Skip to content

HELSINKI (Reuters) – Le chef de la division logiciels Nokia, Bhaskar Gorti, a défendu mercredi le constructeur de réseaux mobiles finlandais contre les craintes du marché selon lesquelles il était à la traîne par rapport à ses concurrents Ericsson et Huawei en développement 5G.

"Nous n'avons pas de problème 5G", déclare le responsable logiciel de Nokia

PHOTO DU DOSSIER: Bhaskar Gorti, président de Nokia Software, prend la parole lors d'une conférence de presse à Helsinki, en Finlande, le 9 février 2017. Lehtikuva / Antti Aimo-Koivisto via REUTERS

"Je ne pense pas que nous ayons un problème avec la 5G", a déclaré Gorti lors d'une interview à Reuters, qualifiant son développement de marathon où l'accent avait été mis sur les dix premières minutes de la course.

Le mois dernier, Nokia a réduit ses perspectives pour cette année et l’année prochaine en raison de la nécessité d’accroître ses investissements dans la 5G, une nouvelle qui a fait chuter le tiers de son cours de bourse.

Il a également suspendu le versement des dividendes pour économiser de l’argent et s’est engagé à accélérer l’introduction de nouveaux chipsets 5G.

C’est un contraste frappant avec le suédois Ericsson, qui avait relevé ses prévisions de marché pour cette année et son objectif de vente pour 2020 une semaine plus tôt.

Nokia attendait que les normes radio 5G entrent en vigueur à la fin de l’année dernière, tandis que ses concurrents reverraient plus rapidement ses produits en prévision des premiers lancements aux États-Unis et en Corée, ont indiqué à Reuters des sources du secteur et des analystes.

Amit Hirchandani, analyste sectoriel chez Citi à Londres, qualifie Nokia de «show me» dans lequel il doit démontrer que des progrès clairs ont été accomplis dans la fixation et le déploiement de ses produits 5G au cours des prochains mois afin de restaurer la confiance des investisseurs.

M. Gorti a déclaré que le cycle 5G comportait plusieurs parties différentes, ajoutant qu'il pensait que Nokia devancerait ses pairs dans des domaines tels que le développement de logiciels, le déploiement d'internet des objets ou l'accès sans fil.

«Je pense personnellement que nous avons au moins deux à trois ans d’avance sur notre concurrent le plus proche, Ericsson (en logiciels)», a-t-il déclaré.

Le bénéfice d’exploitation des activités de logiciels de Nokia a progressé de 108% au troisième trimestre pour s’établir à 156 millions d’euros (172,6 millions de dollars), soit 128 millions de plus que le chiffre d’affaires de la principale activité de longue date des réseaux, Nokia.

Gorti a déclaré qu'il était important de comprendre que 80% du réseau mobile était en réalité un logiciel et que la virtualisation des réseaux ne serait plus rapide que pour les nouveaux réseaux 5G.

Reportage par Anne Kauranen, reportage complémentaire par Tarmo Virki et Douglas Busvine; Édité par Jan Harvey et Alexandra Hudson

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.

Heliabrine Monaco

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *