Nécrologie : Le guitariste de Dr. Feelgood décède à 75 ans

LONDRES –

Wilko Johnson, le guitariste du groupe de blues-rock britannique Dr. Feelgood, qui a connu une renaissance de carrière inattendue après avoir reçu un diagnostic de cancer en phase terminale, est décédé.

Il avait 75 ans.

Une déclaration publiée mercredi sur les comptes officiels de Johnson sur les réseaux sociaux au nom de sa famille indique que le musicien est décédé lundi soir à son domicile dans le sud-est de l’Angleterre.

Né John Wilkinson en 1947, Johnson a grandi sur Canvey Island, une ville pétrolière industrielle marécageuse dans l’estuaire de la Tamise en Angleterre.

Il a étudié la littérature anglo-saxonne à l’Université de Newcastle et a travaillé comme instituteur avant de former le Dr Feelgood avec d’autres amis locaux.

À une époque de glam flamboyant et de prog rock indulgent, ils ont joué une marque alors démodée de blues et de R&B, vêtus de costumes bon marché qui les faisaient ressembler, a déclaré Johnson plus tard, à des “voleurs de banque de mauvaise qualité”.

Johnson a contribué à donner au Dr Feelgood un avantage dangereux avec son style de guitare saccadé et implacable et ses reflets à mille mètres – un regard suffisamment terrifiant pour lui valoir un rôle plus tard dans la vie en tant que bourreau silencieux Ser Ilyn Payne dans “Game of Thrones”.

La tenue anarchique a inspiré des groupes qui allaient bientôt conduire l’explosion punk britannique et a basculé au bord de la renommée mondiale, marquant un album n ° 1 au Royaume-Uni, des tournées aux États-Unis et un accord avec CBS Records.

Puis, en 1977, Johnson est sorti au milieu des frictions avec le chanteur charismatique Lee Brilleaux, décédé en 1994.

Johnson a déclaré plus tard que si le groupe avait pu suivre les instructions de ses managers pour se comporter, “Je suis presque sûr que nous serions multimillionnaires. Mais nous ne l’avons pas fait. Nous étions des geezers de Canvey Island. Nous étions de grands amis, et nous nous sommes disputés.”

Johnson a continué à se produire avec le groupe de Ian Dury, les Blockheads, et a passé des années à jouer devant une base de fans dévouée, principalement au Royaume-Uni et au Japon.

En 2012, Johnson a reçu un diagnostic de cancer du pancréas et on lui a dit qu’il était en phase terminale.

La perspective de la mort raviva de manière inattendue ses énergies créatrices. Il a refusé la chimiothérapie, a décidé de faire une dernière tournée et a enregistré un “dernier” album, “Going Back Home”, avec Roger Daltrey de The Who.

Dans une autre tournure, un fan qui était également spécialiste du cancer a proposé son aide.

Après une intervention chirurgicale pour retirer une tumeur de trois kilogrammes (6,6 livres), Johnson a annoncé en 2014 qu’il n’avait plus de cancer.

Il a sorti un autre album, “Blow Your Mind”, en 2018, et a joué des concerts avec son Wilko Johnson Band jusqu’au mois dernier.

Johnson laisse dans le deuil ses fils Simon et Matthew et son petit-fils Dylan.