Skip to content

L’affrontement de Ligue 1 de dimanche entre le Paris Saint-Germain et le rival acharné de Marseille s’est terminé avec cinq joueurs, dont Neymar, expulsés après une bagarre de masse dans les dernières minutes.

Alors qu’il sortait du terrain, Neymar aurait informé le quatrième officiel d’un incident présumé d’abus raciste et après le match, il a prétendu qu’il avait été qualifié de « fils singe de b * tch » par Álvaro González de Marseille.

Gonzalez nie avoir fait une remarque et la commission de discipline de la Ligue française se réunit mercredi pour examiner l’incident.

Neymar a ensuite publié une déclaration sur les réseaux sociaux, regrettant son implication dans une bagarre, mais ajoutant que «le racisme existe» dans le football.

«Hier, je me suis révolté», dit Neymar dans sa déclaration. « J’ai été puni de rouge parce que je voulais frapper quelqu’un qui m’avait offensé. » Neymar a poursuivi en disant: « Le racisme existe. Il existe, mais nous devons l’arrêter. Pas plus. Assez. »

Dans des remarques à la chaîne de télévision française BFM, Le Graet a minimisé le racisme dans le sport.

LIS: Neymar dit qu’il a «  agi comme un imbécile  » dans une bagarre mais exige que le racisme cesse
LIS: «  Je ne veux pas être pris en otage sur l’homophobie  », déclare le président de la Fédération française de football
« Le racisme en France … dans un match entier, il peut y avoir des écarts, mais nous avons moins d’un pour cent de difficultés aujourd’hui », a déclaré Le Graet à la chaîne de télévision française BFM.

« Quand un noir, pardonnez-moi, marque un but, tout le stade est debout. Donc, franchement, le phénomène du racisme dans le sport, et dans le football en particulier, n’existe pas, ou [it is] peu. »

En réponse, la FFF dit que la « polémique » générée par les propos de Le Graet n’est « pas fondée ».

« Notre président a déclaré qu’il n’y avait pas plus de 1% d’incidents racistes dans le football amateur », a-t-il déclaré à CNN dans un communiqué. « C’est un fait basé sur l’Observatoire [CIES Football Observatory] de comportement dans le football amateur, en collaboration avec l’autorité française (ONDRP).

«Le dernier rapport publié en 2019 révèle qu’il y a 11 335 matchs avec des incidents violents ou incivils sur 700 000 par an. Et 76 matchs seulement, même si c’est toujours trop, étaient pour des incidents de racisme ou d’autres discriminations. Donc moins de 1%.

« Notre président n’ignore pas qu’il y a des problèmes de racisme dans le football et il a combattu le racisme toute sa vie dans le football et la politique … mais aucun sport comme le football ne travaille pour la diversité et l’intégration.

« Et s’il y a des problèmes de racisme dans le football … il n’y en a pas plus que dans la société. Peut-être moins, évidemment moins parce que le football rassemble les gens. C’est ce qu’il voudrait dire. »

L’UEFA et la FIFA n’étaient pas immédiatement disponibles pour commenter.

Il y a eu un certain nombre d’incidents racistes dans le football européen ces derniers mois, notamment en Serie A italienne, en Ukraine, en Premier League anglaise et lors de rencontres internationales.

Ce n’est pas la première fois que Le Graet fait des déclarations controversées. En septembre 2019, il avait déclaré à la radio France Info qu’il était « totalement contre » l’interruption des matchs de football à la suite de chants et de bannières homophobes, malgré les règles introduites par la FFF la saison dernière demandant aux arbitres de faire exactement cela.

« Je n’arrêterais pas les matchs », a-t-il déclaré. « Je ne veux pas être pris en otage pour homophobie. Il existe des services de sécurité pour faire en sorte que ces bannières disparaissent. »