Actualité du moment | News 24

Monkeypox : Plus de 550 cas signalés, selon l’OMS

L’Organisation mondiale de la santé compte désormais plus de 550 cas de monkeypox dans le monde, a déclaré mardi la responsable technique du groupe pour le monkeypox, Rosamund Lewis, sur CNN International.

“Nous avons en fait aujourd’hui un décompte de plus de 550 cas confirmés dans 30 pays dans quatre des six régions de l’OMS”, a déclaré Lewis.

“Ce que nous voyons maintenant est vraiment très différent”, a-t-elle déclaré, étant donné que l’épidémie se produit à plusieurs endroits à la fois.

“Nous voyons tous des cas apparaître dans un laps de temps relativement court. Nous constatons qu’en quelques jours, en quelques semaines, nous voyons plus de 500 cas. C’est différent. Cela n’a jamais été vu auparavant. .”

Dans une mise à jour au cours du week-end, l’OMS a déclaré qu’à la date de jeudi, elle avait reçu des rapports de 257 cas confirmés de monkeypox et d’environ 120 cas suspects dans 23 pays où le virus n’est pas endémique.

Lewis a déclaré que l’OMS ne connaissait pas la source de l’épidémie et a appelé les pays à profiter de la “fenêtre d’opportunité” pour empêcher les cas de se transformer en une épidémie plus importante.

Le groupe a déclaré dans son briefing du week-end que le niveau de risque mondial pour la santé publique est modéré, “étant donné que c’est la première fois que des cas et des grappes de monkeypox sont signalés simultanément dans des zones géographiques très disparates de l’OMS, et sans liens épidémiologiques connus avec des pays non endémiques dans Afrique de l’Ouest ou du Centre.”

Cependant, a-t-il ajouté, “le risque pour la santé publique pourrait devenir élevé si ce virus exploite l’opportunité de s’établir en tant qu’agent pathogène humain et se propage aux groupes à risque plus élevé de maladie grave tels que les jeunes enfants et les personnes immunodéprimées”.

L’OMS exhorte les prestataires de soins de santé à surveiller de près les éventuels symptômes tels que les éruptions cutanées, la fièvre, les ganglions lymphatiques enflés, les maux de tête, les maux de dos, les douleurs musculaires et la fatigue, et à proposer des tests à toute personne présentant ces symptômes.

Lors d’une conférence de presse lundi, Lewis a déclaré que “nous ne sommes pas préoccupés par une pandémie mondiale” de monkeypox pour le moment.

Le virus n’est pas nouveau, a-t-elle noté sur CNNI, mais l’OMS doit se réunir cette semaine pour établir un programme de recherche et des priorités de recherche pour le virus.

“Cela a déjà été le cas, et nous avons une base de connaissances sur laquelle nous pouvons nous appuyer, mais il reste encore de nombreuses questions”, a-t-elle déclaré.