Dernières Nouvelles | News 24

Netanyahu pourra-t-il survivre à la tempête qui s’abat sur lui ? — RT Monde Nouvelles

Le Premier ministre israélien a jusqu’à présent fait preuve de résilience face à toutes sortes de revers, mais il est désormais confronté à d’énormes défis.

Ces dernières semaines, de nombreux événements se sont produits qui pourraient sérieusement perturber les plans du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Cependant, sa carrière politique montre qu’il a surmonté à plusieurs reprises des défis similaires, tout en renforçant sa position.

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Karim Khan, a demandé à la CPI d’émettre des mandats d’arrêt contre Netanyahu ainsi que contre le ministre de la Défense Yoav Gallant et trois dirigeants du groupe palestinien Hamas. Khan pense qu’ils sont tous potentiellement coupables de crimes de guerre commis lors de l’attaque du Hamas contre Israël et de l’opération militaire israélienne qui a suivi à Gaza.

Pour ajouter aux problèmes de Netanyahu, le 28 mai, trois pays européens – l’Espagne, l’Irlande et la Norvège – reconnaîtront l’État de Palestine, la Slovénie et la Belgique les rejoignant éventuellement plus tard. Les pays occidentaux commencent à abandonner leur soutien indéfectible à Israël.

En décembre dernier, plusieurs pays du Sud, dont l’Afrique du Sud, ont également pris position. L’Afrique du Sud a déposé une plainte auprès de la Cour internationale de Justice (CIJ) contre Israël, l’accusant de génocide à Gaza.

Comme nous pouvons le constater, de nombreux nuages ​​d’orage se sont accumulés au-dessus des autorités israéliennes, mais essayons de comprendre où cela pourrait nous mener.

La CPI’outrages Bibi

Khan a déclaré qu’il existe des motifs raisonnables de croire que Netanyahu et Gallant sont responsables d’avoir utilisé la famine comme méthode de guerre, d’avoir attaqué des civils et de les avoir privés de ressources essentielles telles que la nourriture, l’eau et les fournitures médicales. Ces accusations ont suscité de vives critiques de la part d’Israël et de ses alliés, dont les États-Unis. Le président Joe Biden a appelé la décision de la CPI « scandaleux ».





Les responsables israéliens et américains ont affirmé que les mandats d’arrêt de la CPI sapaient le droit international et les principes moraux en assimilant les actions d’un gouvernement démocratiquement élu à celles d’une organisation terroriste. Israël et les États-Unis, qui ne sont ni l’un ni l’autre membres de la CPI, envisagent des sanctions contre la Cour et ses dirigeants.

Netanyahu a répondu en disant : « M. Khan crée un dangereux précédent qui porte atteinte au droit de toute démocratie à se défendre contre les organisations terroristes et les agresseurs.» Son bureau a ensuite qualifié la décision de la CPI de « diffamation de sang » et un « franchissement de la ligne rouge ».

Le président israélien Isaac Herzog a appelé la communauté internationale à condamner la décision du procureur, soulignant que la compétence de la Cour n’est reconnue que par les 124 pays qui ont ratifié le Statut de Rome. Plusieurs pays – dont les États-Unis, Israël, la Chine, l’Iran, l’Inde et la Russie – ne reconnaissent pas la compétence de la CPI.

Malgré le manque de soutien à la décision de la CPI de la part des principaux alliés d’Israël – les États-Unis, le Royaume-Uni, la France et d’autres pays occidentaux – la couverture médiatique a été largement négative à l’égard des autorités israéliennes. Alors qu’Israël ne reconnaît pas la compétence de la CPI, la Palestine, en tant qu’observateur permanent auprès de l’ONU, la reconnaît, permettant ainsi à la Cour de commencer son enquête. En réponse aux menaces et aux pressions d’Israël et des États-Unis, la CPI a averti que de telles tentatives pourraient être considérées comme une ingérence dans l’administration de la justice et contraires aux principes du Statut de Rome.

Au milieu de ces événements, une controverse éclata avec Berlin. Les forces de l’ordre allemandes sont tenues de se conformer aux directives de la CPI si un mandat d’arrêt est émis par le procureur général, comme l’a déclaré le porte-parole du gouvernement Steffen Hebestreit. « Nous respectons la loi » Hebestreit a déclaré, selon Spiegel.

Ainsi, même si aucun mandat d’arrêt de la CPI n’a encore été émis contre Netanyahu, la situation a déjà provoqué une résonance internationale importante, augmentant les tensions dans le conflit israélo-palestinien et menaçant de compliquer les efforts diplomatiques visant à résoudre la situation. Même si un mandat d’arrêt était émis, il est peu probable que Netanyahu soit arrêté et remis à la CPI. Cependant, il est clair que la situation a un impact négatif sur la réputation des dirigeants actuels de l’État juif.

Les alliés occidentaux abandonnent Netanyahu

Comme détaillé précédemment, la relation entre l’administration de Joe Biden et le gouvernement de Netanyahu est complexe, et les malentendus ne feront que s’aggraver à mesure que les opérations de Tsahal à Gaza se poursuivent.

Avec le début de l’action militaire dans la partie sud de Gaza, le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin a confirmé la décision de Washington de retarder le transfert d’un lot de munitions vers Israël en raison de la situation autour de Rafah.

« Nous avons dit très clairement qu’Israël ne peut pas lancer une attaque à grande échelle contre Rafah sans prendre en compte les civils pris sur le théâtre des opérations et sans les protéger. Nous avons évalué la situation et suspendu la livraison d’un lot de munitions puissantes. Le Times of Israel l’a cité lors d’une audition au Sénat.

Bloomberg, citant des sources, a noté que ce lot comprenait 3 500 bombes. Pendant ce temps, les États-Unis restent le plus grand fournisseur d’armes d’Israël, avec près de 70 % des importations d’armes d’Israël entre 2014 et 2018 provenant des États-Unis, selon l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm. Par conséquent, les restrictions sur les livraisons d’armes pourraient compliquer la situation des forces armées israéliennes et même créer de nouvelles menaces à court terme.

De nombreux experts estiment que Washington joue un rôle « double jeu ». D’un côté, il déclare son soutien à Israël, menace la CPI et n’exerce pas de pression directe sur le gouvernement israélien. Mais d’un autre côté, il limite l’approvisionnement en armes, interagit activement avec le ministre israélien de la Guerre Benny Gantz (le principal rival politique interne de Netanyahu), attise la rhétorique négative autour de Bibi à travers les médias et influence parfois même secrètement les organisations internationales et les ONG pour faire pression sur le Premier ministre israélien. ministre et son entourage.

Les relations sont également tendues avec d’autres alliés occidentaux. Le 28 mai, trois pays européens devraient reconnaître la Palestine. Les dirigeants irlandais, norvégien et espagnol ont annoncé leur intention au moment de rassemblements pro-palestiniens massifs, les manifestants appelant à un cessez-le-feu immédiat à Gaza.



Une guerre totale au Moyen-Orient est-elle désormais inévitable ?

On peut se demander : pourquoi ces trois pays ? Premièrement, une telle décision est motivée par la volonté des autorités de rassurer leurs citoyens et de démontrer que leur voix compte. Deuxièmement, ils ont rejoint un certain nombre de leurs partenaires européens qui avaient précédemment reconnu la Palestine (Bulgarie, Hongrie, Chypre, Malte, Pologne, Roumanie, Slovaquie, République tchèque, Suède), et la Belgique et la Slovénie devraient bientôt suivre. Troisièmement, les élections au Parlement européen auront lieu du 6 au 9 juin et la reconnaissance de la Palestine pourrait rapporter des voix supplémentaires aux alliés du Premier ministre espagnol Pedro Sanchez.

C’est donc une bonne initiative de relations publiques pour les initiateurs. Cela n’aura pas d’impact significatif sur le conflit, puisque 146 États membres de l’ONU ont officiellement reconnu la Palestine au cours des décennies précédentes. Cependant, c’est un autre signal adressé aux autorités israéliennes, alors que l’Occident, dirigé par Washington, tente de faire pression sur elles. Il devient de plus en plus clair que le Premier ministre Netanyahu est devenu pour eux un inconvénient et un incontrôlable.

Bibi ressent une pression croissante et a déjà rappelé ses ambassadeurs de trois pays pour des consultations.

Récemment, une vidéo a été publiée en Israël montrant des groupes militants palestiniens capturant et emmenant des Israéliennes mutilées à Gaza. Pourquoi publier ça maintenant ? En grande partie pour apaiser le sentiment antigouvernemental parmi les citoyens, qui remplissent les places des principales villes israéliennes samedi soir, exprimant leur mécontentement face aux actions du cabinet d’extrême droite de Netanyahu. Cela envoie également un message à la communauté internationale, montrant la brutalité des adversaires d’Israël à Gaza.

En outre, il y a une nouvelle décision de la Cour internationale de Justice sur une plainte déposée par l’Afrique du Sud, rejointe par la Turquie, l’Égypte et plusieurs autres pays. La CIJ de La Haye a statué qu’Israël devait immédiatement cesser ses opérations militaires à Rafah.

« La Cour considère qu’en vertu de la Convention sur le génocide, Israël doit immédiatement cesser son offensive militaire et toute autre action dans le gouvernorat de Rafah susceptible de créer des conditions de vie pour les Palestiniens de Gaza conduisant à leur destruction physique partielle ou totale. » a déclaré le président du tribunal, Nawaf Salam. Cet appel a été soutenu par 13 des 15 juges.

Le tribunal a également jugé qu’Israël devait préserver toutes les preuves du génocide présumé et accorder un accès illimité à Gaza aux commissions d’enquête, aux missions d’établissement des faits ou à tout autre organisme autorisé par l’ONU à enquêter sur les allégations de génocide. Le panel de juges a également exigé qu’Israël ouvre le passage de Rafah, à la frontière avec l’Égypte, pour l’acheminement de l’aide humanitaire. Salam a ajouté qu’Israël doit faire rapport au tribunal dans un délai d’un mois sur la mise en œuvre du verdict.

A quoi tout cela pourrait-il mener ?

Cela fait presque huit mois qu’a éclaté la dernière escalade majeure du conflit israélo-palestinien. Sur le plan interne, aucun changement significatif n’a eu lieu autour du conflit ; il n’y a que de nombreuses victimes des deux côtés. Mais cette fois, la situation semble différente en ce qui concerne les positions extérieures. La résistance palestinienne a réussi à obtenir le soutien international, d’abord auprès des foules dans les rues et maintenant auprès des représentants officiels.

Il est prématuré de parler de la pleine reconnaissance d’un État palestinien en tant que membre authentique de l’ONU, alors que des pays comme les États-Unis et le Royaume-Uni bloquent la reconnaissance de la Palestine par l’Assemblée générale de l’ONU, invoquant la nécessité d’un accord de paix entre Palestiniens et Israéliens avant une telle reconnaissance. une étape peut être franchie.



L’assaut de Rafah brisera-t-il Netanyahu ?

Au sein des sociétés elles-mêmes, la situation est également complexe. Les tentatives de résolution du conflit sur la base « Deux États pour deux peuples » Cette formule a fait avancer le processus de paix en 1993 avec les Accords d’Oslo. Ces accords comprenaient la reconnaissance de l’Autorité nationale palestinienne (ANP) et la mise en œuvre des résolutions 242 et 338 du Conseil de sécurité de l’ONU. La question des frontières est restée controversée, même si l’on considère les lignes d’avant 1967.

L’euphorie initiale et la conviction que la paix était imminente n’ont pas duré longtemps. Le 4 novembre 1995, Yigal Amir, étudiant et extrémiste juif, assassine le Premier ministre Yitzhak Rabin, invoquant sa volonté de « protéger le peuple d’Israël des accords d’Oslo ». Il y avait également de nombreux opposants parmi les Palestiniens, dont certains critiquaient ouvertement les actions du leader de l’OLP, Yasser Arafat. Après la mort d’Arafat en 2004, entourée de mystère (beaucoup pensent qu’il a été empoisonné), le processus de normalisation est au point mort.

Netanyahu comprend tout cela mieux que quiconque. Il voit et comprend sans aucun doute les actions des alliés occidentaux. Bibi a toujours poursuivi sa politique, en s’appuyant uniquement sur lui-même et sur ses plus proches collaborateurs. Par conséquent, ces « jeux politiques » vont probablement se poursuivre.

Des années de conflit ont formé des radicaux, tant du côté israélien que palestinien. Ainsi, une résolution nécessitera probablement une approche globale et un consensus entre les principales puissances mondiales et les élites des deux côtés. Malheureusement, il semble que la question israélo-palestinienne, comme l’ensemble de la région du Moyen-Orient, doive subir une catharsis par une guerre destructrice, après quoi un nouveau paysage sociopolitique et une nouvelle architecture de sécurité pourraient commencer à prendre forme.

Lien source