Dernières Nouvelles | News 24

Panama Papers : le tribunal acquitte les 28 accusés de blanchiment d’argent

Source des images, MARTIN BERNETTI/AFP via Getty Images

Légende, Jurgen Mossack était l’un des principaux accusés dans l’affaire des Panama Papers.

  • Auteur, Anna Lamché
  • Rôle, nouvelles de la BBC

Un tribunal panaméen a acquitté les 28 personnes accusées de blanchiment d’argent dans le cadre du scandale des Panama Papers, concluant un procès qui a débuté en avril.

Des documents financiers secrets ont été divulgués en 2016, révélant comment certaines des personnes les plus riches et les plus puissantes du monde utilisent les paradis fiscaux pour cacher leur richesse.

Parmi les personnes exonérées figuraient Jurgen Mossack et feu Ramon Fonseca, fondateur de Mossack Fonseca, le cabinet d’avocats disparu au centre du scandale.

La juge Baloisa Marquinez a déclaré que les preuves examinées par le tribunal n’étaient « pas suffisantes » pour déterminer la responsabilité pénale des accusés.

Au cours du procès, l’accusation a requis une peine maximale de 12 ans pour blanchiment d’argent contre M. Mossack et M. Fonseca, décédés à l’hôpital en mai.

M. Mossack et M. Fonseca ont tous deux nié que leur entreprise, leurs employés ou eux-mêmes aient agi illégalement.

Le procès, qui s’est déroulé à Panama City, a duré 85 heures, a recueilli les témoignages de 27 témoins et a examiné plus de 50 éléments de preuve documentaire, selon reportages d’actualités locales.

Après une longue période de délibération, le juge a déclaré que les preuves recueillies sur les serveurs de Mossack Fonseca n’avaient pas été rassemblées conformément à la procédure régulière et a abandonné toutes les charges pénales retenues contre les accusés.

La plus grande fuite de données de l’histoire, les Panama Papers, a vu 11 millions de documents divulgués au journal allemand Süddeutsche Zeitung et partagés avec une équipe internationale de journalistes.

En 2017, Mossack Fonseca avait déclaré que l’entreprise avait été victime d’un piratage informatique et que les informations divulguées étaient déformées.

Au total, les données ont révélé des liens avec 12 chefs d’État et de gouvernement actuels ou anciens, y compris des dictateurs accusés d’avoir détourné de l’argent de leur propre pays.


Source link