Dernières Nouvelles | News 24

« Nous allons le faire » : le Premier ministre israélien veut envahir Rafah | Guerre d’Israël contre Gaza Actualités

Israël n’a pas encore précisé comment il protégera les 1,4 million de civils entassés dans la ville contre l’assaut prévu.

Israël est déterminé à poursuivre ses projets non précisés d’invasion de la ville de Rafah, dans le sud de Gaza, où se réfugient des millions de Palestiniens déplacés.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a réitéré son intention de prolonger l’opération militaire dans une interview diffusée samedi soir. “Nous allons le faire”, a-t-il déclaré, précisant que les plans étaient en cours d’élaboration.

Cette déclaration intervient malgré l’inquiétude internationale quant au risque de carnage. On estime que 1,4 million de Palestiniens sont entassés à Rafah et encerclés par la frontière avec l’Égypte, après avoir reçu l’ordre de l’armée israélienne d’évacuer leurs maisons ailleurs dans la bande de Gaza.

Les États-Unis, principal soutien d’Israël, ont mis en garde contre le projet d’étendre l’assaut terrestre à la ville, qui est soumise depuis des mois à des bombardements aériens presque quotidiens.

Au moins 25 Palestiniens ont été tués lors de frappes nocturnes sur Rafah, selon les journalistes d’Al Jazeera sur le terrain, alors que l’armée israélienne a intensifié ses attaques cette semaine. Plus de 28 000 Palestiniens ont été tués depuis le début de la guerre à Gaza le 7 octobre.

Nulle part où aller

Netanyahu a déclaré dans l’interview accordée au média américain ABC News qu’il était d’accord avec Washington sur la nécessité d’évacuer les civils de Rafah avant toute invasion terrestre.

“Nous allons le faire tout en assurant un passage sûr à la population civile afin qu’elle puisse partir”, a-t-il déclaré, selon des extraits publiés de l’interview.

Cependant, on ne sait pas exactement où peuvent aller un si grand nombre de personnes, pressées contre la frontière avec l’Égypte et réfugiées dans des tentes de fortune.

Lorsqu’on lui a demandé, Netanyahu a simplement répondu qu’ils « élaborent un plan détaillé ».

« Les zones que nous avons nettoyées au nord de Rafah sont… il y a de nombreuses zones là-bas », a-t-il déclaré.

« Ceux qui disent que nous ne devrions en aucun cas entrer à Rafah disent en substance ‘perdez la guerre, gardez le Hamas là-bas’ », a-t-il déclaré.

Dans un reportage depuis Rafah, Tareq Abu Azzoum d’Al Jazeera a déclaré que les Palestiniens désespérés de la région estiment qu’ils n’ont plus le choix.

« Nous devons nous rappeler que la majorité des personnes blessées et déplacées ont été transférées à Rafah afin d’être à l’écart des opérations israéliennes », a-t-il déclaré.


Tensions avec l’Egypte

L’Égypte s’est farouchement opposée à ce projet, qui menace de déplacer des centaines de milliers de Palestiniens vers sa péninsule du Sinaï.

Il reste également très prudent face à l’intensification de l’activité militaire israélienne à proximité de ses frontières. Le Caire a averti que son traité de paix avec Israël, vieux de plusieurs décennies, pourrait être menacé si Israël déployait des troupes à sa frontière.

La ministre israélienne des Transports, Miri Regev, a déclaré que le gouvernement israélien prenait au sérieux la sensibilité de l’Égypte concernant l’opération militaire à Rafah et que les deux parties parviendraient à parvenir à un accord.

Mamoun Abu Nowar, un général à la retraite de l’armée de l’air jordanienne, a déclaré à Al Jazeera que le Hamas possède de profonds tunnels dans la région, dont certains traversent l’Égypte.

“Pour contrôler ces tunnels”, a-t-il poursuivi, “ils doivent travailler très dur, couper ces postes de commandement ou les détruire de manière à ce qu’ils soient détruits”. [Hamas] perd ce commandement dans son ensemble, mais ce serait un combat très très difficile, cela prendrait des mois.

‘Recette pour un désastre’

Les avertissements internationaux contre une invasion de Rafah continuent d’affluer.

Le chef de la politique étrangère de l’Union européenne, Josep Borrell, dans un article sur X samedi soir, a soutenu les avertissements des États membres du bloc selon lesquels une invasion de Rafah « conduirait à une catastrophe humanitaire indescriptible et à de graves tensions avec l’Égypte ».

Les dirigeants régionaux tirent également la sonnette d’alarme. Jasem Mohamed Albudaiwi, secrétaire général du Conseil de coopération du Golfe (CCG), a déclaré qu’une attaque contre Rafah déstabiliserait davantage la région et nuirait aux Palestiniens.

Le commissaire général de l’UNRWA, Philippe Lazzarini, a déclaré dimanche qu’il régnait un sentiment d’anxiété et de panique croissant à Rafah.

« Une offensive militaire au milieu de ces populations complètement exposées et vulnérables est une recette pour un désastre. Je suis presque muet”, a-t-il déclaré.