Skip to content

Gagner McNamee | Getty Images

ABOU DHABI – La politique étrangère des États-Unis dans des pays comme la Syrie est "contradictoire" depuis plusieurs années, selon l'ancien chef des services de renseignement saoudiens.

S'adressant à Hadley Gamble de CNBC à Abou Dhabi samedi, le prince saoudien Turki Al-Faisal a déclaré: "La situation en Syrie, nous ne savons pas vraiment où se trouvent les États-Unis, par exemple, est-il à l'extérieur ou à l'extérieur?"

Trump a récemment annoncé que les forces américaines dans le nord-est de la Syrie se retireraient, ouvrant la voie à une offensive turque qui en est maintenant à son quatrième jour. L’opération turque vise à éloigner la milice de protection du peuple (YPG) de la milice kurde soutenue par les États-Unis de sa frontière sud avec la Syrie.

Ankara considère le groupe comme un terroriste et souligne les liens du YPG avec un groupe séparatiste kurde en Turquie, le PKK, qui mène depuis des décennies une insurrection violente contre l'État turc. Néanmoins, les forces kurdes constituaient un partenaire stratégique des États-Unis et ont joué un rôle crucial dans la défaite du soi-disant État islamique.

La décision controversée de Trump a suscité de nombreuses critiques de la part de la communauté internationale. L’administration américaine a également été accusée d’avoir envoyé des messages contradictoires en prenant parfois ses distances par rapport à la milice kurde, mais aussi en préparant des sanctions contre la Turquie si elle franchissait la ligne.

Al-Faisal a fait part de son inquiétude face au retrait des troupes américaines, déclarant à CNBC que, pour les forces américaines, "tout à coup, replier leurs tentes et disparaître silencieusement n'est, à mon avis, pas la bonne chose à faire". Mais il a ajouté que ces déclarations contradictoires de la Maison-Blanche n’ont pas commencé sous le régime de Trump.

"Cela n'a pas été le cas seulement depuis Trump, mais depuis Obama. Vous vous souvenez des" lignes rouges "d'Obama, rien ne se passe là-dessus. Par la suite, les déclarations contradictoires de M. Trump sur le retrait des forces américaines", a-t-il déclaré.

En 2012, l'ancien président Barack Obama avait averti le gouvernement syrien de ne pas franchir la ligne rouge en utilisant ou en déplaçant des armes chimiques ou biologiques. En 2013, le président syrien Bashar Assad a tué plus de 1 000 citoyens à Ghouta Est avec du gaz Sarin.

Trump avait initialement annoncé le retrait complet des troupes américaines en Syrie en décembre 2018. Il avait demandé à l'armée américaine de retirer de la Syrie les 2 200 soldats américains restants dans les 30 jours. Trump, à l'époque, a tweeté que l'EI avait été vaincu.

Troupes américaines en Arabie Saoudite

L’administration américaine a également annoncé cette semaine qu’elle enverrait d’autres forces en Arabie saoudite après les attaques sur ses installations de production de pétrole, imputées à l’Iran. Cela a eu lieu même si Trump avait déclaré vouloir réduire la participation de l'armée dans la région.

Al-Faisal a déclaré à CNBC qu'il n'était pas étonné que les États-Unis s'engagent dans le royaume saoudien en envoyant des troupes, tout en retirant des forces de leurs alliés en Syrie.

"Eh bien, il a toujours été question d'énergie depuis, n'est-ce pas? Depuis 1945."

Il a poursuivi en ajoutant: "Le marché du pétrole lie le monde entier et ce qui se passe en Arabie Saoudite ne reste pas en Arabie Saoudite".

"Il a en quelque sorte une capacité d'influencer d'autres pays. Je ne suis donc pas surpris que les États-Unis soient intéressés à s'engager avec le royaume pour défendre l'industrie pétrolière. Il est étonnant que les États-Unis abandonnent leurs alliés en Syrie. C'est quelque chose pour M. Trump à décider. "

Le président américain a récemment déclaré que le pays était devenu un si gros producteur qu’il n’avait plus besoin de pétrole du Moyen-Orient, mais a ajouté qu’il était toujours disposé à soutenir ses alliés.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *