Ottawa enquêtera sur les tweets « dérangeants » d’un consultant sur un projet de lutte contre le racisme financé par le gouvernement

Avertissement : Cette histoire contient un langage qui peut être offensant

Le ministre fédéral de la Diversité dit qu’il prend des mesures à propos des tweets “inquiétants” d’un consultant principal sur un projet de lutte contre le racisme qui a reçu 133 000 $ de son ministère.

Ahmed Hussen a demandé à Patrimoine canadien de “regarder de près la situation” en réponse à ce qu’il a qualifié de “comportement inacceptable” de Laith Marouf, un consultant principal impliqué dans un projet financé par le gouvernement pour lutter contre le racisme dans la radiodiffusion.

Le compte Twitter de Marouf est privé mais une capture d’écran publiée en ligne montre un certain nombre de tweets avec sa photo et son nom.

Un tweet disait : “Vous savez, tous ces gros sacs d’excréments humains, alias les suprématistes blancs juifs ; quand nous libérerons la Palestine et qu’ils devront retourner d’où ils viennent, ils redeviendront des salopes à voix basse (sic ) Maîtres suprématistes blancs chrétiens/laïcs.”

Marouf a refusé les demandes de commentaires. Interrogé sur le tweet, un avocat agissant pour Marouf a demandé que les tweets de son client soient cités « textuellement » et distingués entre la « référence claire de Marouf aux « suprématistes blancs juifs » » et les Juifs ou le peuple juif en général.

Marouf ne nourrit “aucune animosité envers la foi juive en tant que groupe collectif”, a déclaré l’avocat Stephen Ellis dans un e-mail.

L’année dernière, le Community Media Advocacy Centre (CMAC) a reçu une subvention de 133 800 $ du ministère du Patrimoine pour élaborer une stratégie antiraciste pour la radiodiffusion canadienne.

Marouf est répertorié en tant que consultant principal sur le site Web de CMAC et aurait déclaré que CMAC est “ravi de lancer” l’initiative “Construire une stratégie anti-racisme pour la radiodiffusion canadienne : Conversation et convergence” avec le soutien financier du programme d’action anti-racisme de Heritage.

Il a exprimé sa gratitude à “Patrimoine canadien pour leur partenariat et la confiance qu’ils nous ont imposée”, affirmant que le CMAC s’engage à “assurer l’exécution réussie et responsable du projet”.

Demande à Patrimoine canadien de revoir les politiques de surveillance

Hussen, qui est basé au Département du patrimoine, a déclaré dans un communiqué: “Nous condamnons ce comportement inacceptable d’un individu travaillant dans une organisation dédiée à la lutte contre le racisme et la discrimination.”

« Notre position est claire : l’antisémitisme et toute forme de haine n’ont pas leur place au Canada. C’est pourquoi j’ai demandé à Patrimoine canadien d’examiner de près la situation impliquant des propos dérangeants tenus par l’individu en question. Nous aborderons la question avec l’organisation en conséquence. , car cela va clairement à l’encontre des valeurs de notre gouvernement », a ajouté Hussen.

CMAC n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Irwin Cotler, un ancien ministre libéral de la Justice qui a été nommé envoyé spécial du Canada sur l’antisémitisme par le premier ministre Justin Trudeau, a déclaré que le tweet de Marouf faisant référence aux “sacs d’excréments humains bruyants” était “hors de portée”.

Cotler a déclaré qu’il prévoyait de parler de la question aux responsables travaillant au sein du département du patrimoine pour lutter contre le racisme.

Shimon Koffler Fogel, président et chef de la direction du Center for Israel and Jewish Affairs, a déclaré que les Canadiens « devraient être consternés » par ces tweets.

“Patrimoine canadien doit revoir ses politiques de surveillance pour s’assurer que l’argent des contribuables canadiens est fourni à des groupes attachés aux valeurs canadiennes chères et à la lutte contre le racisme, la haine et la discrimination”, a-t-il déclaré.