Nécessité d’avoir une entité de protection et d’indemnisation basée en Inde : FM | Actualité économique

Le ministre des Finances, Nirmala Sitharaman, a déclaré jeudi qu’il était nécessaire de créer une entité de protection et d’indemnisation appartenant à l’Inde et basée dans le pays.

Une telle entité aidera le pays à réduire sa vulnérabilité à toute sanction et pression internationale, a-t-elle déclaré lors d’un discours lors du Sommet mondial maritime de l’Inde 2023.

« Le besoin s’est fait sentir de disposer d’une entité de protection et d’indemnisation (P&I) à part entière, détenue et basée en Inde. Je pense qu’il est important d’avoir un P&I appartenant à l’Inde », a déclaré Sitharaman.

L’assurance protection et indemnisation ou assurance responsabilité civile de l’armateur est une forme d’assurance qui couvre les armateurs et les exploitants de navires contre tout risque associé à l’exploitation d’un navire. Elle couvre les responsabilités résultant de la perte de vies humaines, des blessures de l’équipage et des passagers, des dommages causés à la cargaison pendant les opérations, des marées noires et des guerres.

Expliquant la raison d’être d’une entité P&I en Inde, le ministre des Finances a déclaré : « Cela réduirait la vulnérabilité de l’Inde aux sanctions et aux pressions internationales pour fournir une plus grande flexibilité stratégique dans les opérations de transport maritime. »

L’entité offrirait une protection contre les responsabilités des navires opérant dans les eaux côtières et intérieures au cours de leurs opérations.

Cela permettrait également de prendre pied dans les segments spécialisés de la protection et de l’indemnisation, qui sont actuellement dominés par très peu d’acteurs au niveau international et dans lesquels l’Inde n’est actuellement pas présente, a déclaré Sitharaman.

Les services indiens de protection et d’indemnisation peuvent également contribuer à encourager et à accroître les arbitrages maritimes en Inde, a-t-elle déclaré.

Sitharaman a déclaré que le pays dispose d’un centre d’arbitrage et qu’il améliore désormais sa force en matière d’arbitrage. Actuellement, la plupart des arbitrages ont lieu à Singapour ou au Royaume-Uni.

« Pour un pays de notre taille, pour le littoral que nous avons et pour le potentiel de nos activités maritimes, nous devrions au moins commencer par un centre d’arbitrage en Inde afin que nos différends soient réglés ici », a-t-elle noté.

Le ministre des Finances a également exhorté les banques à travailler avec le ministère des Transports maritimes afin de fournir un financement adéquat au secteur.

Les plus lus

1
Faits saillants de l’Inde contre le Bangladesh, Coupe du monde 2023 : Virat Kohli termine avec un six et un siècle alors que l’IND remporte un quatrième match consécutif
2
Collection au box-office de Leo Premiers rapports du premier jour : le film de Vijay enregistrera la plus grande ouverture de film tamoul de 2023 et rapportera Rs 145 crore dans le monde

Sitharaman a en outre déclaré que sur le total des flux d’investissements directs étrangers (IDE) entrés dans le secteur du transport maritime en Inde au cours des 23 dernières années, 75 pour cent, soit 4,2 milliards de dollars, ont été reçus au cours des neuf dernières années.

La capacité totale de manutention des marchandises des ports indiens a doublé entre 2014 et 2023. Elle est passée de 1 400 millions de tonnes métriques à 2 600 millions de tonnes métriques en 2023. Les volumes de marchandises ont également plus que doublé au cours des neuf dernières années.

Elle a déclaré que les délais d’exécution dans les ports indiens se sont également améliorés.