Oui, l’idée est là : Manoj Bajpayee fait allusion à la possibilité de « The Family Man saison 3 » – Voici ce qu’il a dit !  |  Nouvelles des gens

New Delhi: Le thriller d’action d’espionnage de l’acteur Manoj Bajpayee « The Family Man Season 2 » a été très apprécié par les fans et les critiques. L’original d’Amazon Prime Video est non seulement à la hauteur des attentes très élevées des fans inconditionnels, mais donne également le rythme à la saison 3.

Dans une interview avec DNA, Manoj Bajpayee ouvre sur la possibilité d’une troisième saison et parle également de son équation de travail avec sa co-star Samantha Akkineni. Voici les extraits de l’entretien :

Q. Quelle a été votre réaction à toutes les critiques positives de la saison 2 de « The Family Man » ?

R. Je pense que c’était en grande partie très positif, la plupart du temps. La réaction du public, des amis, de la famille et de l’industrie a été si massive, si incroyable qu’il devient trop difficile de croire que cela se produit. Ce genre de succès, je pense qu’aucun d’entre nous ne l’attendait de cette saison. Cela a dépassé l’appréhension ou l’attente de quiconque. Chacun de nous se sent complètement inondé et dépassé.

Q. Après la sortie de la promo, il y a eu une controverse quant à savoir si le sujet autour duquel tourne la saison 2 – la guerre d’Eelam – sera traité de manière appropriée. Il y avait aussi un appel pour interdire la sortie de la série. Ressentez-vous un soupir de soulagement que la série Web ait pu rendre justice sans blesser aucun sentiment?

R. Je veux dire, vous regardez la réaction de partout. Nous étions très sûrs qu’une fois qu’ils (les téléspectateurs) auront regardé l’émission, toutes les questions auront une réponse, toutes les appréhensions seront prises en charge. Maintenant, quand vous savez que ça marche si bien, et que tout le monde regarde, vous n’entendez plus ce genre de bruit, en partie parce que la série elle-même, l’histoire elle-même les a satisfaits et a répondu à toutes les questions qu’ils se posaient après regarder la promo.

Q. Samantha Akkineni a fait ses débuts numériques en face de vous dans la saison 2 de « The Family Man ». Quelle a été votre équation de travail avec elle?

R. J’ai passé un bon moment à travailler avec elle. Je veux dire, chaque fois que nous travaillions, nous partagions beaucoup de rires, d’acclamations et de plaisanteries et avions beaucoup d’admiration l’un pour l’autre. Nous étions tous très conscients du fait que la superstar est de l’industrie tamoule et télougou et nous savions également qu’elle aurait sa propre base de fans dans la série. Et regarde-la ! Regardez le nombre d’admirateurs qu’elle a, ils la soutiennent tous. C’est tellement incroyable que The Family Man ait augmenté notre territoire de fans.

Q. En parlant d’équation et de partage d’espace d’écran, c’était la dernière sortie de film de feu Asif Basra. Il y a une scène élaborée dans la série où vous avez une rencontre humoristique avec lui. C’est aussi sans effort. Pouvez-vous nous en parler et travailler avec lui ?

A. Asif est un de mes amis depuis longtemps. Son décès a été un choc pour nous. Je n’avais même pas réalisé qu’il traversait un tel traumatisme mental, qu’il devait franchir une étape aussi radicale. Chaque fois que je vois cette scène, je ne me sens pas à l’aise. Je ne crois pas non plus qu’il soit parti. Nous nous souviendrons toujours de lui avec beaucoup de plaisir et de rire et le bonheur que nous avons partagé les uns avec les autres. Et je lui dédie personnellement cette performance.

Q. Dans la saison 2 de « The Family Man », le plus gros suspens est de savoir si Srikant Tiwari sait ce qui s’est passé entre Suchi et son collègue Arvind à Lonawala. Sait-il? Pouvez vous nous dire?

A. S’il (Srikant) savait que l’histoire du père de famille se serait terminée il y a longtemps. Alors il vaut mieux qu’il ne le sache pas. Suchi le lui dira-t-il finalement ? On ne sait vraiment pas ! Nous ne savons pas trop pour le moment comment Suchi en arrivera à un point où elle décidera de lui dire la vérité. Nous ne savons pas ce qui s’est passé à Lonawala. Nous, en tant que public, le savons, mais Srikant ne le sait pas bien sûr. Ainsi, il ne s’occupe que de l’insatisfaction de Suchi, du mécontentement du mariage.

Q. Le « minimum guy » est désormais célèbre ! Quelle est ta définition d’un mec minimum ?

A. Je ne pense pas que quiconque soit un gars minimum. Dieu nous a tous créés avec nos forces et nos faiblesses. Et tout le monde est capable de grandes choses. C’est pourquoi le public déteste tellement Kaustav, qui a joué un si bon patron. Personnellement, je ne pense pas qu’il y ait quelqu’un dans ce monde qui soit un gars minimum. La personne qui appelle les autres ainsi, est le gars minimum, pas la personne à qui on le dit.

Q. La saison 2 de « The Family Man » a taquiné l’intrigue de la troisième saison, qui, comme nous le devinons, porte sur les problèmes d’Indochine. Il est censé se dérouler dans le contexte de la pandémie. Pouvez-vous nous parler un peu de la saison 3 ? Avez-vous déjà commencé à tirer ?

A. Comment pouvons-nous commencer à tourner à un moment où nous sommes en confinement ? De plus, il n’y a pas de script pour le moment. Oui, l’idée est là… les scénaristes et les réalisateurs savent exactement quoi en faire. Mais ils ne commenceront à écrire que s’il y a un dernier appel de la plate-forme. Il y a beaucoup de formalités à accomplir avant de commencer à écrire. Et puis les dates seront prises, puis on commencera le tournage, puis la post-production. Il y a trop d’espace entre le café et la lèvre.

Q. L’OTT étant actuellement au sommet de la pyramide du divertissement, les plateformes numériques servant de support où les gens reçoivent leur dose quotidienne de divertissement. Pensez-vous que les téléspectateurs auront des appréhensions si et quand les cinémas ouvriront ?

A. Quand les théâtres ouvriront, ils verront du trafic, il y aura un public qui ira aux théâtres, certainement, cela arrivera. Quand et comment? Eh bien, seul le temps peut le dire. Le visionnage du cinéma va rester le même, c’est une sorte de période creuse en ce moment. Vous ne pouvez vraiment pas l’aider. C’est à cause des restrictions et des blocages que les cinémas ont souffert. Mais dire qu’un médium dominera l’autre… non, tous ces médiums seront là. L’OTT et le théâtre seront à égalité. Personnellement, je pense qu’il n’y aura pas de démarcation. Acteurs et réalisateurs travailleront sur les deux supports.

Q. Enfin, dans la série, on voit Srikant Tiwari tiraillé entre sa vie de famille et sa profession. En tant que Manoj Bajpayee, qu’est-ce qui vient en premier pour vous ?

A. La famille passe avant tout. Je dois d’abord répondre à toutes les attentes et exigences et ce n’est qu’alors que je pourrai sortir de chez moi. Et s’il y a un appel de ma fille qui tombe malade ou que ma femme ne se sente pas bien, cela me dérange complètement. Je ne peux pas fonctionner. Pour moi, le bonheur de la famille est une priorité absolue. Après cela, vous pouvez bien travailler. Ensuite, peu importe si vous êtes blessé et que vous soignez ou que vous vous blessez sur le tournage, cela ne vous dérange vraiment pas. La famille doit être heureuse pour que vous travailliez.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Comments