Monique LaGrange dit que « le Saint-Esprit » lui a dit de publier un mème

« Fais-le, vas-y », c’est ce qu’un commissaire d’école de Red Deer dit que « le Saint-Esprit » lui a dit de faire avant de publier un mème qui compare la communauté LGBTQ2S+ à l’Allemagne nazie.

Cette explication fait partie d’une nouvelle décision de 15 pages publiée mardi par le conseil d’administration des écoles régionales catholiques de Red Deer.

Le message de Monique LaGrange du 27 août montrait une photo d’enfants brandissant des drapeaux à croix gammée au-dessus d’une photo d’enfants brandissant des drapeaux de la fierté, avec la légende « le lavage de cerveau est un lavage de cerveau ».

Le 13 octobre, le conseil d’administration a conclu que LaGrange avait violé ses politiques et lui a ordonné de présenter des excuses sincères, de suivre une formation de sensibilité et de reconnaître que son message « blessait les sentiments ».

Mais l’administrateur a insisté sur le fait que « le message ne concerne pas les LGBTQ ». [sic] communauté » et que le processus disciplinaire était « entaché d’injustice procédurale et de parti pris », indique le document.

« Le message parle de l’endoctrinement par les Nations Unies, ce qui est directement lié à la Seconde Guerre mondiale et au nazisme ; il s’agit de l’agenda des Nations Unies et de Planned Parenthood, qui est une tentative de saboter l’identité et le destin de nos jeunes et de détourner la communauté LGBTQ. [sic] le mandat initial de la communauté », dit-il à propos de l’argument de LaGrange.

« Le drapeau de la Fierté est utilisé pour faire taire les gens ; des enfants sont expulsés de l’école et des gens sont licenciés, ce qui est contraire aux croyances religieuses de l’administrateur ; et « annuler la culture » n’est pas ce qui est bon, légal, approprié ou démocratique. »

Plusieurs personnes, dont certains employés de la division scolaire, se sont plaintes des publications de LaGrange, mais ces observations ont été supprimées du document de décision.

Le comité a également reçu une lettre du Centre Simon Wiesenthal d’études sur l’Holocauste qui « critiquait le mème ».

Quatre parents ont écrit des lettres au conseil d’administration pour soutenir LaGrange, élu en 2021.

« L’administrateur a clairement indiqué que ses convictions éclairaient son point de vue : elle a déclaré que le Saint-Esprit lui avait dit de publier le mème et que c’était quelque chose qu’elle devait faire », indique la décision.

Mais le conseil scolaire n’était pas d’accord avec LaGrange et a rejeté sa demande de déterminer si cela était conforme ou non aux valeurs catholiques romaines, se concentrant plutôt sur les politiques du conseil scolaire et la loi sur l’éducation.

Ces politiques stipulent que « les écoles favoriseront et maintiendront un environnement d’apprentissage sûr, sécurisé, bienveillant, respectueux et inclusif pour tous les élèves ».

Ils ajoutent que « le conseil scolaire a l’obligation légale de promouvoir le bien-être des élèves et un climat scolaire positif et inclusif ».

« Le message meme n’est pas, d’un point de vue raisonnablement objectif, digne ni professionnel, [and the board] n’accepte pas l’affirmation de l’administrateur selon laquelle le mème n’avait clairement aucun rapport avec le nazisme », déclare-t-il.

« Indépendamment de l’intention du syndic, de l’avis du conseil, une personne raisonnable regardant deux photographies (l’une sur l’autre) pourrait raisonnablement conclure qu’une comparaison négative était faite. »

La décision permet à LaGrange de rester membre du conseil scolaire, mais elle n’est pas autorisée à participer aux comités du conseil, à assister aux réunions des comités du conseil ou à représenter le conseil de quelque manière officielle que ce soit jusqu’à ce qu’elle ait terminé une formation de sensibilisation.

Le président du conseil d’administration, Murray Hollman, a déclaré mardi que LaGrange ne s’était pas encore excusé.

« Elle ne représente pas le point de vue de notre conseil d’administration sur ces points. C’est son point de vue personnel », a-t-il déclaré mardi.

Plus tôt ce mois-ci, l’avocat de LaGrange, James Kitchen, a déclaré qu’elle ne s’excuserait pas et demanderait un contrôle judiciaire de la décision.

« Elle n’a rien fait de mal. Si elle s’excusait, ce serait malhonnête », a-t-il déclaré à CTV News Edmonton le 1er octobre. « Et elle a trop d’intégrité pour faire ça. »

CTV News Edmonton a contacté Kitchen pour faire le point sur la position de son client.

Hollman a déclaré que le conseil d’administration attendrait de voir si LaGrange demande une révision avant d’envisager ses prochaines étapes.


Avec des fichiers de Marek Tkach et Brittany Ekelund de CTV News Edmonton