Actualité du moment | News 24

Ont. et Qué. la tempête fait 9 morts, beaucoup impuissants

Des dizaines de milliers de personnes restent sans électricité après la puissante tempête de samedi qui a fait au moins neuf morts et causé d’importants dégâts dans tout le sud de l’Ontario et du Québec.

Les services publics d’hydroélectricité ont signalé dimanche que les dommages au réseau électrique étaient importants et compliqués, ce qui signifie que même si les équipes travaillaient 24 heures sur 24 pour effectuer des réparations, il pourrait encore s’écouler des jours avant que les pannes ne soient résolues.

Hydro One a déclaré dans un communiqué de presse tard dimanche que les équipes avaient rétabli le courant pour 360 000 clients, mais que lundi matin, des pannes affectaient toujours plus de 200 000 clients, tandis qu’Hydro Ottawa a signalé que plus de 166 000 clients étaient toujours sans électricité.

De l’autre côté de la frontière provinciale, Hydro-Québec a connu près de 1 450 pannes affectant plus de 237 000 clients.

La tempête a ravagé le sud de l’Ontario et du Québec en quelques heures, brisant des poteaux électriques et renversant des pylônes, déracinant des arbres, arrachant des bardeaux et bardant des maisons.

Le nombre total de morts de la tempête de samedi n’est toujours pas clair, mais la police de l’Ontario a signalé sept personnes tuées par la chute d’arbres dans des endroits de la province pendant la tempête samedi, et un huitième tué par la chute d’une branche d’arbre à la suite de la tempête dimanche.

Une neuvième personne est décédée samedi lorsque le bateau dans lequel elle se trouvait a chaviré sur la rivière des Outaouais près de Masson-Angers, au Québec.

David Sills, directeur exécutif du Northern Tornadoes Project à l’Université Western, a déclaré que la vitesse du vent aurait pu atteindre bien plus que 132 kilomètres à l’heure signalés par Environnement et Changement climatique Canada, compte tenu des dommages concentrés.

Les dégâts considérables ont incité les villes ontariennes d’Uxbridge, au nord de Toronto, et de Clarence-Rockland, à l’est d’Ottawa, à déclarer l’état d’urgence.

Sills a déclaré que des équipes du projet se sont rendues dans la région d’Uxbridge ainsi que dans le sud d’Ottawa, soupçonnant qu’elles auraient pu être touchées par des tornades ou des vents violents.


Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 23 mai 2022.