« Nous sommes arrivés à une fin » : le Croissant-Rouge palestinien déclare que les hôpitaux de Gaza n’ont plus de solutions

Ceci est une transcription urgente. La copie peut ne pas être dans sa forme définitive.

NERMÉEN CHEIKH: Israël et les États-Unis continuent de rejeter les appels à un cessez-le-feu à Gaza alors que le bilan des bombardements israéliens dépasse les 10 500 morts, dont plus de 4 000 enfants palestiniens. Des dizaines de milliers de Palestiniens du nord de Gaza ont évacué leurs maisons à pied alors que les troupes israéliennes tentent de prendre le contrôle de la zone par la force. L’ONU estime que 1,5 million de Palestiniens ont été déplacés à Gaza, soit 70 % de la population de Gaza. De nombreux Palestiniens craignent qu’Israël ne les autorise jamais à rentrer chez eux.

Mercredi, le plus haut responsable des droits de l’homme aux Nations Unies, Volker Türk, s’est rendu du côté égyptien du poste frontière de Rafah, où il a accusé Israël et le Hamas d’avoir commis des crimes de guerre.

VOLKER TURC: Le terminal de Rafah a été, le mois dernier, la bouée de sauvetage symbolique pour les 2,3 millions de personnes vivant à Gaza. La bouée de sauvetage a été injustement et scandaleusement mince. Ce sont les portes d’un véritable cauchemar, un cauchemar où les gens étouffent sous les bombardements persistants, pleurent leurs familles, luttent pour obtenir de l’eau, de la nourriture, de l’électricité et du carburant. … De l’autre côté de cette porte se trouve Gaza, déjà décrite avant le 7 octobre comme la plus grande prison à ciel ouvert du monde, sous 56 ans d’occupation et 16 ans de blocus par Israël.

Les atrocités perpétrées par les groupes armés palestiniens le 7 octobre étaient odieuses. Il s’agissait de crimes de guerre, tout comme la détention continue d’otages. La punition collective infligée par Israël aux civils palestiniens constitue également un crime de guerre, tout comme l’évacuation forcée illégale de civils.

AMIE HOMME BON: Dans la ville de Gaza, les frappes aériennes israéliennes ont touché des zones proches de l’hôpital Al-Shifa, le plus grand hôpital de Gaza. Pendant ce temps, la plupart des opérations à l’hôpital al-Quds ont été interrompues en raison de la diminution des réserves de carburant et des attaques israéliennes quotidiennes contre les zones autour de l’hôpital. La plupart des routes menant à l’hôpital ont été détruites. L’hôpital est géré par la Société du Croissant-Rouge palestinien, qui fait partie de la Croix-Rouge internationale.

Nous nous rendons maintenant à Ramallah, en Cisjordanie occupée, où nous sommes rejoints par Nebal Farsakh, porte-parole de la Société du Croissant-Rouge palestinien.

Merci beaucoup d’être avec nous. Si vous pouviez commencer par parler de l’état actuel des hôpitaux à Gaza ? Et quels hôpitaux vous dit-on que vous avez dû évacuer ? Et quelle est la réponse du Croissant-Rouge palestinien, Nebal ?

NÉBAL FARSAKH: Bonjour. Merci de m’avoir.

La situation actuelle dans les hôpitaux est désastreuse. Près de 18 hôpitaux sur 35 dans la bande de Gaza sont hors service, soit à cause des bombardements, soit à cause d’une pénurie extrême de carburant et de fournitures médicales. Les autres hôpitaux fonctionnent dans des conditions extrêmement difficiles. Ils connaissent une pénurie extrême de fournitures médicales et de médicaments, et sont presque à court de carburant.

Par exemple, à l’hôpital d’Al-Quds, hier, nous avons dû réduire tous les services et opérations de l’hôpital d’Al-Quds au point que le générateur principal de l’hôpital a été éteint, et maintenant nous n’utilisons que le petit générateur. Le service de chirurgie de l’hôpital a également été fermé. Le générateur d’oxygène de l’hôpital a également été arrêté et nous utilisons désormais des bouteilles d’oxygène. Selon les informations, nous ne sommes que dans 24 heures et nous allons complètement fermer nos portes, car nous allons manquer de carburant. Fondamentalement, jusqu’à présent, aucune aide n’a été autorisée à entrer dans l’hôpital al-Quds.

C’est le quatrième jour, et l’hôpital d’Al-Quds a été soumis à d’intenses bombardements, et toutes les routes menant à l’hôpital d’Al-Quds sont fermées. A cause des bombardements, les routes sont fermées. Notre équipe des services médicaux d’urgence est également à l’intérieur de l’hôpital, ils ne peuvent donc pas sortir de l’hôpital pour amener les blessés dans la zone. D’où ils se trouvent à l’intérieur de l’hôpital, ils voient qu’il y a de nombreux blessés tout près de l’hôpital, mais malheureusement ils se sentent impuissants. À cause des bombardements intenses, c’est tellement dangereux. Ils ne peuvent donc même pas sortir pour aller chercher ces blessés et leur sauver la vie. Et la zone où se trouve l’hôpital est devenue très dangereuse. Comme souligné, toutes les routes sont fermées, donc personne ne peut accéder à l’hôpital al-Quds.

Malheureusement, aucune aide n’a été autorisée à entrer à l’hôpital al-Quds. Il y a deux jours, nous attendions l’arrivée de l’aide CICR. Cependant, le CICR Le convoi a été pris pour cible par les forces d’occupation israéliennes. Et malheureusement, ils n’ont pas pu acheminer l’aide à l’hôpital al-Quds.

Donc, maintenant, le problème n’est pas seulement le carburant ; nous avons à peine de la nourriture ou de l’eau pour notre personnel et nos patients et pour plus de 14 000 civils qui se réfugient actuellement à l’intérieur de l’hôpital. À cause des bombardements continus, toutes les fenêtres sont tombées, je veux dire les vitres. Ils sont donc littéralement ouverts. Et la nuit, il faisait très froid, même pour les familles qui dorment par terre. Vous ne pouvez pas imaginer l’image d’enfants qui ont tellement froid et qui n’ont même pas de couverture pour les réchauffer. Nous avons donc maintenant un besoin urgent de tout, de couvertures, de nourriture et d’eau. Ces enfants ont même une quantité très minimale de nourriture. Comme je l’ai mentionné, nous avons à peine de la nourriture pour le personnel ou pour les patients. C’est le troisième jour que toute la ville de Gaza et le nord sont à court de pain, car toutes les boulangeries sont déjà à court de carburant. Ainsi, aucun des Gazaouis qui se trouvent actuellement à Gaza et dans le nord ne peut obtenir le moindre morceau de pain.

Il y a encore à Gaza et dans le nord près de 500 000 civils qui se réfugient encore dans des écoles et des hôpitaux dans les zones où Israël a forcé sa population à évacuer. Il n’est pas facile de dire simplement « évacuer », car des bombardements intenses ont lieu partout, et il n’est pas sûr d’évacuer soi-même, sachant que, comme vous l’avez souligné, de nombreuses personnes doivent le faire à pied sous des bombardements intenses. Il n’y a pas de transport. La route et les infrastructures sont complètement détruites. Et simplement un CICR Le convoi a été pris pour cible alors qu’il se dirigeait du sud vers le nord. Alors, comment les civils pourraient-ils s’évacuer en toute sécurité vers le sud ?

NERMÉEN CHEIKH: Et Nebal, si vous pouviez répondre au fait qu’Israël a dit : soit il faut évacuer l’hôpital d’Al-Quds, soit le Croissant-Rouge palestinien est responsable de tous les décès ? Et puis, vous savez, vous avez dit que les générateurs d’oxygène étaient désormais arrêtés, que vous dépendiez de bouteilles d’oxygène et que le carburant était en train de s’épuiser. Je veux dire, que voulez-vous – comment cela se passera-t-il si vous n’avez pas accès au carburant ? Que craignez-vous qu’il arrive à ces patients qui dépendent de l’oxygène, sans parler de toutes les autres fournitures médicales qui diminuent, voire sont complètement épuisées ?

NÉBAL FARSAKH: Oui. Nous avons annoncé à plusieurs reprises que nous avions environ 500 patients à l’hôpital. Beaucoup d’entre eux sont connectés à des machines de survie. Ils sont dans l’unité de soins intensifs. Nous avons des bébés dans des couveuses. Nous n’avons pas les moyens de les évacuer en toute sécurité. Les évacuer signifie les tuer. Compte tenu du fait que des bombardements déjà intenses ont lieu, il n’y aura même aucun moyen d’évacuer le personnel, ainsi que les 14 000 civils qui se trouvent actuellement à l’abri parce que, tout simplement, ils n’ont nulle part où aller.

Les hôpitaux, le personnel soignant et les établissements de santé doivent être protégés par le droit international humanitaire. Il n’y aura aucune justification pour qu’Israël prenne pour cible l’hôpital al-Quds, même si – même le OMS a annoncé que les ordres d’évacuation contre les hôpitaux sont impossibles à appliquer. Ils constituent une peine de mort pour les patients. Les médecins, les infirmières et les travailleurs de la santé ne devraient pas choisir entre perdre la vie, risquer sa vie ou même faire demi-tour – tourner le dos à ses patients et s’en aller. Ceci est inacceptable.

Et cette situation, d’être sous un bombardement intense, dans la peur et la panique constantes de perdre la vie, est également inacceptable. Comme je l’ai dit, depuis au moins une semaine, et maintenant presque deux semaines, d’intenses bombardements ont lieu dans une zone très proche de l’hôpital, au point que la plupart des bâtiments situés aux alentours de l’hôpital ont été endommagés. Des frappes aériennes ont lieu même à 15 mètres de l’hôpital. Il en résulte qu’au moins 16 personnes ont été blessées lors de ces bombardements, à tel point qu’un patient de l’unité de soins intensifs a également été blessé. Cela ne devrait pas être acceptable.

Je ne peux pas décrire la situation actuelle à l’intérieur de l’hôpital, quand je parle de 14 000 civils – pour la plupart des enfants et des femmes – qui dorment simplement sur le sol de l’hôpital. Dans chaque coin de l’hôpital se trouvent des personnes déplacées qui n’ont pas d’autre choix. C’est le dernier choix pour eux. Il s’agit simplement de chercher refuge dans un endroit où ils pensaient être dans un endroit sûr. Malheureusement, ce n’est pas le cas, car Israël semble être absolument au-dessus du droit humanitaire international.

Malheureusement, en tant qu’organisation humanitaire, nous sommes complètement à court de solutions. Depuis maintenant trois semaines, nous appelons la communauté internationale à intervenir immédiatement pour permettre l’entrée de l’aide humanitaire à Gaza, y compris du carburant. Nous avons prévenu à plusieurs reprises : « Nous manquons de carburant ». Nous sommes déjà à court de carburant depuis une semaine. Nous avons donc réussi à nous procurer du carburant dans certaines stations-service qui en avaient encore. Malheureusement, en raison du blocus continu de Gaza, en particulier, et du nord, il est désormais impossible de trouver un litre d’essence, un litre de carburant à Gaza et dans le nord. Nous sommes arrivés à une fin. Nous avons déjà réduit toutes nos opérations, tous nos services, juste pour pouvoir prendre soin de ces patients qui sont maintenant à l’intérieur du…