Obligé de refermer ses portes, le Louvre en profite pour embellir

Le musée du Louvre à Paris est fermé depuis octobre en raison de la pandémie de coronavirus – mais son personnel utilise cette fermeture comme une opportunité pour embellir ses œuvres d’art et ses expositions.

Alors que les amateurs d’art et les touristes devront attendre pour parcourir à nouveau ses salles et couloirs, lorsqu’ils pourront entrer, ils découvriront que le plus célèbre musée d’art de France a subi une rénovation.

En 2019, 9,6 millions de personnes ont parcouru ses galeries – et sa popularité a en fait empêché le musée d’entreprendre les mises à niveau et les redécorations nécessaires sans perturber l’expérience des visiteurs.

Par conséquent, les conservateurs et les restaurateurs travaillent dur pour remodeler le musée.

Depuis la deuxième fermeture du musée, le 30 octobre, environ 250 employés et entrepreneurs externes se sont mis au travail chaque jour.

Parmi eux, Elisabeth Antoine-Konig, conservatrice en chef du département des artefacts.

«Nous travaillons sur l’inventaire décennal de nos œuvres d’art, c’est-à-dire le comptage de chaque artefact physique et nous vérifions dans quel état ils se trouvent et voyons si certaines d’entre elles pourraient avoir besoin d’être restaurées. Nous surveillons de près l’état physique. état de notre collection », dit-elle.

« A la réouverture du musée, tout sera parfait pour ses visiteurs – cette Belle au bois dormant aura eu le temps de se poudrer le nez. »

Il y a des kilomètres de galeries vides, de guichets automatiques et de librairies silencieuses.

Mais dans la Grande Galerie, les restaurateurs travaillent avec acharnement sur des échafaudages.

Ils ont «sondé» les murs, décollant couche après couche de peinture, voyant ce qui se cache derrière les siècles précédents.

Au total, dix projets à grande échelle – en attente depuis mars de l’année dernière et le premier verrouillage – sont en cours et progressent rapidement.

«Ce que mes collègues disent généralement, c’est que je suis l’homme le plus heureux du musée car mon métier de responsable de la maintenance et des travaux est probablement le moins impacté par la crise sanitaire que nous traversons», déclare Laurent le Guédart, directeur de l’architecture département du patrimoine et des jardins.

«Nous profitons de la fermeture du musée pour réaliser un certain nombre de travaux majeurs, accélérer les opérations de maintenance et lancer des travaux de réparation difficiles à planifier lorsque le musée fonctionne normalement.