Papa de Brit emprisonné en Égypte pour avoir frappé un garde de sécurité de l'aéroport, homme, demande sa libération

Un homme d'affaires britannique est détenu dans une cellule de prison égyptienne “ crasseuse '' avec des assassins et des gangsters après avoir été arrêté pour avoir tapoté un garde de sécurité de l'aéroport dans le dos, a révélé son père.

Tony Camoccio, 51 ans, a été arrêté et faussement accusé d'avoir agressé sexuellement le fonctionnaire alors qu'il s'apprêtait à quitter le pays d'Afrique du Nord avec un groupe de famille et d'amis.

M. Comaccio a été jeté dans le célèbre poste de police numéro un d'Hurghada et sa femme, Joan, 59 ans, et sa famille tentent désespérément d'obtenir sa libération.

Son père Peter Camoccio, 73 ans, de Sutton, Surrey, a déclaré: «Il a été jeté dans une cellule sale avec des gangsters et des assassins. Il n'y a pas de toit et il dort sur un sol en béton avec seulement une couverture. La situation est chronique.

Tony Camoccio (photo de gauche avec son épouse Joan, à droite), un père de famille britannique de quatre enfants, a été enfermé dans une prison égyptienne pendant cinq jours après avoir tapoté un garde de sécurité de l'aéroport dans le dos

Le cauchemar de M. Camoccio a commencé le samedi 8 février lorsqu'il a tapoté en plaisantant un garde de sécurité à l'aéroport après avoir été fouetté par l'agent de l'aéroport qui rentrait chez lui.

C'est le moment où M. Camoccio, de Sutton, dans le Surrey, a été arrêté à l'aéroport après que le gardien de sécurité s'est offensé de ses actes et a accusé le Britannique d'agression sexuelle

"L'affaire a été portée devant les tribunaux, mais elle n'a pas pu continuer car l'homme qu'il était censé avoir bouleversé n'était pas là", a expliqué le directeur de l'entreprise à la retraite.

«Ma belle-fille a été informée que si elle s'excusait auprès de l'homme, cela pourrait le rendre bon, alors ils sont allés à l'aéroport, mais il n'était pas là et il n'a pas pu être retrouvé. Ils ont dit qu'il était parti. Nous ne savons pas ce qui se passe.

M. Camoccio a passé cinq jours en prison à Hurghada sans inculpation et sa famille affirme qu'il a été gardé menotté la première nuit et n'a initialement reçu ni nourriture ni eau dans sa cellule.

La prison a été décrite comme “ horrible '' par la Britannique Laura Plummer, 34 ans, de Hull, qui a passé deux mois en prison en 2018, dans le cadre d'une peine de 14 mois pour une infraction liée à la drogue.

Un ami de M. Camoccio a déclaré à MailOnline que le père de quatre enfants faisait face à une fausse accusation d'agression sexuelle et pourrait être détenu pendant encore deux semaines pendant que la police enquêterait.

Dans un communiqué, il a déclaré: «Il est complètement innocent et a été maintenu dans des conditions inhumaines.

«Il a quatre enfants, une femme aimante et de nombreux amis. Nous avons besoin que cet homme, sa femme et son fils rentrent chez eux.

Le cauchemar a commencé lorsque M. Camoccio est arrivé à la fin de ses vacances avec Joan et un groupe de 18 amis.

Le père de 51 ans, Peter Camoccio, a déclaré que son fils était détenu dans une cellule de prison égyptienne sans toit et dormait sur un sol en béton avec juste une couverture pour se réchauffer après son arrestation

M. Camoccio était à l'aéroport (ci-dessus) de retour à Surrey après des vacances en famille avec son épouse Joan et son fils lorsqu'il a été arrêté pour avoir tapoté l'homme de sécurité

M. Comaccio a été jeté dans le célèbre poste de police numéro un d'Hurghada (ci-dessus) où la Britannique Laura Plummer a été détenue alors qu'elle était détenue pour contrebande d'analgésiques.

Ils quittaient la station balnéaire populaire d'Hurghada sur la côte égyptienne de la mer Rouge, une région réputée pour son sable sans fin, ses plages, sa plongée sous-marine sur les récifs coralliens et sa vie nocturne animée.

Lors de son passage à la sécurité de l'aéroport, il a reçu la tape standard d'un garde et, selon sa famille, lui a tapoté le dos.

Mais le responsable de l'aéroport aurait critiqué le «geste amical» du Britannique et la police a emménagé, envoyant rapidement M. Camoccio dans une cellule de prison.

Il devait être libéré dimanche, mais les policiers ont maintenant dit à la famille qu'ils avaient besoin de 15 jours supplémentaires pour enquêter sur l'affaire.

Christine Sachett, 68 ans, qui connaît la famille de M. Camoccio depuis plus de 50 ans, a déclaré: «On nous a dit qu'il s'agissait de conditions inhumaines. Tony est un gars vraiment adorable. Il est axé sur la famille. Et sa femme est un diamant absolu.

Une vidéo prise par un ami montre les suites immédiates de l'incident dans la zone douanière de l'aéroport.

Curieusement, vu la gravité de l'allégation contre M. Camoccio, la police semble désintéressée de lui.

Plus de 2 000 personnes ont signé une pétition en ligne demandant la libération de M. Camoccio, qui visite régulièrement Hurghada, à 400 km au sud-est de la capitale égyptienne, Le Caire

On lui ordonne de s'asseoir dans la zone douanière et il est laissé sans surveillance. Il n'y a pas de confrontation avec des officiers dans la vidéo.

Pendant ce temps, les fils de M. Camoccio et leurs amis ont passé la journée à manifester devant l'ambassade d'Eqyptian à Mayfair, Londres.

Plus de 2 000 personnes ont signé une pétition en ligne demandant la libération de M. Camoccio, qui visite régulièrement Hurghada, à 250 miles au sud-est de la capitale égyptienne, Le Caire.

Un communiqué soutenant M. Camoccio a déclaré: «Il était au dernier point de contrôle où il a été tapoté par un agent de sécurité. Tony a ensuite tapoté doucement les officiers en arrière et fait maintenant face à de graves accusations.

"Il a été détenu dans une cellule pendant la nuit où il est resté menotté pétrifié pour sa vie car il ne savait pas de quoi il était censé être accusé ou de ce qu'il avait fait de mal".

L'incident s'est produit devant le fils adulte de M. Camoccio, Remo, 26 ans, le samedi 8 février.

Il a été emprisonné, mais ce n'est que quatre jours plus tard que l'accusation d'agression sexuelle a été portée, selon la famille. Il devait comparaître devant le tribunal le lendemain, mais l'audience n'a pas eu lieu.

Le ministère des Affaires étrangères et du Commonwealth aide la famille. Un porte-parole a déclaré: «Nous sommes en contact avec un Britannique qui a été arrêté en Égypte. Notre personnel est en contact avec sa famille et les autorités égyptiennes.

"La situation a explosé", a expliqué l'ami de la famille. «Il y a des preuves vidéo retenues par la police égyptienne qui prouvent que c'est un mensonge. L'officier a accusé Tony de l'avoir agressé sexuellement, ce qui n'est manifestement pas le cas.

«La police dit maintenant qu'elle veut jusqu'à 15 jours de plus pour enquêter. La police est très peu coopérative. Ses droits fondamentaux étaient bafoués et ce sont de fausses accusations.

En janvier de l'année dernière, Mme Plummer (avec son petit ami) a été libérée après 14 mois de prison

«Les policiers du poste ont demandé à sa femme et à son fils d'apporter de la nourriture, de l'eau, des vêtements et des articles de toilette ou des choses dont il pourrait avoir besoin et ces effets n'ont pas été transmis pendant deux jours entiers.»

Le ministère des Affaires étrangères et du Commonwealth aide la famille en Égypte.

Chaque année, jusqu'à 500 000 vacanciers britanniques visitent l'Égypte.

Un porte-parole a déclaré: «Nous sommes en contact avec un Britannique qui a été arrêté en Égypte. Notre personnel est en contact avec sa famille et les autorités égyptiennes. »

Plus tôt ce mois-ci, un autre touriste britannique a affirmé que les vacanciers avaient été maltraités à l'aéroport d'Hurghada après avoir été «enfermés» dans une chambre pendant neuf heures après le retard de leur vol.

Ros Somes, 66 ans, de Gorleston-on-Sea à Norfolk a déclaré au Eastern Daily Press qu'elle et ses compagnons de voyage étaient traités comme du bétail.

En janvier de l'année dernière, la Britannique Mme Plummer a été libérée après une «horrible» année et deux mois dans les prisons éqyptiennes.

Le vendeur de Hull a été mis en cage pendant trois ans le lendemain de Noël 2017 pour avoir apporté 290 comprimés de tramadol dans le pays lors d'un vol de Manchester à Hurghada.

Mme Plummer, une vendeuse de Hull a été mise en cage pendant trois ans le lendemain de Noël 2017 pour avoir apporté 290 comprimés de tramadol dans le pays lors d'un vol de Manchester à Hurghada

Mme Plummer a d'abord été emprisonnée à Hurghada, la même prison que M. Camocci, avant d'être transférée à Al Qanater, une prison entièrement réservée aux femmes au Caire.

Parlant de son calvaire à Good Morning Britain, Laura a déclaré: «À Hurghada, il y avait des combats tous les soirs.

«J'ai été témoin des choses les plus horribles que je n'aurais jamais pensé voir dans ma vie. J'étais là depuis deux mois et demi… c'était le pire.

«Le pire moment a été Hurghada lorsque j'ai vu des femmes se faire torturer avec des bâtons le deuxième jour.»

avoirBritdemandeEgypteemprisonnéfrappegardehommel39aéroportlibérationpapapoursécurité
Comments (0)
Add Comment