Ouragan Fiona : les Néo-Écossais se préparent à se replier

C’est le calme littéral avant la tempête en Nouvelle-Écosse et les résidents s’approvisionnent en produits essentiels alors que l’ouragan Fiona se dirige vers la province.

Fiona devrait toucher terre en Nouvelle-Écosse en tant que cyclone post-tropical avec des vents de force ouragan tôt samedi matin. Pour Terry Drohan, résident de Sydney, en Nouvelle-Écosse, sa maison se trouve sur l’île du Cap-Breton, où le centre de la tempête devrait frapper.

“Je pense que nous sommes, vous savez, extrêmement anxieux et remplis d’appréhension et d’inquiétude quant à ce que l’avenir va nous apporter ici”, a-t-il déclaré vendredi à CTV’s Your Morning.

Drohan a déclaré qu’il avait récupéré une deuxième pompe de puisard pour s’assurer que son sous-sol n’était pas inondé et qu’il avait de l’essence supplémentaire pour son générateur, car des pannes de courant généralisées dans la province sont attendues.

“La préparation des inondations est quelque chose que je fais sur une base annuelle, mais je pense que cette tempête préoccupe toute la région avec les vents violents et les arbres plus âgés – de très grands arbres – qui sont autour”, a-t-il déclaré.

Environnement Canada a émis des avertissements de tempête tropicale ou d’ouragan pour l’ensemble de la Nouvelle-Écosse et de l’Île-du-Prince-Édouard, ainsi que pour une grande partie de Terre-Neuve, du Nouveau-Brunswick et de certaines parties de l’est du Québec. Sur l’île du Cap-Breton, l’agence prévoit des précipitations de plus de 200 millimètres ainsi que des vents de force ouragan pouvant atteindre 160 km/h.

“Il est inévitable que notre quartier de la ville soit inondé”, a déclaré Drohan. “Il est garanti que nous allons avoir, vous savez, des inondations dévastatrices au cœur de la ville. Mais comme je l’ai dit, la préoccupation supplémentaire avec cette tempête particulière sont les vents violents et dans le centre-ville de notre ville.”

Ce n’est pas la première fois que Drohan doit faire face à une méga tempête. Il y a sept ans, sa maison a été inondée après de fortes pluies et des vents violents qui ont frappé le Cap-Breton lors de la tempête de l’Action de grâces de 2016. La communauté de Drohan a de nouveau été frappée par une autre inondation majeure en novembre dernier.

“Il n’y a pas grand-chose que vous puissiez faire avec Mère Nature. Je veux dire, vous savez, vous vous y préparez. Mais vous savez, il a toujours été prouvé que Mère Nature peut tordre et transformer les choses”, a-t-il déclaré. “C’est devenu un peu un événement annuel auquel il suffit de se préparer et de croiser les doigts et d’espérer que les choses se passeront bien.”

Mais tous les Néo-Écossais n’ont pas de maison pour se réfugier et affronter la tempête, et les défenseurs s’inquiètent pour les résidents les plus vulnérables de la province.

“Si quelqu’un doit évacuer une maison parce qu’elle n’est pas sûre, nous devons également aider les sans-abri”, a déclaré vendredi Vicky Levack du PADS Community Advocacy Network à CTV’s Your Morning.

À Halifax, le maire Mike Savage a déclaré aux journalistes lors d’une conférence de presse qu’en plus des abris d’évacuation d’urgence pour le grand public, il y aura également deux abris spécifiquement pour les sans-abri avec de la nourriture disponible. Mais Levack craint que cela ne soit pas suffisant, étant donné que la province abrite environ 1 000 personnes sans logement.

“Vous devez garantir que lorsque vous promettez des choses, lorsque vous dites qu’il y aura de la nourriture, lorsque vous dites qu’il y aura des vêtements secs, lorsque vous dites qu’il y aura des lits, vous devez vous assurer que ces choses sont réellement là et qu’il y en a assez pour tout le monde », a-t-elle déclaré.

“Avec cette tempête, parce qu’elle est grave, je pense que (la ville) fait ce qu’elle pense être de son mieux, mais nous craignons que cela ne suffise pas.”