. “Le coût de la vie est déjà assez élevé… donc avec ces deux pour cent supplémentaires, je suis plus encline à utiliser ma carte de débit”, a-t-elle déclaré.

REGARDER | Nouveaux frais de transaction à venir pour les utilisateurs de cartes de crédit :

Payer avec une carte de crédit ? Attendez-vous à voir des frais lorsque vous magasinez selon de nouvelles règles qui commencent maintenant

Les entreprises canadiennes peuvent désormais facturer des frais de transaction par carte de crédit

Les Canadiens qui préfèrent payer avec Visa et MasterCard pourraient subir des frais supplémentaires à partir de jeudi. Après une longue bataille juridique pour savoir qui paie certains frais de traitement des cartes de crédit, les entreprises peuvent désormais répercuter ces frais – jusqu’à 2% par transaction – sur les clients.

Pour d’autres, l’attrait des points de récompense sera probablement suffisant pour qu’ils continuent d’utiliser leurs cartes même si des frais sont attachés. UN Rapport de la Banque du Canada l’an dernier ont constaté que les Canadiens ont accumulé pour 3,4 milliards de dollars de récompenses grâce à leurs cartes de crédit en 2018, les personnes à revenu élevé en bénéficiant le plus, car elles sont beaucoup plus susceptibles d’utiliser les cartes de crédit comme moyen de paiement.

Ces récompenses ont un coût élevé pour les commerçants – plus de 11 milliards de dollars en 2018, selon la banque centrale – mais il est peu probable que de nombreux consommateurs renoncent à ces avantages.

“Je paie rarement les voyages à cause des points”, a déclaré Lyndsay Powell, de Calgary. “Chaque chose que j’achète, je n’ai même pas de carte de débit sur moi [because] Je prendrais… des points de voyage pour tout.”

Pour Chris Rampen, il est déraisonnable pour les acheteurs d’obtenir un tour gratuit aux dépens des propriétaires de petites entreprises durement touchés.

“Ce qui est déraisonnable, c’est que je paie les frais”, a-t-il déclaré. “Alors oui, je suis très heureux que cela soit transféré aux personnes qui font réellement le choix – et elles ont le choix.”