OVNIS : le gouvernement canadien se prépare pour les questions au Parlement

Le gouvernement canadien a un plan si des questions sur des objets volants non identifiés sont soulevées au Parlement.

Le ministre des Transports, Omar Alghabra, dirigerait la réponse aux questions liées aux ovnis à la Chambre des communes, selon des documents obtenus par CTVNews.ca. Acquis par le biais d’une demande d’accès à l’information, les documents comprennent également des points de discussion sur les ovnis préparés pour le bureau du ministre et des courriels concernant un briefing sur les ovnis du 11 mai auquel son personnel a assisté.

“(Le cabinet du ministre) a demandé un mémoire sur les phénomènes aériens non identifiés, en particulier le rôle de (Transports Canada) et des informations pertinentes supplémentaires”, lit-on dans un courriel du 6 mai adressé au groupe de sécurité et de sûreté de Transports Canada.

Plus tôt dans la matinée, CTVNews.ca a publié un article sur un briefing sur les ovnis que l’ancien ministre canadien de la Défense, Harjit Sajjan, avait reçu près d’un an auparavant, en mai 2021. Ce briefing précédait un rapport du renseignement américain sur les observations militaires de “phénomènes aériens non identifiés”. ou UAP, qui a été rendue publique en juin 2021.

Des courriels supplémentaires du 6 mai révèlent une coordination rapide entre le personnel des cabinets des ministres de la Défense et des Transports, qui “ont discuté et convenu que (le ministre des Transports) répondrait à toutes les questions qui pourraient être soulevées en interne à ce sujet”, a déclaré un responsable des Transports. Le courriel du Canada de cet après-midi explique, faisant référence à la Chambre des communes.

“Pour soutenir la préparation du ministre sur cette question, veuillez fournir une (carte d’information parlementaire) sur ce sujet avant midi le mardi 10 mai”, poursuit le courriel.

D’autres courriels internes montrent comment le personnel de Transports Canada a travaillé tout au long du week-end pour créer la carte d’information parlementaire, qui consistait en trois pages de points de discussion et d’informations générales sur la façon dont le ministère fédéral des Transports du Canada reçoit les rapports d’OVNI, qui sont ensuite publiés dans une base de données en ligne sur les incidents d’aviation. .

Connue sous le nom de CADORS, la base de données du Système de compte rendu quotidien des événements de l’aviation civile est parsemée de près de trois décennies d’observations canadiennes étranges de civils, de soldats, de policiers, de contrôleurs aériens ainsi que de pilotes sur des vols militaires, médicaux, de fret et de passagers exploités par WestJet, Air Canada Express, Porter Airlines, Delta et plus encore.

Un rapport de juillet 2021 décrit un avion de transport militaire canadien et un vol de passagers de KLM Royal Dutch Airlines qui “ont tous deux rapporté avoir vu un objet vert brillant voler dans les nuages ​​puis disparaître” au-dessus du golfe du Saint-Laurent. Les Canadiens “pensaient qu’il volait” tandis que l’équipage de KLM “pensait qu’il s’agissait de débris spatiaux”.

“Bien que d’autres enquêtes sur les observations de PAN ne relèvent pas du mandat de (Transports Canada), (Transports Canada) est ouvert à une collaboration continue avec d’autres ministères et s’engage à assurer la sûreté et la sécurité de l’industrie aéronautique canadienne”, l’une des “RÉPONSES SUGGÉRÉES / MESSAGES CLÉS” dans la fiche d’information parlementaire.

En cas de questions à la Chambre des communes, la carte d’information parlementaire comprenait également une section intitulée « SI PRESSÉ ».

“De récents articles dans les médias font état d’un financement gouvernemental minimal au Canada pour la recherche UAP par rapport aux États-Unis, et une approche collaborative pour normaliser la collecte de données entre les agences fédérales est suggérée”, indique le dernier point de la section.


Obtenus par le biais d’une demande d’accès à l’information, les courriels ci-dessous et la «carte d’information parlementaire» de trois pages montrent comment le personnel de Transports Canada s’est préparé à d’éventuelles questions sur les ovnis au Parlement. CTVNews.ca a expurgé les adresses e-mail et les numéros de téléphone pour des raisons de confidentialité. Cliquez ici pour une vue plein écran des documents.


Aux États-Unis, le Pentagone et la NASA étudient actuellement les phénomènes aériens non identifiés, ou UAP – leur terme préféré pour désigner ce que l’on appelle plus communément les objets volants non identifiés, ou OVNI. Le Pentagone semble avoir été engagé sur le sujet presque continuellement depuis 2007.

“Nous savons que les membres de notre service ont rencontré des phénomènes aériens non identifiés”, a déclaré Ronald Moultrie, le responsable du renseignement américain qui supervise l’actuel bureau de recherche sur les ovnis du Pentagone, aux législateurs américains le 17 mai, lors de la première audience du Congrès sur les ovnis en plus de 50 ans. “Nous sommes ouverts à toutes les conclusions que nous pourrions rencontrer.”

Pour sa part, les Forces armées canadiennes déclarent qu’elles “n’enquêtent généralement pas sur les observations de phénomènes inconnus ou inexpliqués en dehors du contexte d’enquête sur des menaces crédibles, des menaces potentielles ou une détresse potentielle dans le cas d’une recherche et d’un sauvetage”.

Transports Canada prévient également que les rapports dans sa base de données sur les incidents d’aviation « contiennent des données préliminaires non confirmées qui peuvent être sujettes à changement ».

Dans une déclaration à CTVNews.ca, un porte-parole de Transports Canada a confirmé que la séance d’information de l’UAP avait eu lieu le 11 mai et avait été suivie par du personnel du cabinet du ministre des Transports.

“Le gouvernement du Canada prend au sérieux les rapports UAP car ils peuvent présenter une menace réelle pour la sécurité aérienne, comme un drone non identifié ou un ballon voyou”, a déclaré le porte-parole par e-mail. “Nous devons toujours réfléchir à la manière dont nous pouvons améliorer le réseau de sécurité, notamment en prenant en compte les rapports d’autres sources du service.”

Dans une précédente déclaration aux médias, un porte-parole de Transports Canada a déclaré: “Les rapports d’objets non identifiés peuvent rarement être suivis car ils sont, comme le titre l’indique, non identifiés.”


NOUS AVONS BESOIN D’UNE APPROCHE ‘RATIONALISÉE’ AUX RAPPORTS D’OVNIS: CRITIQUE DES TRANSPORTS

Représentant Thornhill, en Ontario, la députée Melissa Lantsman est la porte-parole de l’opposition en matière de transports et l’une des deux nouvelles cheffes adjointes du Parti conservateur. Lantsman dit que le Canada devrait travailler avec les États-Unis et suivre leur exemple sur l’UAP “sans une réponse automatique dédaigneuse”.

“Plutôt que le ridicule et le silence, il serait sage de se pencher sur cette question, dans le but d’identifier les origines et l’intention de ces UAP”, a écrit Lantsman dans un courriel à CTVNews.ca. “Nous pensons que le gouvernement devrait adopter une approche rationalisée et pangouvernementale pour normaliser la collecte de rapports dans de nombreux ministères et sous-traitants… Des efforts devraient être entrepris pour enquêter et rendre ces conclusions publiques de manière responsable.”

Faute de données officielles, d’autres députés canadiens ont également recherché des informations sur le sujet.

John “Jock” Williams a passé plus de deux décennies à piloter des avions de chasse pour l’Aviation royale canadienne, puis a travaillé comme officier de la sécurité des vols à Transports Canada pendant plus d’une douzaine d’années. Il pense que ses deux anciens employeurs devraient suivre les rapports d’OVNI crédibles qu’ils reçoivent, comme ceux de leurs collègues pilotes, même si les gens ne voient en fait que des objets relativement ordinaires comme des drones et des ballons.

“Il n’y a personne au sein du gouvernement canadien qui examine cela de manière suffisamment approfondie”, a déclaré Williams, maintenant consultant en aviation et commentateur fréquent des médias, à CTVNews.ca depuis Toronto. “Je suis aussi perplexe que quiconque quant à ce qui vole dans nos cieux sans notre compréhension ou notre permission.”